L’impact de la pandémie de COVID-19 sur les femmes et les filles

on
18 Janvier 2021
WaterAid/ Chileshe Chanda

Pour mieux comprendre les impacts de la pandémie de COVID-19 sur les différents groupes de population et de genre, nous avons collaboré avec l'université de Leeds et FEMNET. Desideria Benini, membre de cette université, nous parle de ses recherches sur la façon dont le secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (EAH) inclut le genre dans sa réponse aux situations d'urgence, et pourquoi cela est important.

Depuis les premiers stades de la pandémie de COVID-19, les militants et les agences travaillant sur les questions de genre et de développement ont uni leurs forces pour plaider en faveur de l’égalité des sexes et des droits des femmes au cœur de la réponse d’urgence mondiale. Le secteur WASH, dont la contribution est essentielle, ne doit pas être une exception si l’on veut garantir l’accès universel à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène.

Voir le monde à travers une lentille féministe intersectionnelle signifie reconnaître l’existence de systèmes de discrimination qui se chevauchent et qui sont fondés sur de multiples marqueurs de l’identité sociale, tels que le genre, la race, la classe ou le handicap. En temps de crise - des guerres aux catastrophes naturelles, des urgences nucléaires aux urgences sanitaires - ces inégalités structurelles s’entrecroisent avec les préjudices causés par l’urgence pour engendrer desimpacts disproportionnés sur les femmes et les filles (PDF).

Pourquoi le genre est-il important dans le secteur WASH ?

Une lentille féministe et intersectionnelle nous permet de constater que l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène est fortement influencé par les inégalités sociales. Par exemple :

Sans reconnaître et traiter les formes structurelles de discrimination, la fourniture de services WASH risque de ne pas bénéficier aux personnes de manière égale tout en perpétuant les injustices. WaterAid s’est engagé à lutter contre les inégalités dans tous les aspects de WASH, et pendant la pandémie de COVID-19, il n’en a pas été autrement. Nous avons donc conçu cette recherche pour comprendre l’impact de la COVID-19 sur l’accès à l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans différentes régions. Nous avons fait circuler une enquête en ligne dans 14 pays d’Afrique et d’Asie du Sud, ciblant les praticiens travaillant pour des organisations de développement communautaires, nationales et internationales. Voyons ce que nous avons découvert.

Two women wearing masks in a village in Odisha, India, fixing a water pump.
WaterAid
As part of our COVID-19 response, with our partner JEETA we helped equip tribal women in Debagarh, Odisha, India, with skills to repair and maintain drinking water sources.

Les données probantes de la crise de la COVID-19 : une analyse de genre

La pandémie a exacerbé les barrières existantes entre les genres

Alors que la COVID-19 a augmenté la demande en eau et en matériel d’hygiène pour permettre des mesures préventives, elle a également aggravé les difficultés des populations à répondre aux besoins WASH. 65 % des 76 personnes interrogées ont déclaré que l’eau à laquelle les gens ont pu accéder n’est pas suffisante pour couvrir toutes les utilisations quotidiennes pendant l’urgence. Cependant, l’application d’une optique féministe à l’analyse des données nous permet de reconnaître que cette difficulté croissante d’accès aux services WASH est liée au genre. En d’autres termes, la pandémie a exacerbé les obstacles spécifiques au genre à l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène qui créent des défis uniques en matière de gestion de l’hygiène menstruelle (GHM) pour les femmes et les filles au quotidien.

Accessibilité financière

Les difficultés économiques sont apparues comme l’effet le plus négatif de la pandémie au sein des communautés étudiées. Selon 78 % des personnes interrogées, les personnes qui ont déjà payé pour l’eau doivent toujours payer pendant l’urgence, tandis que 61 % affirment que le coût de l’eau et du savon a même augmenté, ce qui rend extrêmement difficile l’achat de ce qui est nécessaire pour répondre aux besoins accrus en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène engendrés par la pandémie.

En outre, 73 % des personnes interrogées ont déclaré que les femmes et les filles n’avaient pas les moyens de gérer leurs règles pendant la pandémie. Comme le montrent de nombreuses études, le manque d’eau propre et de produits d’hygiène affecte de manière disproportionnée la santé des femmes, des filles et des enfants à tout moment, contribuant à leur vulnérabilité spécifique au genre. 41 % des personnes interrogées ont déclaré que les femmes ont également du mal à satisfaire leurs besoins en matière de santé menstruelle, le confinement chez elles compromettant leur vie privée.

Inaccessibilité et inadéquation des installations WASH

51 % des personnes interrogées ont répondu "non" à la question de savoir si des installations WASH communautaires sont disponibles, facilement accessibles et sûres pour tous pendant la crise, en critiquant notamment leur conception qui n’est pas adaptée au genre ou au handicap. Deux principaux obstacles, engendrés par la pandémie, à l’utilisation des installations publiques sont apparus : leur accès restreint en raison des mesures de quarantaine et la crainte de la contagion. Plus important encore, les personnes interrogées ont exprimé des préoccupations concernant les infrastructures WASH non seulement dans les espaces publics mais aussi dans les installations de soins de santé et de quarantaine, en soulignant le manque d’eau propre et de stations de lavage des mains, et l’absence d’installations adaptées aux GHM et aux personnes ayant des problèmes de mobilité (voir les tableaux 1.1 et 1.2 ci-dessous). Pour une version conviviale de tous les tableaux et figures de ce blog, téléchargez le PDF ici.

