Soutenir l'eau, l'assainissement et l'hygiène résilients au climat dans l'agenda mondial : les principaux enseignements de la sixième Assemblée des Nations unies pour l'environnement

Temps de lecture : 4 minutes
Ta-aba, 13, pours water collected from a borehole in Galaka, Ghana, September 2023.
Image: WaterAid/ Nana Kofi Acquah

La résolution de l'Union européenne sur les politiques de l'eau à l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement est une étape bienvenue pour combler le déficit de financement de l'Objectif de développement durable n° 6. Mais les États membres doivent faire davantage pour répondre à l'urgence de cette crise. 

L'un des principaux résultats de l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement du mois dernier a été l'adoption d'une résolution sur « des solutions efficaces et inclusives pour renforcer les politiques de l'eau afin de parvenir à un développement durable dans le contexte du changement climatique, de l'appauvrissement de la biodiversité et de la pollution ».

Organisée tous les deux ans, l'ANUE est la plus importante plateforme de prise de décision sur les questions environnementales mondiales. Elle réunit des chefs d'État, des ministres de l'environnement et d'autres représentants des États membres des Nations unies. Cette année, 15 résolutions et deux décisions ont été adoptées pour répondre aux défis environnementaux urgents. Une déclaration ministérielle a également mis l'accent sur le droit humain à un environnement propre, sain et durable, ainsi que sur l'approche intégrée de l'eau dans le cadre de la stratégie prévue à l'échelle du système des Nations unies pour l'eau et l'assainissement.

La résolution sur les politiques de l'eau, présentée par l'UE, souligne à juste titre que l'eau et l'assainissement présentent le deuxième déficit d'investissement le plus important de tous les objectifs de développement durable (ODD), et encourage les investissements visant à combler le déficit de financement pour des services d'eau, d'assainissement et d'hygiène (EAH) durables et résilients face au climat. Cette résolution fait également progresser les politiques intégrées de l'eau qui répondent au changement climatique, à la perte de biodiversité et à la pollution, ce que l'on appelle la « triple crise planétaire ».

Nous félicitons l'Union européenne d'avoir pris l'initiative d'élaborer et de présenter cette résolution, mais elle n'a qu'une portée limitée. Le texte final adopté ne reflète pas suffisamment l'urgence de l'aggravation de l'insécurité hydrique pour des millions de personnes dans le monde. Cette résolution se contente « d'encourager les investissements dans des infrastructures d'eau et d'assainissement durables et résilientes au climat [...], notamment pour combler le déficit d'investissement dans l'eau et l'assainissement », mais ne met pas l'accent sur l'action ou la réponse à apporter. Plutôt que de promouvoir et d'inviter les parties à agir, la résolution aurait dû aller plus loin et appeler à des engagements et des efforts plus audacieux qui inspirent un changement qui fait bouger les lignes.

La résolution aurait également dû mettre davantage l'accent sur la fonction fondamentale des services EAH gérés en toute sécurité pour assurer la santé des humains et de l'écosystème.

Passer de la résolution à l'action

À quelques années de la fin de la période couverte par les ODD, les efforts pour atteindre l'objectif 6 d'ici à 2030 doivent s'intensifier. Compte tenu de l'urgence de fournir à tous de l'eau potable, des installations sanitaires décentes et une bonne hygiène dans le contexte du changement climatique, nous appelons le gouvernement à faire deux choses.

Premièrement, nous demandons aux gouvernements d'intégrer la fourniture de services EAH dans les politiques et les programmes de santé, conformément à l'approche One Health préconisée dans la résolution, afin de refléter le rôle central de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène dans l'amélioration des résultats sanitaires pour les personnes et les écosystèmes.

Les zones humides et côtières sont particulièrement vulnérables aux conséquences d'un assainissement mal géré, affectant les communautés et les écosystèmes qui en dépendent. Mais lorsque les services domestiques EAH sont fournis de manière cohérente et sûre, ils garantissent la salubrité et la propreté des sources d'eau, telles que les rivières, les ruisseaux et les nappes phréatiques.

La seconde est que les gouvernements accélèrent la qualité et la quantité des financements en faveur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène résistants au climat, en tant qu'élément clé du programme de financement de l'adaptation au climat.

Le changement climatique est principalement ressenti par l'excès ou le manque d'eau. Il touche également de manière disproportionnée les populations marginalisées et vulnérables, exacerbant les inégalités existantes. Les pratiques de gestion durable de l'eau sont essentielles pour garantir la sécurité de l'eau. En outre, les systèmes et services d'eau et d'assainissement résilients au climat permettent aux communautés de s'adapter et de développer leur résilience aux impacts climatiques.

L'accélération du financement du secteur EAH peut contribuer à garantir un accès équitable aux services essentiels. Cependant, très peu d'attention et d'investissements ont été consacrés à la prise en compte des effets du changement climatique sur les services d'eau et d'assainissement. En 2020, par exemple, à peine 1 % des milliards promis au niveau mondial pour lutter contre le changement climatique ont été consacrés à la protection et à l'approvisionnement en eau potable des communautés vulnérables à ses effets. Cet écart ne s'est pas réduit au cours des quatre dernières années et nécessite une attention urgente.

Comme l'indique la résolution de l'UE à l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement, « l'eau est indispensable à la santé, au bien-être et au développement humain ». Elle est essentielle à la résilience des communautés et des écosystèmes dont elles dépendent. Nous espérons que le sommet One Water de cette année sera l'occasion de prendre des engagements plus fermes en ce sens et de faire avancer cette importante résolution.

Alexandra Chevalier est la représentante de WaterAid pour l'UE. 
Patience Mukuyu est analyste politique en chef - Sécurité de l'eau et résilience climatique.

Image du haut : Ta-aba, 13 ans, verse de l'eau provenant d'un trou de forage à Galaka, au Ghana, en septembre 2023.