Pas de regrets : intégrer l’hygiène et l’immunisation en première ligne de la prévention des maladies

9 min read
WaterAid/ PATH/ Chileshe Chanda

Alors que les bailleurs de fonds mondiaux pour la santé se réunissent virtuellement pour le Sommet mondial sur la vaccination de Gavi, organisé le 4 juin par le Premier ministre britannique Boris Johnson, Julie Truelove et Katie Tobin expliquent pourquoi ils devraient parler d'investir maintenant dans l'amélioration de l'accès aux services d'hygiène, et comment cela devrait aller de pair avec l'investissement dans les vaccins.

L'hygiène est une première ligne de défense contre la COVID-19

Pendant que le monde attend un vaccin, nous comptons collectivement sur des mesures de prévention essentielles pour contrôler la transmission de la COVID-19 et pour éviter de futures crises sanitaires causées par l'interruption des principales interventions sanitaires mondiales pendant la pandémie.

L'hygiène des mains, l'une des méthodes les plus efficaces de prévention des maladies, est au cœur des conseils de santé publique de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les données disponibles suggèrent que le lavage des mains au savon peut réduire les cas de pneumonie de 50 % et d'infection respiratoire aiguë de 16 à 23 %, tout en réduisant le risque de diarrhée endémique de 48 %.

Négliger l'investissement dans l'hygiène nuit au renforcement des systèmes de santé

Les gouvernements et les bailleurs de fonds ont longtemps négligé d'investir de manière adéquate dans les éléments essentiels que sont l'eau propre, le savon et des toilettes décentes. Même aujourd'hui, les investissements en matière d'hygiène visant à soutenir les systèmes de santé faibles sont largement absents des réponses nationales à la COVID-19 et du soutien des bailleurs de fonds. (Gavi est une exception notable à cette tendance, ayant permis aux bénéficiaires de ses financements de réaffecter jusqu'à 10 % des budgets de renforcement des systèmes de santé, notamment dans la prévention et le contrôle de l'hygiène et des infections, pour faire face à la crise de la COVID-19). Nous avons récemment appelé les gouvernements et les bailleurs de fonds à prendre sept mesures essentielles pour accélérer les investissements en matière d'hygiène, notamment en lançant des campagnes d'information de masse sur la santé publique au niveau national, et pour augmenter d'urgence le soutien financier aux services d'hygiène pour les communautés et le personnel de santé de première ligne.

La pandémie a perturbé les programmes de santé publique

Pour compliquer encore les difficultés liées à la réduction de l'impact de la COVID-19 sur la santé mondiale, les services de vaccination ont été retardés ou interrompus depuis le début de la pandémie, en partie pour éviter de propager la maladie dans des cliniques surpeuplées et de mettre en danger le personnel de santé, les soignants et les patients en première ligne. Selon l'UNICEF, Gavi et l'OMS, cela a soumis 80 millions d'enfants de moins d'un an au risque de contracter des maladies évitables par la vaccination, notamment la rougeole, la diphtérie et la polio.

Alors que de nombreux pays s'efforcent de relancer les services de vaccination, le Groupe spécial mondial de lutte contre le choléra a souligné la nécessité de disposer de services adaptés d'eau, d'assainissement et d'hygiène (EAH), l'une des six étapes essentielles nécessaires à la reprise des vaccinations orales préventives contre le choléra dans les zones sensibles.

Les arguments en faveur de la fourniture conjointe d'hygiène et de vaccins

Pour atténuer les impacts à long terme de la COVID-19 sur la santé publique mondiale, la fourniture conjointe de services d'hygiène et de vaccination est essentielle. Parce que les programmes de vaccination touchent plus de personnes que toute autre intervention sanitaire, ils constituent un point d'entrée crucial pour intégrer les services WASH, en mettant particulièrement l'accent sur le changement des comportements en matière d'hygiène. Les approches intégrées en matière d'hygiène doivent devenir la nouvelle norme pour l'administration des vaccins.

