Promouvoir des services d’eau, d’assainissement et d’hygiène inclusifs dans les établissements de santé au Cambodge

on
2 December 2018
Accessible access to WASH in healthcare facilities

Pour coïncider avec la Journée internationale des personnes handicapées, Channa Sam Ol, responsable du programme WASH et santé de WaterAid Cambodge, explique le cheminement vers leur nouvel « Outil participatif sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de soin de santé (WASH in HCFs) ».

Pour répondre aux besoins de couverture sanitaire des 16 millions d’habitants du Cambodge, il existe 1 100 centres de santé offrant des services intégrés de promotion de la qualité, de prévention, de soins de base et d’accouchement. Chacun de ces centres de santé couvre 8 000 à 10 000 de personnes. Une centaine d’hôpitaux de référence et 9 hôpitaux nationaux fournissent des soins secondaires et tertiaires, et font office de centres de référence pour les centres de santé. En mettant l’accent sur les soins centrés sur la personne, le ministère de la santé du Cambodge s’est efforcé d’améliorer la qualité de la prestation des services de santé, leur accessibilité et leur équité.

Les choses s’améliorent...

Dans mon travail avec le secteur de la santé ici, je peux voir que les choses s’améliorent : de plus en plus de femmes accouchent maintenant dans des établissements de santé plutôt qu’à domicile ; et les familles à faibles revenus et les personnes handicapées peuvent accéder à ces services de santé grâce aux subventions gouvernementales. Mais il reste encore beaucoup à faire. C’est pourquoi WaterAid Cambodge a mis l’accent sur le concept de services « conviviaux » et sur la manière dont nous pouvons contribuer à la progression du pays vers une couverture sanitaire universelle (CSU) en veillant à ce que les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) dans les établissements de santé soient conviviaux et accessibles à tous.

...mais il faut faire plus

Au cours de mes 15 années d’expérience avec les ONG au Cambodge, la santé des femmes et des enfants a toujours été au cœur de mon travail. Lors de chaque visite dans des établissements de santé ruraux, je me demande toujours si les services répondent aux besoins des gens. Pour atteindre l’ambitieux objectif de développement durable (ODD) de CSU d’ici 2030, j’ai constaté que nous devons encore améliorer même les éléments de base des installations, tels que la disponibilité de l’eau, l’assainissement et l’hygiène, ainsi que la prévention et le contrôle des infections. Sans ces bases essentielles, la CSU sera impossible.

Pourquoi un système WASH convivial dans les établissements de santé est-il indispensable ?

Je me souviens particulièrement bien d’une visite dans un centre de santé rural. Alors que je testais les services du centre de santé à l’aide de notre « outil convivial », j’ai interviewé une femme qui venait d’accoucher. Elle m’a parlé de son expérience post-partum au centre de santé. Elle a peu parlé de l’utilisation des installations WASH du centre, ne voulant pas donner beaucoup de détails. Après avoir parlé avec elle, nous avons observé les latrines, la station de lavage des mains et les installations de bain près de la salle post-partum. La salle de toilette se trouvait à 10 m et disposait d’une petite toilette accroupie sans barres pour les mains. Il y avait une grande cuvette contenant un peu, ce qui rendait difficile l’évacuation de l’eau. Pendant que nous observions, la femme à qui j’avais parlé s’est rendue aux toilettes puis est revenue dans la chambre de post-partum ; elle a demandé à sa mère de l’aider aux toilettes car elle ne pouvait pas puiser toute seule l’eau pour tirer la chasse.

Une autre histoire de notre partenaire Rainwater Cambodia m’a également frappé. Rainwater Cambodia met en œuvre le programme WASH dans six centres de santé ruraux à Tbong Khmom en appliquant l’outil d’amélioration des installations sanitaires Water and Sanitation for Health facilities (WASH FIT) créé par l’OMS et l’UNICEF. Cet outil de gestion permet aux établissements de santé d’effectuer des auto-évaluations, d’identifier les risques et d’améliorer la planification et le suivi. Lors de leur visite de suivi dans l’un des centres de santé, Broher Khleng, ils ont rencontré un homme, M. Cham, qui était là pour une consultation. Il était en chaise roulante et venait de passer 20 minutes à faire rouler sa chaise roulante de son domicile au centre de santé. En attendant sa consultation, il avait besoin d’utiliser les toilettes. Comme il n’y avait pas de toilettes accessibles dans le centre de santé, M. Cham a dû rentrer chez lui et revenir au centre de santé, ce qui lui a pris une heure de plus.

Ces deux exemples montrent à quel point les personnes à mobilité réduite, notamment les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes handicapées physiques, sont confrontées à des difficultés supplémentaires pour utiliser les installations WASH lorsqu’elles se trouvent dans les centres de santé, et à quel point cela compromet la qualité des soins.

Notre réponse : l’outil participatif WASH in HCFs, facile à utiliser

Une étude menée par l’Institut national de la santé publique du Cambodge sur les établissements de santé publique de cinq provinces a révélé que les conditions d’approvisionnement en eau étaient bonnes, tandis que les installations et les services d’hygiène et d’assainissement devaient encore être améliorés. L’étude a également montré que de nombreuses installations sont inaccessibles et ne répondent pas aux besoins des personnes à mobilité réduite, ni aux besoins des femmes et des jeunes filles en matière d’hygiène menstruelle.

En conséquence, notre équipe a décidé de se concentrer sur l’accessibilité et a discuté de la manière de l’aborder stratégiquement. En nous basant sur une étude de portée mondiale réalisée par l’Institut Nossal pour la santé mondiale de l’Université de Melbourne, nous avons appris qu’il n’existait aucun outil permettant d’identifier pleinement les utilisateurs des établissements de soins de santé ayant des problèmes de mobilité ou de leur permettre réellement d’exprimer leurs besoins. C’est pourquoi, en collaboration avec les parties prenantes, WaterAid Cambodge a élaboré un « outil d’audit d’accessibilité à l’eau, l’assainissement et del’hygiène dans les établissements de santé ». Nous avons partagé cet outil avec des groupes d’experts des secteurs de l’eau, de l’assainissement, de la santé et du handicap pour qu’ils l’examinent. Enfin, nous avons organisé un atelier de consultation avec les ONG partenaires, les représentants du gouvernement et le personnel du département provincial de la santé, et nous avons procédé à l’essai de l’outil dans la province de Kompong Thom. Cette étape de consultation a débouché sur des suggestions de conceptions techniques plus appropriées à adopter par les établissements de santé, et WaterAid Cambodge a travaillé avec Humanity and Inclusion (HI) pour examiner et documenter les conceptions techniques. Toutes ces contributions, consultations et tests nous ont permis d’affiner notre travail et de produire l’outil participatif final « Outil participatif sur l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans les établissements de soin de santé (WASH in HCFs) ».

Quelle est la prochaine étape ?

Nous prévoyons de piloter l'outil et les conceptions techniques proposées pour un WASH convivial dans les établissements de santé. Les résultats de ce projet pilote nous permettront de plaider en faveur d'établissements de soins de santé plus conviviaux, en faisant part de l'expérience des patients et des communautés aux décideurs afin de garantir que personne ne soit laissé pour compte dans les progrès réalisés en vue de la création d une CSU d'ici 2030.

 

Suivez notre actualité sur twitter pour rester informés du travail de WaterAid dans le monde >