De meilleures données pour de meilleures décisions : comment créer des systèmes de surveillance nationaux centrés sur l'utilisateur pour le secteur WASH

on
22 July 2020
WaterAid/ Basile Ouedraogo

Dans les pays à faible revenu, même lorsque des données sur l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) sont collectées, elles ne sont souvent pas utilisées pour éclairer les décisions politiques. Stuart Kempster aborde les défis que pose l'élaboration de politiques WASH fondées sur les données et présente un guide destiné à aider les gouvernements et leurs partenaires à évoluer vers des systèmes de suivi davantage axés sur l'utilisateur.

Trop souvent, les investissements dans les systèmes nationaux de suivi de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène n'ont pas d'impact significatif sur la prise de décision. Notre projet de recherche "Des données aux décisions" a montré que pour que les investissements dans le suivi national entraînent un changement transformationnel dans le système WASH au sens large, les gouvernements et les partenaires du développement doivent mieux comprendre l'utilisation des données en s'appuyant sur les connaissances de l'économie politique et de la science comportementale.

Ils doivent adopter une approche à long terme, en veillant à ce que les systèmes de suivi soient conçus conjointement avec les utilisateurs finaux des données, et développer des processus pour encourager l'utilisation des données et atténuer les biais potentiels, ce qui se traduit par une planification, une budgétisation et une prestation de services fondées sur les données.

COVID-19 montre à quel point les systèmes de surveillance nationaux sont essentiels à une politique efficace

Le rôle des données dans l'élaboration des politiques n'a peut-être jamais été aussi important, alors que les gouvernements du monde entier s'efforcent de trouver des preuves pour étayer leurs réponses à COVID-19. On peut souvent considérer que des réponses efficaces s'accompagnent de systèmes de données solides. Par exemple, la capacité de l'institut de santé publique allemand à fournir un flux régulier d'informations aurait été un facteur clé dans la réponse rapide du pays à la pandémie, tant au niveau national que local.

Dans les endroits où les flux d'informations sur la santé sont plus faibles, les gouvernements ont cherché à mettre en place des approches de suivi plus innovantes pour les aider à réagir. Par exemple, le gouvernement indien a établi un partenariat avec le réseau national de surveillance de la polio de l'Organisation mondiale de la santé afin de fournir les données nécessaires à la lutte contre la COVID-19. L'Union africaine et les CDC Afrique aident les États à intégrer le dépistage du virus dans les systèmes de surveillance nationaux existants.

La pandémie a également montré que les systèmes de surveillance nationaux qui ne répondent pas aux besoins des décideurs peuvent compromettre la réponse. Au Royaume-Uni, par exemple, la capacité des dirigeants locaux à gérer les nouvelles flambées de coronavirus a été entravée par des lacunes dans la communication des données sur l'infection pour les régions infranationales. Le maire de Leicester a cité cette lacune comme l'une des principales raisons du retard pris par la ville dans sa réponse politique à une récente flambée de cas de virus.

Les défis des systèmes de surveillance nationaux pour l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH)

Les défis pratiques que pose l'utilisation des systèmes de suivi nationaux comme base de l'élaboration de politiques fondées sur des données probantes ne sont pas nouveaux pour ceux qui travaillent dans le secteur mondial de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène. En 2018, nous avons organisé une session parallèle à la conférence de la CNU sur l'eau et la santé (PDF), qui a réuni un large éventail de parties prenantes pour discuter de la manière dont les agences de développement peuvent s'engager efficacement dans ce domaine complexe. Les participants ont soulevé des questions familières :

  • La collecte de données et leur utilisation dans la prise de décision est intrinsèquement politique, et cela doit être reconnu explicitement.
  • La collecte de données est trop souvent dictée par des facteurs et des processus externes, ce qui aboutit à un trop grand nombre de données et de rapports. Il faut faire plus d'efforts pour comprendre quelles données sont nécessaires à qui et pour quelles décisions.
  • Il est important que les données infranationales alimentent les processus nationaux de manière continue, et de même que les résultats des processus nationaux soient documentés et transmis aux niveaux infranationaux où ils peuvent ensuite être mis en œuvre.
  • Il est particulièrement nécessaire de renforcer les liens entre les programmes de suivi et la réforme du secteur au sens large, en veillant à ce que les données alimentent les processus d'apprentissage et d'adaptation.

L'histoire des programmes nationaux de suivi WASH dans les pays à faible revenu tend à être celle d'un potentiel non exploité ; même lorsque des données sont collectées, elles n'éclairent souvent pas la prise de décision. La transformation promise par l'utilisation accrue des données dans la planification, la budgétisation et la prestation de services n'est pas encore réalisée.

