Trouver de l’argent pour la santé publique, la relance économique verte et les objectifs de développement durable

on
13 May 2020
WaterAid/ James Kiyimba

Katie Tobin, John Garrett et Chilufya Chileshe examinent comment le traitement des impacts sanitaires et économiques de la COVID-19, tout en se tournant vers la justice climatique, requiert une transformation complète du système financier actuel et de l’économie mondiale.

La pandémie de coronavirus souligne la profonde fragilité et la non-durabilité du monde actuel. Elle met en évidence le sous-investissement chronique dans la santé et le bien-être de l’homme et les conséquences d’une exploitation acharnée de la biodiversité et de l’environnement naturel .

Malgré l’engagement pris par 193 gouvernements en adoptant l’historique Agenda 2030 pour le développement durable, la COVID-19 et l’accélération de la crise climatique menacent de saper les progrès réalisés et d’accroître les niveaux de pauvreté dans le monde pour la première fois depuis des décennies. Le leadership mondial - gouvernemental et entrepreneurial - a été jugé sérieusement insuffisant.

Vers un ordre mondial plus juste, plus équitable et plus durable

Au moins la moitié de la population mondiale n’a pas accès aux services de santé essentiels. Trois milliards de personnes n’ont pas accès aux installations de base de lavage des mains , plus d’un milliard de personnes vivent dans des conditions surpeuplées, dans des bidonvilles et sont donc incapables de pratiquer l’éloignement physique, et 40 % des installations de soins de santé dans le monde ne disposent pas d’hygiène des mains aux points de soins (OMS/UNICEF JMP 2019).

Le virus et les confinements qui en résultent menacent les moyens de subsistance de 1,6 milliard de travailleurs, et il y a quelques mois, 11 000 scientifiques ont déclaré clairement et sans équivoque que la planète Terre est confrontée à une urgence climatique. Ces crises sociales, économiques et environnementales combinées montrent la nécessité de réaliser de réels progrès sur les objectifs de développement durable (ODD) et inspirent de nouvelles actions collectives en vue d’un ordre mondial plus juste, plus équitable et plus durable.

Photo d’un homme utilisant une station de lavage des mains sans contact actionnée au pied à Katmandou, au Népal.
WaterAid/ Mani Karmacharya
Photo d’un homme utilisant une station de lavage des mains sans contact actionnée au pied à Katmandou, au Népal.

Au centre de ce programme se trouve la finance. Pourtant, même avant l’instauration généralisée de mesures de confinement et la récession économique qui en a résulté, le financement nécessaire à la réalisation des ODD était cruellement insuffisant.

Les recherches de WaterAid sur le financement de l’accès universel à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène au Nigéria, en Éthiopie et au Pakistan (ODD 6 cibles 1 et 2) indiquent des insuffisances plusieurs fois supérieures aux niveaux de financement actuels.

D’autres études révèlent que cette situation est commune à d’autres ODD, le réseau des solutions de développement durable des Nations unies ayant identifié un déficit de financement annuel de 400 milliards de dollars pour la mise en œuvre des ODD dans les pays en développement à faible revenu (LIDC).

Aucun pays ou individu ne peut résoudre ces problèmes à lui seul. Les efforts nationaux des LIDC visant à mobiliser des ressources nationales accrues pour lutter contre la pandémie et investir dans les ODD doivent être soutenus par une réponse globale, coordonnée et complète dépassant largement le soutien fourni à ce jour.

Un stimulus centré sur l’homme et reposant sur des bases durables

La semaine dernière, le Secrétaire général des Nations unies a lancé un cadre axé sur l’atténuation des conséquences socio-économiques de la pandémie grâce à un « plan de relance centré sur l’homme, novateur et coordonné, atteignant des points de pourcentage à deux chiffres du produit intérieur brut mondial ».

C’est une bonne chose, mais il est essentiel que cela repose sur des bases équitables, abordables et durables - plutôt que sur une montagne de nouvelles dettes et l’austérité qui a suivi la crise financière de 2008.