Notre recherche récente avec SHARE et de nombreux partenaires a présenté les arguments en faveur de l'intégration des interventions WASH et de changement des comportements en matière d'hygiène spécifiques au contexte dans les sessions de vaccination. La recherche a montré des résultats positifs potentiels de ce modèle intégré d'hygiène, notamment :

  • l'amélioration de la rentabilité et de l'efficacité opérationnelle, un facteur important dans des contextes où les ressources sont limitées, tant pour les fournisseurs de services que pour réduire les contraintes de temps pour les usagers des services de santé vitaux ;
  • atteindre les populations mal desservies afin de les aider à assister et à suivre les séances de vaccination, à accroître la confiance dans les services de santé et à adopter des pratiques de changement des comportements en matière d'hygiène ;
  • des effets synergiques de l'augmentation de la demande et de l'utilisation des services de vaccination et d'autres services de santé infantile, tout en augmentant le succès des comportements de soins aux enfants tels que l'allaitement exclusivement au sein et l'hygiène alimentaire.
  • un potentiel d'amélioration des performances des vaccins, sur la base de preuves émergentes qui soutiennent la plausibilité biologique selon laquelle l'hygiène améliorée, l'assainissement, l'eau propre et le savon pourraient accroître les performances des vaccins oraux grâce à l'amélioration de la santé intestinale, un domaine clé pour la poursuite des recherches.

Les orientations mondiales de l'OMS soulignent que le fait de relier les efforts de prévention et de contrôle des maladies diarrhéiques pourrait conduire à de meilleurs résultats sanitaires par rapport aux résultats d'interventions individuelles, notamment les mesures préventives telles que l'amélioration des conditions de vie et des services WASH. La planification, l'allocation budgétaire, la mise en œuvre et l'évaluation spécifiques au contexte peuvent établir des plateformes solides et intégrées pour l'hygiène et la vaccination.

Au Népal, nous avons travaillé avec la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM) pour entreprendre une étude de cadrage afin d'évaluer la faisabilité de l'intégration du changement des comportements en matière d'hygiène dans le programme de vaccination déjà réussi du pays. L'intervention a permis d'améliorer les principaux comportements en matière d'hygiène (liés à l'allaitement exclusivement au sein, au lavage des mains au savon, à l'hygiène alimentaire, à la gestion des matières fécales et au traitement de l'eau et du lait) de 2 % lors de la première évaluation à 53 % après un an. Le projet a également permis d'augmenter la couverture vaccinale et a entraîné une diminution de 10 % de la prévalence de la diarrhée chez les personnes ayant participé au projet pilote.

Sur la base de cette intervention réussie, l'intégration de la promotion de l'hygiène à la vaccination de routine sera étendue au niveau national avec l'introduction d'un vaccin contre le rotavirus, prévue pour juin 2020. Malgré la pandémie de COVID-19, des programmes de formation massifs pour ces sessions interactives ont déjà eu lieu dans les bureaux de santé au Népal. Regardez notre court métrage sur le projet, ci-dessous.

Des actions « sans regret » pour la prévention des maladies

Investir maintenant dans des approches intégrées en matière d'hygiène est une action sans regret pour faire face à la COVID-19, aider à maintenir la fourniture essentielle de vaccins et renforcer la résilience contre les crises sanitaires ultérieures liées aux maladies évitables. Dans la perspective de stratégies à long terme, il est urgent d'agir dès maintenant, à tous les niveaux :

Actions locales :

  • Veiller à ce que chaque clinique de vaccination dispose d'installations de base pour le lavage des mains à l'eau et au savon, accessibles à tout le personnel et à tous les patients.
  • S'appuyer sur une approche « ne pas nuire » pour promouvoir activement l'hygiène et le lavage des mains par le biais de plateformes de vaccination, de cliniques et avec le personnel des cliniques par des indices visuels et des conseils de comportement, parallèlement à la radio, la musique et les plateformes de messagerie mobile.
  • Accélérer le développement d'ensembles d'interventions intégrées spécifiques au contexte, en s'appuyant sur les directives nationales et la science du changement des comportements en matière d'hygiène.
  • Lancer la formation du personnel de santé de première ligne pour intégrer l'hygiène et la vaccination.