A chart showing respondents' concerns over WASH infrastructure in healthcare facilities. Download the PDF to read the details. media file was renamed.
Table 1.1 A chart showing respondents' concerns over WASH infrastructure in healthcare facilities.
A chart showing respondents' concerns over WASH infrastructure in quarantine facilities. Download the PDF to read the details.
Table 1.2 A chart showing respondents' concerns over WASH infrastructure in quarantine facilities.

Inégalités de pouvoir

Selon les personnes interrogées, l’équilibre des pouvoirs au sein des ménages et des communautés est très majoritairement masculin, et cela n’a pas changé avec la COVID-19. 65 % des personnes interrogées ont déclaré que les hommes ont plus de pouvoir de décision au sein des ménages, alors que seulement 3 % ont affirmé que ce sont les femmes qui en ont le plus. Une proportion similaire de répondants a déclaré que les maris contrôlent les ressources financières et les biens. En conséquence, les femmes pourraient avoir moins de capacité à prendre des décisions concernant les mesures préventives envers la COVID-19, limitant ainsi la résilience des familles - diverses études rapportent que lorsque les femmes ont leur mot à dire sur les achats importants du ménage, le niveau d’hygiène et d’assainissement de la famille s’améliore.

Au niveau communautaire, d’après les réponses recueillies et résumées dans le tableau 2, il semble y avoir une hiérarchie du pouvoir dans la prise de décision sur WASH, où les femmes sont présentes mais sans influence, tandis que les personnes handicapées, en particulier les femmes, sont complètement exclues. La plupart des répondants ont identifié l’incapacité physique et les normes sociales comme les principaux obstacles à la capacité des femmes et des personnes handicapées à influencer les décisions. Par exemple, de nombreux participants ont déclaré que les femmes ne sont pas censées parler ou contester les opinions des hommes. D’autres ont indiqué que ces groupes sont généralement ignorés ou ne sont pas pris au sérieux parce qu’ils sont considérés comme moins capables, ou même, comme l’a dit un répondant, « personnes de peu d’aide ».

A chart showing the divisions of community decision making on WASH.
Table 2: A chart showing the divisions of community decision making on WASH.

Une répartition du travail de plus en plus inégale entre les genres

Presque toutes les personnes interrogées ont déclaré que les femmes effectuent la majeure partie des travaux domestiques non rémunérés au sein des familles, avec très peu d’aide de leur mari, comme le montre le tableau 3. Cette situation est constante dans tous les pays. Selon les personnes interrogées, si le temps consacré aux activités domestiques a considérablement augmenté en raison de la pandémie, notamment en ce qui concerne les pratiques d’hygiène et d’assainissement des familles, la répartition des responsabilités entre les genres n’a pas changé - les stéréotypes sexistes persistent, le travail domestique non rémunéré restant un rôle féminin. En conséquence, cette charge domestique supplémentaire incombe entièrement aux femmes et aux filles, qui participent désormais davantage aux activités domestiques en raison de la fermeture des écoles. Comme l’a montré l’épidémie d’Ebola, cela pourrait représenter un risque énorme pour l’éducation des filles.

A chart showing the divisions of labour in unpaid domestic work.
Table 3: A chart showing the divisions of labour in unpaid domestic work.

Les preuves dans leur ensemble

Cette étude a démontré que les femmes, en particulier celles qui sont handicapées, sont vulnérables de manière disproportionnée aux impacts de la pandémie de COVID-19 sur l’accès aux services WASH, en raison des inégalités structurelles entre les genres. Cette preuve n’est que la dernière en date des innombrables analyses de genre concernant la COVID-19 publiées ici (PDF) et ailleurs qui préconisent une programmation WASH sensible au genre dans les contextes d’urgence. Bien que des progrès aient été réalisés récemment vers l’adoption d’approches sensibles au genre, des études indiquent qu’il existe encore un manque d’engagement généralisé et soutenu en faveur de l’égalité des genres dans les actions d’urgence. En particulier, le secteur traditionnel de l’eau et de l’assainissement tend à considérer la fourniture de services WASH comme une simple question technique, tandis que la lutte contre les inégalités sociales est considérée comme une charge non essentielle, voire supplémentaire.

Women queue to collect water, maintaining social distance, in Bangladesh.
WaterAid
Women queue to collect water, maintaining social distance, in Bangladesh.

Réponse du secteur WASH et analyse des politiques

Dans ce contexte, un autre objectif fondamental de cette recherche était d’identifier et d’examiner les éventuelles lacunes en matière de genre dans la réponse d’urgence WASH à la COVID-19. Non seulement nous avons utilisé notre étude pour étudier l’intégration du genre dans les interventions WASH durant la COVID-19 au sein des communautés étudiées, mais nous avons également analysé cinq documents phares1 publiés par des institutions de premier plan, pour réfléchir à l’intégration du genre au niveau de la politique internationale.

