Quatre ans plus tard et où en sommes-nous ? Évaluer les progrès réalisés dans le cadre de l'ODD 6

5 min read
WaterAid/Eliza Powell

Alors que les dirigeants mondiaux se sont réunis au sommet des ODD mardi et mercredi pour évaluer les progrès réalisés au niveau mondial en matière d'Objectifs de développement durable, des experts nommés par les Nations unies ont publié un rapport passant en revue les progrès réalisés dans le cadre des ODD. Laurin Liu résume les conclusions du rapport et examine comment l'ODD 6 peut contribuer à accélérer la réalisation d'autres objectifs.

Toute personne utilisant l'entrée publique du siège de l'ONU cette semaine sera accueillie par une grande exposition des 17 Objectifs de développement durable (ODD) montés spécialement pour la semaine de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations unies : un rappel à toutes les délégations des promesses faites en 2015 de travailler à un plan commun pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous.

2019 est un jalon particulièrement important pour les ODD, puisque les dirigeants mondiaux se sont réunis au sommet des ODD mardi et mercredi pour évaluer les progrès réalisés au niveau mondial, la première réunion d'un événement de haut niveau qui aura lieu tous les quatre ans. Il existe un consensus mondial sur le fait que les gouvernements n'ont pas été assez rapides ou ambitieux dans la réalisation des objectifs : dans de nombreux domaines des ODD, il n'y a pas de progrès du tout. Les progrès réalisés sur certains ODD, principalement liés aux émissions de gaz à effet de serre et à la dégradation de l'environnement, connaissent même un recul. Quant à l'ODD 6 (garantir l'accès universel à l'eau potable et à l'assainissement), les progrès restent trop lents pour atteindre l'objectif de 2030.

Quels sont les enjeux ?

En attendant, nous sommes déjà confrontés à une crise de l'eau imminente : selon le World Resources Institute, 17 pays dans le monde, qui abritent un quart de la population mondiale, sont actuellement soumis à un stress hydrique extrêmement élevé, ce qui signifie qu'ils utilisent presque toute l'eau dont ils disposent. Si rien ne change, la demande en eau devrait augmenter de 50 % d'ici 2025, 1,8 milliard de personnes connaissant une pénurie absolue d'eau et deux tiers de la population mondiale vivant dans des conditions de stress hydrique.

L'action relative à l'ODD 6 peut accélérer la réalisation d'autres objectifs de développement

Pour aider les gouvernements à prendre de meilleures décisions, un rapport d'experts nommés par le Secrétaire général des Nations unies ont identifié de multiples « points d'entrée » pour accélérer les progrès dans de multiples ODD. Les experts notent qu'agir dans ces domaines où il existe des interconnexions et des interdépendances particulièrement fortes entre les ODD peut être particulièrement efficace, en créant un effet d'entraînement qui améliore la vie des êtres humains.

Voici comment l'eau s'intègre dans ces points d'entrée* :

Bien-être et capacités humains : Les experts ont souligné que les personnes qui manquent d'eau et d'assainissement ont également tendance à être touchées par d'autres formes de pauvreté, notamment un faible niveau de revenu, une mauvaise santé et un faible niveau d'éducation. C'est pourquoi l'éradication de la pauvreté et des autres formes d'inégalités n'est pas seulement une question d'argent : il s'agit aussi de s'attaquer à ces problèmes multidimensionnels et qui se recoupent. Les gouvernements doivent garantir l'accès universel à des services de base de qualité qui soient favorables aux populations pauvres et ciblent les personnes les plus susceptibles d'être laissées de côté : les femmes et les filles, les personnes handicapées, les peuples indigènes et autres.

Margaret, qui se dépace en fauteuil roulant, assise à l’extérieur de sa latrine, qui lui permet d’aller facilement aux toilettes.
Les personnes handicapées, comme Margaret, sont souvent confrontées à des obstacles supplémentaires pour accéder à l’eau et aux services d’assainissement, s’ils ne sont pas conçus pour s’adapter à tous.
WaterAid/James Kiyimba

Économies durables et justes : Greta Thunberg a clairement indiqué une chose dans son discours aux Nations unies cette semaine : nous ne pouvons pas continuer à faire comme si de rien n'était et à avoir une croissance économique sans entrave. La surexploitation de nos ressources environnementales n'est pas durable en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, l'eau et la terre. Une économie durable et juste signifie une économie dans laquelle les activités industrielles ne se font pas au détriment des droits de l'homme à une eau potable et à des installations d'assainissement.

Systèmes alimentaires et modèles de nutrition : Nous devons être plus intelligents dans la façon dont nous produisons les aliments que nous consommons. À l'échelle mondiale, environ 70 % de l'eau douce utilisée chaque année sert à la production d'aliments. Dans les régions où l'eau est limitée, l'agriculture est souvent en concurrence avec l'accès à l'eau potable et aux services d'assainissement gérés en toute sécurité. En fait, la restriction de la consommation d'eau agricole pourrait avoir un impact bien plus important que la réduction de la consommation d'eau des ménages dans les endroits où il y a des pénuries d'eau.

Développement urbain et périurbain : Les villes utilisent beaucoup d'eau. En fait, l'empreinte hydrique des villes (l'eau qu'elles utilisent) est environ vingt fois supérieure à leur empreinte physique, ou à leur superficie. Les villes sont également les lieux où les inégalités sont les plus prononcées, ce qui signifie que l'accès aux services de base comme l'eau et l'assainissement doit être favorable aux populations pauvres et garantir que personne n'est laissé de côté. Les villes sont l'un des lieux les plus importants lorsqu'il s'agit de faire le dernier kilomètre pour ceux qui vivent actuellement sans eau potable ni services d'assainissement.

Des hommes se lavent devant chez eux à Safeda Basti, un quartier informel de New Delhi.
Safeda Basti est un quartier informel de New Delhi, qui compte 3 000 habitants. Dans des zones densément peuplées comme celle-ci, il est difficile de garantir à chacun l’accès à des latrines et à l’eau propre.
WaterAid/Adam Ferguson

Biens communs environnementaux mondiaux : Les biens communs environnementaux mondiaux désignent les ressources partagées de la Terre, c'est-à-dire l'atmosphère, l'hydrosphère, l'océan mondial, la cryosphère, les régions polaires, les biomes à grande échelle et les systèmes de ressources naturelles tels que les forêts, les terres, l'eau et la biodiversité. Les experts ont établi un lien entre la dégradation de l'environnement et la crise de l'eau et la disponibilité de l'eau douce, ce qui signifie que la restauration des terres est une façon de relever le niveau des nappes phréatiques et de faire en sorte que les communautés soient plus résistantes à la sécheresse et à la pénurie d'eau.

*Les points d'entrée supplémentaires comprennent « Décarbonisation de l'énergie avec l'accès universel », « Science pour le développement durable » et « Pas de changement progressif mais une transformation ».

Laurin Liu est coordinatrice du plaidoyer pour l'équipe des campagnes de WaterAid América.