Ali Sabo, 51 ans, moniteur d’eau, montrant comment il utilise un pluviomètre pour surveiller les précipitations, Dungass, dans le département de Dungass, Zinder, Niger, février 2019.
WaterAid/ Basile Ouedraogo
Ali Sabo, un moniteur d’eau, montre comment il utilise un pluviomètre pour surveiller les précipitations à Dungass, Zinder, Niger.

Que faut-il changer pour améliorer le suivi ?

La Banque mondiale a fait valoir que pour surmonter ces défis, nous devons évoluer vers une "culture des données centrée sur l'utilisateur (PDF)". Au cours des deux dernières années, nous avons essayé de déterminer comment y parvenir dans le secteur WASH. Des recherches antérieures sur le suivi du secteur (PDF) ont souligné qu'à côté de la production de données, il est important de renforcer les institutions, les processus et les incitations. Mais il y a eu peu de discussions sur la façon dont cela peut être réalisé dans la pratique.

Pour tenter de répondre à cette question, nous avons demandé à l'Overseas Development Institute de produire une étude sur la prise de décision fondée sur des données probantes, en s'appuyant sur la littérature en économie politique et en sciences comportementales.

En combinant ces idées avec des données probantes sur les aspects pratiques des programmes nationaux de suivi WASH, nous avons élaboré un cadre pour aider les acteurs à mieux comprendre et à renforcer l'utilisation des données dans les décisions politiques.

Comment renforcer l'utilisation des données dans l'élaboration des politiques : le cadre d'utilisation des données

Étape 1 : Objectif. Quels types de décisions sont prises, et par qui ?

Une grande partie de la littérature sur le suivi du secteur fait référence à "une décision" sans préciser l'objectif de cette décision et les personnes qui y participent. Cependant, la science du comportement montre que la façon dont nous raisonnons est fortement liée à l'objectif d'une décision. Il est donc important que la première étape du cadre cherche à identifier les utilisateurs spécifiques des données et leurs utilisations spécifiques - c'est-à-dire les décisions ou les activités que les données peuvent informer.

Étape 2 : Contexte. Quelles sont les caractéristiques de l'environnement institutionnel et politique dans lequel ces décisions sont prises ?

L'importance du contexte dans lequel les décisions sont prises est soulignée à la fois par l'économie politique et la science du comportement. Du point de vue des utilisateurs et des utilisations spécifiques des données, la deuxième étape analyse la clarté des dispositions institutionnelles, des processus de planification et de budgétisation, et des priorités politiques au sein du secteur WASH et au-delà.

Étape 3 : Données. Quels types de données et d'informations sont nécessaires aux utilisateurs des données pour leurs besoins ?

La troisième étape consiste à examiner les types de données nécessaires pour répondre aux besoins des utilisations et des utilisateurs identifiés. Elle analyse les caractéristiques techniques de la production de données et la manière dont elles pourraient interagir avec les caractéristiques contextuelles entourant la prise de décision pour promouvoir ou empêcher l'utilisation des données.

Étape 4 : Processus. Comment les processus gouvernementaux soutiennent-ils l'utilisation des preuves et/ou atténuent-ils les biais potentiels ?

La dernière étape se concentre sur les processus gouvernementaux. Elle analyse les mécanismes de communication des données, les systèmes de vérification des données, les plateformes d'analyse et de partage des données et le financement des processus de surveillance. Du point de vue de l'économie politique, ces processus sont essentiels pour soutenir l'utilisation des données et peuvent jouer un rôle important en contribuant à atténuer les éventuels biais cognitifs.

En fin de compte, les acteurs impliqués dans la conception - ou la refonte - d'un système de surveillance national doivent accorder autant d'attention à l'utilisation qu'à la production des données. Et cela doit se produire dès le début de tout processus de conception ou de refonte.

De la théorie à la pratique

Afin de mieux comprendre la valeur pratique du cadre d'utilisation des données, nous l'avons utilisé pour analyser des exemples contemporains de programmes de surveillance sectorielle au Nicaragua, en Sierra Leone et au Timor-Leste.

L'objectif de ces études de cas n'était pas de fournir des preuves de meilleures pratiques à reproduire ailleurs, mais plutôt de démontrer les types d'informations qui peuvent être obtenues grâce à une meilleure compréhension de l'utilisation des données, et de montrer comment ces informations peuvent être utilisées pour renforcer la conception des programmes de suivi. Le tableau ci-dessous donne un aperçu des résultats et de leurs implications pour les programmes de suivi sectoriel.