Le financement de cette relance mondiale sans précédent nécessite un ensemble complet de réformes fondamentales - préconisées depuis longtemps par la société civile et les mouvements pour la justice économique - comprenant l’allègement de la dette, la fiscalité, l’aide internationale, les réserves et les subventions.

Cette transformation structurelle devrait être instituée d’urgence à la fois dans le cadre d’une réponse immédiate à la COVID-19 et de permanentes réorientations et sauvegardes sur les systèmes économiques et financiers internationaux.

L’allégement de la dette par le FMI, la Banque mondiale et le G20 est un début positif, qui offre un espace budgétaire temporaire, notamment pour les dépenses publiques dépriorisées en raison d’engagements écrasants en matière de service de la dette.

Mais comme l’a préconisé la Jubilee Debt Campaign, Oxfam, Christian Aid et d’autres, l’annulation inconditionnelle généralisée de la dette publique et privée est ce qui est vraiment nécessaire, supervisée par un mécanisme indépendant d’assainissement de la dette souveraine sous l’égide des Nations Unies.

Les besoins de la Zambie en matière de service de la dette extérieure, qui s'élèvent à 1,5 milliard de dollars en 2020 - aujourd’hui partiellement allégé - sont à comparer à des budgets pour la santé de 215 millions de dollars et pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène de 9  millions de dollars (2019).

Cibler la fiscalité, les investissements directs étrangers et les combustibles fossiles

L’annulation de la dette n’est qu’un exemple de la transformation requise dans les relations financières entre les pays à revenu élevé et les LIDC pour permettre aux gouvernements d’aborder la COVID-19, de cibler efficacement les biens et services publics, de réaliser les droits de l’homme (y compris le droit au développement) pour tous, en particulier les plus pauvres et les plus vulnérables, et de réaliser les ODD.

Les structures fiscales mondiales exigent également une vaste révision. Les chefs d’église du Royaume-Uni ont récemment souligné comment 8 000 milliards de dollars se retrouvent dans des paradis fiscaux offshore, les pays en développement étant privés de jusqu’à 400 milliards de dollars chaque année en raison de l'évasion et des fraude fiscales.

Dans le même ordre d’idées, le FMI a déjà révélé que près de 40 % des investissements directs étrangers sont totalement artificiels : il s’agit d’investissements financiers passant par des coquilles vides d’entreprises sans activité réelle. Il est essentiel de mettre un terme à ces pratiques et d’assurer un contrôle démocratique des bénéfices des entreprises afin de garantir que les gouvernements - et leurs citoyens - bénéficient des revenus réalisés dans leur pays.

En outre, la suppression progressive des subventions pour les combustibles fossiles et la mise en place de taxes sur le carbone peuvent toutes deux mettre fin aux incitations qui aggravent l’urgence climatique et libérer de nouveaux fonds pour le développement durable. Comme l’a récemment reconnu le FMI, cela est particulièrement crucial pour endiguer la vague immédiate de COVID-19 et rendre plus verte la reprise économique. L’organisation gagnerait à faire de l'établissement de rapports sur ces questions un élément essentiel et obligatoire de sa surveillance au titre de l’article IV.

Deux personnes gardent leurs distances tout en faisant le plein d’eau dans une communauté du Bangladesh pendant la pandémie de COVID-19.
WaterAid
Deux personnes gardent leurs distances tout en faisant le plein d’eau dans une communauté du Bangladesh pendant la pandémie de COVID-19.

Mobiliser toute la puissance du FMI

Alors que le FMI a pris certaines mesures pour libérer des liquidités pour la santé et les dépenses de relance en vue de répondre à la COVID-19, le secrétaire général des Nations unies, la CNUCED et d’autres ont demandé une nouvelle allocation des Droits de tirage spéciaux pour renforcer les réserves de change des pays en développement, stimuler les économies et libérer des fonds pour les dépenses de santé et les services publics.

