Progrès vers la couverture sanitaire universelle au Mali : le rôle vital de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène

on
12 December 2018
Miniature
WaterAid/ Guilhem Alandry

À l’occasion de la première « Journée de la couverture sanitaire universelle » depuis sa désignation officielle par les Nations unies, Alassane Maiga, responsable des programmes et du plaidoyer de WaterAid Mali, fait part des progrès réalisés à ce jour dans le cadre de leur projet visant à améliorer les services WASH dans les établissements de santé en tant qu’élément essentiel de la couverture sanitaire universelle, et des défis qui restent à relever.

Alors que je suis assise ici au bureau de WaterAid Mali à Bamako, la capitale du Mali, je suis heureuse de faire par du travail acharné et des résultats de nos efforts pour améliorer la santé des Maliens les plus vulnérables.

De 2015 à mars de cette année, WaterAid Mali - en collaboration avec le ministère de la santé, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC Atlanta) et des partenaires locaux - a mis en œuvre un projet visant à améliorer l’approvisionnement en eau, l’hygiène et l’assainissement (WASH) dans 23 centres de santé des districts de Bla (région de Ségou) et de Koro (région de Mopti). Le projet a été réalisé grâce à un financement de 4,4 millions de dollars américains cofinancé par la Fondation Conrad N. Hilton (CNHF).

Une couverture maladie universelle est impossible sans WASH

Les gouvernements du monde entier se sont fixé un objectif de développement durable (ODD) ambitieux pour parvenir à une couverture maladie universelle (CSU) - en d’autres termes, des services de santé pour tous les citoyens partout dans le monde - d’ici 2030.

Notre projet ici au Mali était basé sur la reconnaissance du fait que la CHU ne peut être réalisé dans notre pays alors que tant d’établissements de santé manquent des bases essentielles d’eau potable, d’un assainissement adéquat et des installations et bonnes pratiques requises pour maintenir les normes d’hygiène. Sans ces éléments de constitutifs, il est impossible de fournir des soins de santé de qualité, de prévenir ou de contrôler les épidémies de maladies dangereuses, et les citoyens ne peuvent pas exercer leurs droits fondamentaux à la santé.

Au Mali, nous avons appris, grâce à une étude de diagnostic dans les centres de santé en 2015, à quel point la situation était difficile. 61 % des centres de santé ne disposaient pas d’eau potable. 68 % ne pratiquaient pas le lavage des mains avec du savon. 89 % des centres de santé ne traitaient pas leurs déchets médicaux de manière sûre. Ce qui est peut-être le plus choquant, c’est que 100 % des latrines n’étaient pas fonctionnelles parce qu’elles étaient insalubres et ne permettaient pas de se laver les mains avec du savon. Il était clair pour nous qu’il s’agissait d’une crise nationale, à laquelle nous devions contribuer.

Des progrès au-delà du projet

Au début de cette année, nous avons passé en revue le projet triennal et réfléchi aux progrès et aux défis. Nous sommes heureux que nos efforts conjoints aient permis d’améliorer l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène dans les 23 centres de santé couverts.

Tout au long du projet, tous les acteurs ont élaboré et convenu d’un ensemble minimum d’interventions WASH dans les centres de soins. Ce paquet servira de modèle pour les futures interventions visant à améliorer les installations WASH dans les centres de santé du Mali, qui seront appliquées parallèlement à un plan stratégique national.

Le succès a dépassé les seuls établissements de soins de santé où nous avons directement amélioré les services. Il a également influencé et aidé le ministère de la santé à élaborer et à valider une stratégie nationale et un groupe de travail pour l’intégration de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène dans le secteur de la santé. Comme le montre le court métrage ci-dessous, le professeur Samba Sow, ministre de la santé, s’est félicité de l’étroit partenariat avec WaterAid Mali et reconnaît l’importance vitale de la mise à l’échelle et du maintien du programme WASH dans tous les établissements de santé du pays.

Dans notre examen, nous avons réfléchi attentivement aux facteurs qui ont contribué au succès du projet, et j’espère qu’ils seront utiles à d’autres personnes qui cherchent à travailler dans ce domaine. Nous avons considéré les facteurs clés comme étant :

  1. L’engagement et le leadership remarquable de la Direction nationale de la santé.
  2. Le solide partenariat avec le ministère de la santé et les experts de la direction nationale du CDC Atlanta.
  3. Renforcement du secteur de la santé pendant la mise en œuvre du projet. Le projet a été l’occasion de renforcer les capacités des partenaires ; il a rendu le secteur de la santé très fort en termes de collaboration et de travail en commun. Il a également revitalisé le groupe de travail national, qui a servi de plate-forme pour apprendre les uns des autres, en particulier les enseignements tirés du projet.

Les défis restants

Nous avons également examiné les principaux défis qui restent à relever pour étendre le programme WASH dans les établissements de santé et progresser vers la création de centres hospitaliers universitaires au Mali. Par exemple, la plupart des centres de santé communautaires au Mali sont gérés par une Association de Santé Communautaire (ASACO) - L’amélioration de la pérennité financière des ASACO, le renforcement de leur gouvernance et l’augmentation du nombre d’agents de santé formés constituent un défi majeur pour notre pays. Nous travaillerons en étroite collaboration avec le ministère de la santé et nos partenaires de projet pour aborder ces questions pendant la « phase de consolidation » actuelle de notre travail et jusqu’en 2019.

Nous savons qu’il reste un long chemin à parcourir pour parvenir à des soins de santé de qualité pour tous au Mali, et pour obtenir les services WASH nécessaires pour y parvenir. Mais je crois que notre projet prouve que de réels progrès sont possibles grâce à des approches bien pensées de renforcement du secteur, à de grands partenariats et, surtout, à l’appropriation et au leadership du gouvernement.

 

Cet hiver, WaterAid UK entend collecter 1,5 million de livres sterling, ce qui suffira à transformer plus de 20 centres de santé dans le monde en leur fournissant de l’eau propre, des toilettes décentes et une bonne hygiène.

En savoir plus sur l’appel >