Cette analyse a montré que l’importance de l’intégration du genre dans les stratégies WASH face à la COVID-19 n’était que de pure forme. À l’exception de quelques documents autonomes portant explicitement sur ce sujet dans les ressources COVID-19 en ligne, le genre et l’inclusion n’ont pas été pris en compte avec succès dans les cinq textes étudiés :

  • Seul un document type mentionne le « genre », qui est cité comme l’une des « Approches d’intégration et d’ensemble » guidant la réponse WASH dans les contextes de la COVID-19. Pourtant, le texte ne développe pas la question et ne donne aucune orientation spécifique, il fournit simplement un lien vers un document externe. Cela contredit clairement la vision de l’intégration de la dimension de genre en tant que stratégie visant à intégrer le genre à chaque étape de la formulation des politiques.
  • Tous les documents font un usage non critique des termes « ménage », « communauté » et « usagers d’eau » comme si les familles étaient des unités égalitaires et qu’il n’y avait pas de différences entre les membres de la communauté dans l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène.
  • Les mots « femmes et filles » n’apparaissent qu’une seule fois, concernant la distribution des articles de GHM. Cela pourrait indiquer que, lorsque les intérêts des femmes sont pris en compte, ils ont été réduits à leurs différents besoins pratiques et biologiques, en négligeant les problèmes structurels tels que le manque de voix, de pouvoir ou d’indépendance.

Les résultats de notre enquête suggèrent que la même approche simpliste de la question du genre observée dans ces politiques a été adoptée sur le terrain. Il semble que les programmes WASH dans les communautés étudiées visaient à fournir des installations et des kits d’hygiène sensibles au genre mais ignoraient les éléments fondamentaux de l’équité et de l’autonomisation, tels que le leadership des femmes et la prise de décision inclusive.

Selon les personnes interrogées, si les chefs de communauté et les autorités locales ont été activement impliqués dans les interventions WASH, les groupes locaux de défense des droits des femmes n’ont été consultés qu’occasionnellement et, pire encore, les groupes de défense des droits des personnes handicapées ont été exclus. Les personnes interrogées ont indiqué qu’en matière de participation communautaire, les membres de leur communauté étaient principalement impliqués dans les activités de promotion de l’hygiène mais n’étaient jamais inclus dans le processus de consultation. Cela indique que le genre et l’inclusion sont considérés comme relevant exclusivement de la responsabilité des équipes d’hygiène et de communication, et non comme une question transversale.

Un regard vers l’avenir

Cette recherche montre l’importance d’intégrer le genre dans les programmes d’urgence WASH, tout en mettant en évidence un manque d’engagement pour faire progresser l’égalité des genres et les droits des femmes dans les crises. Fondamentalement, cela nécessite un changement de mentalité.

L’intégration du genre dans le secteur WASH va au-delà des activités de promotion de l’hygiène et de la distribution de produits de GHM ; elle comprend un engagement politique à lutter contre les inégalités structurelles, en particulier lorsqu’on opère dans des situations d’urgence. La réalisation de cet objectif permettra non seulement de sauver davantage de vies, indépendamment des différences sociales, mais aussi de s’attaquer aux causes profondes de la vulnérabilité des personnes, en garantissant un accès équitable, universel et durable au programme WASH.

Cette recherche alimente le travail que WaterAid East Africa mène en collaboration avec le réseau panafricain des femmes FEMNET pour analyser les impacts sur les femmes de la région, leurs expériences et leurs recommandations. Si vous voulez en savoir plus sur l’analyse détaillée de genre de la COVID-19 et WASH en Afrique de l’Est, ne manquez pas notre prochaine publication.

Desideria Benini est fraîchement diplômée de l’université de Leeds avec un master en développement mondial.

1 Ceux-ci étaient :

  • Global WASH cluster: COVID-19 Response Guidance Note (GWC, 2020a).
  • Global WASH cluster: COVID-19 Response Guidance Note #02 (GWC, 2020b).
  • Eau, assainissement, hygiène et gestion des déchets pour le virus COVID-19 (23 avril 2020) (OMS et UNICEF, 2020).
  • Guide technique WASH du HCNUR pour la préparation et la réponse à la COVID-19 (UNHCR, 2020).
  • USAID Eau, assainissement et hygiène (WASH) : Approche stratégique de la réponse à la COVID-19 (Conseil des leaders de l’eau de l’USAID, 2020)

Image du haut : Melody, 13 ans, et d’autres élèves de sexe féminin se lavant les mains avec du savon aux lavabos du bloc sanitaire de leur école dans le district de Kazungula, en Zambie. Octobre 2020. Des savons et des désinfectants pour les mains ont été distribués dans les écoles et les établissements de santé dans le cadre des dons en nature d’Unilever pour l’intervention COVID-19, afin d’aider les gens à suivre les conseils d’hygiène pendant la pandémie.