La mobilisation de toute la puissance financière du FMI pour soutenir ses pays membres - dans le cadre d’une initiative abordable pour les LIDC - serait une répétition bienvenue de l’action entreprise en 2009. Cela représenterait également un retour à la vision initiale d’après-guerre des institutions de Bretton Woods en tant qu’instruments de réponse multilatérale à la crise et au sous-développement.

Parallèlement, il est nécessaire de respecter à grande échelle les engagements en matière d’aide publique au développement (APD) - en atteignant et en dépassant l’objectif de longue date de 0,7 % du APD. Quelques pays ont respecté cet engagement : il est temps que d’autres pays à revenu élevé les rejoignent, en dépassant les 0,7 % dans une « course au sommet .

La COVID-19 a mis en évidence la fragilité des pays et des entreprises les plus puissants : comme le souligne l’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown, dans le monde interconnecté d’aujourd’hui, ils sont seulement aussi forts que le maillon le plus faible de la chaîne.

Mais le coup porté aux économies des pays bailleurs de fonds ne doit pas servir de prétexte pour fuir la responsabilité mondiale ou se détourner du multilatéralisme - comme la crise climatique, la COVID-19 montre que même lorsque les effets immédiats sont locaux, les implications sont mondiales. L’UE et d’autres ont lancé une initiative importante en promettant de soutenir la réponse de l’OMS à la COVID.

Toutefois, il ne peut s’agir que d’un premier pas : 7,4 milliards d’euros, comme les 2 milliards de dollars demandés par le Programme alimentaire mondial pour faire face aux conséquences de la faim extrême, contrastent fortement avec les billions de dollars trouvés par les économies de l’OCDE pour les plans de sauvetage nationaux.

Seul un afflux majeur de fonds - supervisé par des principes de transparence et de redevabilité et la participation de la société civile - peut permettre l’action politique concertée et le renforcement du système nécessaires pour mettre fin à la pandémie, respecter l’accord de Paris sur le climat et réaliser la promesse universelle des ODD.

Le financement privé a un rôle clé à jouer, mais actuellement, les décisions d’investissement et de prêt ne sont pas suffisamment alignées sur les normes environnementales, sociales et de gouvernance (ESG), et l’accessibilité financière des LIDC reste une préoccupation majeure. Il y a plus d’un an, nous avons appelé à un nouvel objectif de financement public cible pour les pays à revenu élevé, afin de garantir que leurs engagements en matière de financement climatique s’ajoutent véritablement aux promesses d’aide vieilles de 50 ans.

Nous avons besoin d’une transformation du système financier et de l’économie mondiale

Ce plan mondial de renouvellement et de pérennité est aujourd’hui plus urgent que jamais, afin de permettre aux gouvernements de financer leurs priorités de développement et de réaliser leurs accords de développement durable, notamment l’accès universel à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène et la transition vers une économie mondiale sans carbone.

Les scientifiques estiment que nous disposons de dix ans pour remettre le monde sur la voie de la durabilité et éviter les effets aggravés et catastrophiques du changement climatique. Pour faire face aux conséquences sanitaires et économiques de la COVID-19 tout en se tournant vers la justice climatique, il faudra rien de moins qu’une transformation complète du système financier actuel et de l’économie mondiale.

Il y a près de 80 ans, pendant la Seconde Guerre mondiale, l’économiste britannique William Beveridge avait apporté les bases intellectuelles du Service national de santé du Royaume-Uni, qui constitue aujourd’hui l’épine dorsale de la réponse du pays à la pandémie. Lors du lancement de son rapport fondateur, il a déclaré qu’« une période révolutionnaire dans l’histoire du monde est une période de révolutions, pas de rapiéçage ». Nous ferions bien de tenir compte de ses paroles aujourd’hui.

Katie Tobin est coordinatrice du plaidoyer à WaterAid UK à New York, John Garrett est conseiller politique principal pour les finances à WaterAid UK et Chilufya Chileshe est responsable du plaidoyer régional de WaterAid pour l’Afrique australe.

Ce blog a été publié à l’origine par l’agence de presse Inter Press Service News Agency.