Petits investissements, grandes récompenses : des dispositifs de lavage des mains pour chaque contexte

on
12 June 2020
WaterAid

Les conseils de santé publique sur le lavage des mains pendant la pandémie de COVID-19 sont difficiles à suivre pour de nombreuses personnes vivant dans des communautés rurales sans eau courante. Ici, les membres de l’équipe de WaterAid Bangladesh présentent leur manuel de dispositifs de lavage des mains faciles à utiliser et adaptés au contexte, conçus pour surmonter les difficultés liées à l’accessibilité et à l’abordabilité afin d’inclure tout le monde.

Depuis l’apparition de la COVID-19 au Bangladesh, le pays a été inondé par le principal message de santé publique de « se laver fréquemment les mains pendant au moins 20 secondes », suivant les conseils de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En théorie, le lavage des mains au savon est une mesure préventive facile, efficace et abordable contre la COVID-19.

Les médias ont joué un rôle dynamique et essentiel dans la promotion du lavage des mains au savon et la diffusion de ce message préventif de base dans tout le pays. Le gouvernement a également mis en avant le lavage des mains au savon dans ses messages officiels concernant la COVID-19, bien que ceux-ci aient été évincés par d’autres conseils de santé publique. Presque toutes les entreprises locales et multinationales qui produisent du savon, des produits d’hygiène et de nettoyage ont également adapté leur publicité en fonction des messages COVID-19.

Un homme lit des messages de sensibilisation à l’aide d’un mégaphone à l’arrière d’un tricycle dans le cadre de l’intervention COVID-19. Bangladesh. Avril 2020
Des messages de sensibilisation à la santé publique concernant la COVID-19 ont été diffusés dans des communautés du Bangladesh.

L’eau courante exclut de nombreuses communautés

Mais, tout en appréciant ces efforts corrects et sincères de toutes parts, une observation critique est que la plupart des matériels promotionnels montrent l’eau courante. Les plus de 63 % des habitants du Bangladesh qui vivent dans des zones rurales peuvent donc se sentir exclus, car la plupart des populations rurales utilisent l’un des différents types de puits tubulaires à commande manuelle ou un autre type de point d’eau géré par la communauté.

Les communautés rurales transportent souvent l’eau des points d’eau ou des sources proches, comme les étangs, vers les latrines pour se laver les mains après la défécation. Les gens stockent l’eau dans leur cuisine ou dans d’autres endroits appropriés de leur foyer pour se laver les mains avant ou après avoir mangé.

La situation est similaire dans les bidonvilles et les communautés à faibles revenus des zones urbaines ; l’eau n’est disponible qu’aux points d’eau gérés par la communauté, ayant un raccordement étendu à partir des services d’eau ou des puits tubulaires typiques, selon le contexte. Dans les bidonvilles urbains densément peuplés, les gens doivent se laver les mains aux points d’entrée et de sortie pour réduire la propagation de la COVID-19. La chose est difficile en raison du manque d’installations adéquates et appropriées.

Des femmes recueillent de l’eau pour se laver dans un puits tubulaire à la plantation de thé Gulni dans le district de Sylhet, au Bangladesh.
WaterAid/ Abir Abdullah
Une grande partie de la population rurale du Bangladesh dépend de sources d’eau partagées comme ce puits tubulaire du domaine de Gulni Tea dans le district de Sylhet.

Risque de contamination des points d’eau

La COVID-19 a changé toute la notion de lavage des mains. Les gens ont commencé à se laver les mains même sur les marchés ruraux, dans les complexes de santé, dans les bureaux des autorités locales et après leur retour à la maison. Il s’agit là d’une évolution positive, mais nous devons être prudents quant au risque de transmission par les points d’eau que les gens doivent utiliser. Le virus peut se transmettre d’une personne à l’autre par des points de fort contact tels que les poignées des pompes à main ou les tasses utilisées pour puiser de l’eau dans des seaux.

Par exemple, l’utilisation de puits tubulaires ou de tasses nécessite une main pour verser l’eau. Non seulement cela n’est pas pratique, mais la main nettoyée sert aussi à verser l’eau de l’autre en touchant la pompe à main ou une autre surface qui pourrait être contaminée.

Notre manuel d’appareils de lavage des mains à prix abordable

Pour relever ces défis, nous avons conçu des dispositifs de lavage des mains simples, adaptés au contexte et abordables, avec eau courante, pour les lieux publics et les ménages, avec le soutien de nos ONG partenaires, de travailleurs sociaux enthousiastes et d’entrepreneurs locaux. Nous avons fait la promotion d’une grande variété de dispositifs de lavage des mains pendant la COVID-19 pour les contextes ruraux et urbains, afin de permettre même aux communautés les plus marginalisées de se laver facilement les mains avec l’eau courante.

