Pardon, où sont les toilettes ? Une vue de Davos

WaterAid/Nana Kofi Acquah

Lors du Forum économique mondial annuel de la semaine dernière, Tim Wainwright, PDG de WaterAid UK, a profité de l’occasion pour rappeler aux chefs d’entreprise que l’eau potable et l’assainissement sont essentiels non seulement pour la rentabilité des entreprises, mais aussi pour sortir les plus démunis de la pauvreté.

Il est facile de faire dénigrer le Forum économique mondial annuel - plus connu sous le nom de Davos, d’après le nom de la ville suisse qui l’accueille.

Le nombre de jets privés, les factures d’hôtel astronomiques et les dîners somptueux qu’impliquent l’accueil de centaines de personnes parmi les plus puissantes du monde discutant de la manière de rendre le monde « meilleur » font facilement la une des journaux.

Mais lors de ma première visite à la réunion, bien que je me sois déplacé quotidiennement d’un endroit nettement moins glamour, j’ai été frappé par l’espace et le temps accordés à certaines personnes très haut placées du monde des affaires sur la façon dont elles peuvent contribuer positivement à la résolution des problèmes auxquels le monde est confronté.

Le changement climatique et l’eau ont été des sujets brûlants la semaine dernière, avec de nombreuses discussions sur la manière d’atténuer le premier et de s’attaquer au second, des shampoings sans eau à la réduction de la quantité d’eau utilisée pour l’irrigation.

Ces deux sujets ont été, peut-être inévitablement, abordés sous l’angle des entreprises - en se concentrant sur les menaces qui pèsent sur la croissance économique et commerciale future, car les entreprises sont de plus en plus conscientes qu’un climat instable et des demandes croissantes en eau constituent une menace énorme pour la continuité de leurs activités.

S’il est encourageant de voir ces risques mondiaux occuper une place centrale dans les discussions, le débat a souvent donné le sentiment de passer à côté d’un maillon essentiel pour créer un impact positif.

Par exemple, l’accent a été mis sur l’atténuation du changement climatique et sur une action rapide et décisive pour réduire les émissions qui menacent l’avenir de notre planète, mais on a peu reconnu que des millions de personnes dans le monde luttent déjà pour s’adapter aux effets catastrophiques du réchauffement climatique.

Ou que ce sont les plus pauvres du monde qui sont le plus durement touchés par des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles. WaterAid travaille avec des communautés où l’élévation du niveau de la mer fait que l’eau des puits devient trop salée pour être bue, où les inondations plus fréquentes et plus intenses polluent les environs avec des eaux usées, où les cycles de sécheresse sont plus courts et donc l’eau plus difficile à trouver. Les personnes avec lesquelles nous travaillons ont peu contribué au changement climatique, mais elles paient le prix de l’excès des pays riches.

Ainsi, pour chaque campagne de réduction des émissions, nous devons également accorder le même niveau d’attention à la vie dans le monde actuel, afin que ceux qui luttent déjà pour joindre les deux bouts ne soient pas plongés plus profondément dans la pauvreté à cause des changements climatiques.

Il est bon de se concentrer sur les problèmes causés par la demande croissante d’un approvisionnement en eau limité, mais peu de personnes à Davos ont examiné la question dans une optique plus large.

L’eau est essentielle à la vie - personne ne le dément - mais peu de gens reconnaissent que si l’on ne s’attaque pas à l’état alarmant de l’assainissement dans le monde, l’eau ne sera plus potable et les résultats en matière de santé, de nutrition et d’éducation ne s’amélioreront pas. D’un point de vue commercial, les travailleurs qui vivent dans des communautés où les installations sanitaires décentes sont inexistantes risquent davantage de tomber malades ou de devoir s’occuper de membres de leur famille qui sont malades, ce qui a un impact sur leur productivité. Il y a donc un intérêt économique évident à s’assurer que chacun, où qu’il se trouve, dispose d’eau potable et de toilettes décentes.

WaterAid est en liaison avec les organisateurs de la réunion de Davos afin d’inscrire l’adaptation au changement climatique et l’assainissement à l’ordre du jour de la réunion de 2020. Il est de notre devoir, en tant qu’agence travaillant sur ces questions, de mettre en évidence ces défis au nom des plus pauvres et des plus marginalisés.

J’espère que les chefs d’entreprise sur qui j’ai fait pression et que j’ai cajolés sur les questions d’eau et d’assainissement la semaine dernière s’engageront avant la prochaine réunion à trouver le moyen de faire la différence. Et que ceux qui sont venus à Davos cette année dans le seul but de maximiser leurs affaires, leur croissance et leurs profits, élargiront leur champ de vision pour 2020. Alors, l’année prochaine, nous pourrons travailler ensemble pour que nos approches s’unissent afin de garantir qu’elles auront un impact réel sur la vie des plus pauvres.