Etape dans le cadre

Aperçu général

Implications

Objet

Les processus décisionnels ne sont pas clairement définis et les décideurs ne se considèrent pas toujours comme tels.

Les programmes de surveillance sectorielle qui comprennent et travaillent dans le sens de ces processus complexes sont plus susceptibles d'entraîner une plus grande utilisation des données.

Les données de surveillance WASH sont utilisées à plusieurs fins - et peuvent parfois être utiles même si elles ne sont pas utilisées pour prendre des décisions spécifiques.

Les programmes de surveillance sectorielle auront un impact plus important sur l'utilisation des données s'ils tiennent compte de toutes les utilisations possibles dès le départ.

Contexte

Des dispositions institutionnelles plus larges, telles que la décentralisation et la coordination interministérielle, peuvent soit favoriser, soit entraver la prise de décision fondée sur les données.

Cela souligne l'importance d'aligner les programmes de suivi sectoriel sur les dispositions institutionnelles existantes - tant verticales qu'horizontales.

L'intégration des données de suivi sectoriel dans les fonctions essentielles de gestion des finances publiques des gouvernements est une étape clé pour promouvoir la prise de décision éclairée par les données.

Cela montre que les programmes de suivi doivent intégrer les données WASH dans les processus gouvernementaux fondamentaux et comprendre comment ces processus se déroulent en pratique.

Données

Le type de données WASH nécessaires est spécifique aux décisions prises ou aux utilisations potentielles, mais il est peu probable que les systèmes de surveillance répondent à tous les besoins.

Les programmes de surveillance sectorielle doivent donner la priorité aux besoins de données les plus critiques qui concernent de nombreux groupes de parties prenantes.

Les questions relatives à la collecte et au traitement des données peuvent avoir des conséquences importantes sur l'utilisation des données, et vice versa.

Cela souligne que ni la production ni l'utilisation des données ne peuvent être considérées isolément - les programmes doivent viser à renforcer l'ensemble du sous-système de surveillance du secteur.

Processus

Une culture de reporting peut décourager l'utilisation des données au niveau local, mais des processus bien conçus et des "dialogues sur les données" peuvent encourager l'utilisation à tous les niveaux.

Pour favoriser une culture de l'utilisation des données, les programmes de surveillance doivent alimenter des processus qui produisent des actions de fond et un suivi.

La façon dont le suivi et les interventions WASH sont conçus et financés détermine l'efficacité de l'utilisation des données.

Les programmes de surveillance sectorielle doivent mettre en place des processus de collaboration, de participation et d'approche à long terme.


Le guide de planification de l'utilisation des données

Il est évident que ces idées sont plutôt génériques et ne servent qu'à mettre en évidence la valeur potentielle de cette approche.

Pour aider les parties prenantes à acquérir une compréhension plus critique des questions qui affectent l'utilisation des données de suivi WASH dans leur propre contexte spécifique, nous avons élaboré le Guide de planification de l'utilisation des données. Dans ce guide, nous fournissons des conseils étape par étape pour aider les gouvernements et les partenaires de développement à appliquer le cadre d'utilisation des données aux programmes de suivi nouveaux ou existants.

Le guide de planification ne fournit pas de feuille de route pour l'ensemble du processus de conception d'un programme de suivi sectoriel, mais il peut éclairer les stratégies visant à traiter les questions d'utilisation des données dans le cadre de ces programmes. Il est destiné à être utilisé comme première étape dans la conception d'un système de suivi WASH centré sur l'utilisateur, ou lors de l'amélioration ou de la reconception d'un système existant pour mieux soutenir l'utilisation des données.

Prochaines étapes

Le rapport de synthèse "Des données aux décisions", la note d'orientation et le guide de planification sont tous disponibles sur WASH Matters. Nous nous efforçons d'intégrer ces résultats dans notre travail programmatique sur le suivi du secteur, et nous utiliserons les preuves acquises par cette expérience pour influencer le travail des autres.

Notre recherche From data to decisions a montré que les gouvernements et les partenaires du développement doivent aller au-delà de la production de données pour renforcer toutes les institutions, les processus et les incitations nécessaires pour améliorer l'utilisation des données dans la prise de décision. Cela peut être réalisé par une meilleure compréhension de l'utilisation des données, grâce à une analyse de l'objectif, du contexte, des données et des processus.

Stuart Kempster est analyste politique principal - La gouvernance chez WaterAid UK.