Dans le cadre de notre long travail de promotion des dispositifs de lavage des mains, plusieurs modèles innovants et peu coûteux ont été développés, tels que le « tippy tap » (conteneur incliné), un robinet fixé à un tonneau ou à un pot en argile et bien d’autres. Nombre de ces modèles à bas prix ont été créés par des inventeurs locaux, en collaboration avec WaterAid et nos ONG partenaires.

Nous avons compilé 22 types différents de dispositifs de lavage des mains dans un manuel facile à utiliser, comprenant des descriptions et des estimations de coûts afin que les gens puissent identifier le dispositif le plus approprié pour un contexte particulier et le mettre en place. Ces appareils nécessitent pour la plupart des matériaux disponibles localement, ce qui les rend plus abordables.

Une femme se lavant les mains à l’aide d’une simple installation de lavage des mains dans son village pendant la pandémie COVID-19 au Bangladesh
WaterAid
Une femme se lavant les mains à l’aide d’une simple installation de lavage des mains dans son village pendant la pandémie de COVID-19 au Bangladesh.

Dispositifs de lavage des mains sans contact pour la COVID-19 et accessibilité

L’une des meilleures innovations introduites pendant la pandémie de coronavirus et incluse dans le manuel est le dispositif de lavage des mains de type pédale sans contact , qui permet aux gens de se laver les mains sans toucher le robinet. Cela minimise le risque de propagation de la COVID-19 et d’autres maladies transmissibles, tout en réduisant le gaspillage d’eau.

Le manuel comprend également des dispositifs de lavage des mains qui permettent aux enfants et aux personnes handicapées d’accéder aux installations et de les utiliser facilement. Il existe également des guides qui permettent aux habitants des zones rurales difficiles d’accès de fabriquer leurs propres dispositifs de lavage des mains dans leur cour en utilisant un robinet fixé à un mini-fût, un pot en terre ou un bol en plastique pour recueillir l’eau usée, en fixant ce système simple à l’aide de boue. Les Tippy Taps sont un autre dispositif très simple de lavage des mains inclus qui est également utile dans les zones rurales du Bangladesh.

Notre manuel est accessible au public et nous le partageons largement avec les acteurs du secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH). Plusieurs organisations et individus ont déjà pris contact et ont commencé à utiliser de manière proactive les modèles proposés pour développer des dispositifs de lavage des mains en utilisant leurs propres ressources. Nous avons également élaboré une spécification de conception pour les stations de lavage des mains publiques, afin d’encourager les meilleures pratiques en matière de conception du lavage des mains.

Le lavage des mains est une intervention rentable

La COVID-19 a ébranlé le monde par la peur et l’incertitude. Mais une stratégie très simple et élémentaire consistant à se laver fréquemment les mains avec de l’eau et du savon peut permettre de lutter contre les ravages de cette pandémie. Le lavage des mains au savon a été reconnu comme l’une des inventions les plus rentables en matière de santé publique. Selon l’OMS, un investissement de seulement 3,35 dollars US dans la promotion du lavage des mains offre les mêmes avantages pour la santé qu’un investissement de 11 dollars dans la construction de latrines ou de 200 dollars dans l’approvisionnement en eau des ménages. Ces chiffres montrent que de petits investissements dans l’hygiène sont synonymes de grands changements, mais l’hygiène reste négligée par les individus, les communautés, les institutions et les décideurs politiques.

Le lavage des mains au savon ne doit pas être poursuivi uniquement à cause des craintes de la COVID-19 ; il doit plutôt être développé comme une habitude de toute une vie. On estime que les bonnes pratiques de lavage des mains permettent de réduire l’incidence des diarrhées et des maladies respiratoires de 40 % et 21 % respectivement, ce qui engendre d’énormes avantages économiques.

La pandémie de COVID-19 offre l’occasion de modifier définitivement les comportements en matière d’hygiène et d’en récolter les bénéfices sanitaires à long terme. Et c’est l’occasion de veiller à ce que chacun dispose des installations nécessaires pour maintenir ces nouveaux comportements. Le temps est venu de redéfinir le paradigme de l’investissement au niveau individuel, communautaire et même national, afin que les changements durables pour l’humanité fassent partie de la « nouvelle normalité ».

Hasin Jahan est directeur de national, Golam Muktadir est conseiller technique pour le programme WASH et Zarif Ifthekhar Rasul est responsable du soutien stratégique, tous à WaterAid Bangladesh.