Actions nationales :

  • Les ministères de la santé et les ministères concernés par le secteur WASH et le développement social devraient promouvoir activement les comportements d'hygiène intégrés aux communications sur la vaccination.
  • Inclure dans les budgets de santé et de vaccination des fonds réservés à l'amélioration immédiate du lavage des mains et des pratiques d'hygiène dans les cliniques de vaccination.
  • Utiliser au mieux la flexibilité de Gavi pour réaffecter jusqu'à 10 % des fonds destinés au renforcement des systèmes de santé afin de donner la priorité à l'intégration de l'hygiène et à la formation à la prévention et au contrôle des infections.
  • Accélérer la collaboration entre les secteurs afin d'élaborer des directives et des plans d'action nationaux pour des approches de vaccination intégrées à l'hygiène, notamment des plans de préparation au lancement d'un vaccin contre la COVID-19.

Actions mondiales :

  • Les principaux alliés pour la vaccination et le secteur WASH devraient défendre une approche de vaccination intégrée à l'hygiène, en tant qu'action « sans regret » pour la santé mondiale.
  • Les bailleurs de fonds de Gavi devraient exprimer leur soutien à une approche de vaccination intégrée à l'hygiène, et amplifier la flexibilité de Gavi pour réaffecter jusqu'à 10 % du financement du renforcement des systèmes de santé existants afin de donner la priorité à l'investissement dans l'intégration de l'hygiène, parallèlement à la vaccination, comme mesure préventive essentielle dans la réponse à la COVID-19.
  • Accélérer la mise en place d'orientations mondiales sur l'intégration de l'hygiène et de la vaccination, sur la base des preuves existantes et des actions « sans regret » en matière d'hygiène et de lavage des mains, afin d'éclairer la stratégie de renforcement des systèmes de santé de Gavi.
Une femme volontaire dans le domaine de la santé animant une séance d’hygiène devant un groupe de parents et d’enfants venus se faire vacciner à l’hôpital de district de Khalanga, Jajarkot, Népal.
Une approche d’immunisation intégrée à l’hygiène : une femme volontaire de la santé mène une séance d’hygiène avec des parents et des enfants venus se faire vacciner à l’hôpital du district. Jajarkot, Népal.
WaterAid/ Mani Karmacharya

En donnant la priorité aux investissements en matière d'hygiène dès maintenant, on pourra élaborer des plans et des mécanismes pour la fourniture conjointe de services d'hygiène et de vaccination

Il est essentiel de donner la priorité à la mise en œuvre conjointe de programmes d'hygiène et de vaccination, notamment au financement essentiel pour intégrer l'hygiène à la vaccination, afin d'établir une nouvelle norme, et particulièrement vital en cette période de vulnérabilité avant qu'un vaccin contre la COVID-19 ne soit universellement disponible. La pandémie a exacerbé les inégalités en fonction du revenu, du genre, de l'âge, du lieu, du handicap et de l'état de santé, et ces facteurs de discrimination, qui jouent déjà sur la question de savoir qui a accès à l'eau potable, au savon et aux installations d'assainissement, se manifesteront probablement aussi sur la question de savoir qui a accès à un vaccin et quand.

En soutenant l'appel lancé par l'ONUSIDA, avec Oxfam et plus de 150 dirigeants mondiaux en faveur d'un People's Vaccine (vaccin universel), nous soulignons la nécessité d'agir maintenant pour prévenir la propagation continue de la pandémie. Donner la priorité à l'hygiène dès maintenant permettra de préparer des plans nationaux et des mécanismes de mise en œuvre dans les ministères de la santé, de la vaccination et du secteur WASH, de renforcer les services de vaccination de routine et de masse essentiels par des interventions en matière d'hygiène sur le long terme, et de préparer des approches intégrées à l'hygiène pour améliorer l'efficacité du déploiement éventuel d'un vaccin contre la COVID-19. Nous espérons entendre Gavi et ses bailleurs de fonds soutenir cet appel lorsqu'ils prendront leur engagement le 4 juin.

Julie Truelove est analyste politique principale pour la santé et l'hygiène à WaterAid Royaume-Uni. Retrouvez-la sur Twitter : @JulieTruelove. Katie Tobin est coordinatrice du plaidoyer à WaterAid. Retrouvez-la sur Twitter : @travelingKT.