Un avenir accessible : trois changements clés pour les personnes handicapées - l’eau, l’assainissement et l’hygiène 

5 min read
WaterAid/Sokmeng You

Nous assurer que les droits de l’homme de chacun sont respectés, quelles que soient ses capacités, est au cœur de notre travail pour améliorer l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène (WASH). Mais il reste encore beaucoup de travail à faire pour nous tous dans le secteur afin d’assurer une inclusion pleine et égale. Priya Nath partage trois changements clés mis en évidence lors de notre atelier de la Semaine mondiale de l’eau avec des organisations internationales, dont l’UNICEF et la Banque mondiale.

Chaque année, le 3 décembre - Journée internationale des personnes handicapées - est un bon moment pour célébrer, réfléchir et vérifier les progrès que nous réalisons en tant qu’individus, organisations et sociétés vers une inclusion et une égalité réelles et significatives pour les personnes vivant avec un handicap dans le monde entier.

Mais ce n’est pas, et ne devrait pas être, un événement d’une journée ! Les droits de l’homme, la dignité et l’intégrité corporelle des personnes handicapées sont une préoccupation constante et quotidienne.

Que faut-il changer dans la pratique pour que l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH) soient réellement inclusifs ?

Lors de la Semaine mondiale de l’eau à Stockholm en août, l’UNICEF, l’Agence suédoise de coopération et développement internationale (SIDA), la Banque mondiale, Droits humains des femmes et des filles handicapées en Ouganda (HURIWD), le Centre éthiopien pour le handicap et le développement (ECDD), AmplifyChange et WaterAid ont uni leurs forces pour organiser une conversation intitulée « Un milliard de disparus : que faut-il pour que le programme WASH soit accessible aux personnes handicapées dans la pratique ? »

La conversation a été riche. La preuve des obstacles auxquels les personnes handicapées sont confrontées lorsqu’il s’agit de leurs besoins quotidiens en matière de WASH a été révélatrice.

Le film ci-dessous ne rend compte que d’une partie de la réalité et des possibilités d’un travail meilleur et plus inclusif.

Les conseils et recommandations partagés par les défenseurs des droits des personnes handicapées d’Éthiopie à la Suède, d’Ouganda au Pakistan étaient basés à la fois sur l’expérience vécue et sur l’expérience de travail avec les organisations WASH. Les conseils comprenaient, sans s’y limiter, trois points.

Avant tout, il faut respecter le principe « Rien sur nous sans nous ».

Ce principe décrit l’idée qu’aucune politique ne devrait être décidée sans la pleine participation des membres du groupe concerné par cette politique - dans ce cas, les personnes handicapées elles-mêmes. Cela, ont souligné les experts, est important dès le début et à tous les stades des interventions - dans la conception, la mise en œuvre et l’évaluation des projets.

L’honorable Nalule Safia Juuko, parlementaire ougandaise et défenseur des droits des personnes handicapées, a souligné que « Vous ne pouvez pas sous-estimer le pouvoir d’être présent là où les décisions sont prises. C’est à vous, l’acteur, de venir et d’apprendre de moi ce qui doit être fait. Venez me parler, venez me voir. Apprenez de nous, comprenez notre diversité. »

Elle a rappelé aux professionnels du secteur WASH que « Vous ne pouvez pas attendre de personnes qui n’ont aucune expérience du handicap qu’elles comprennent ce dont les personnes handicapées ont besoin. Nous sommes les experts. Nous vivons cela tous les jours. »

Ensuite, apprenez à connaître les « handicaps » dans leur contexte - en notant que certaines personnes seront cachées.

Prendre les mesures pratiques nécessaires pour comprendre les « handicaps » qui existent dans leur contexte, tout en reconnaissant que les personnes handicapées sont souvent cachées loin des regards. Cela signifie qu’il est important de recueillir les bonnes données, d’impliquer les bonnes personnes et de poser les bonnes questions. Cela signifie qu’il faut se renseigner sur les protections législatives qui existent, et découvrir les lacunes de ces protections ou, plus communément, de leur mise en œuvre. Et, surtout, cela signifie travailler concrètement, la main dans la main, avec les organisations de personnes handicapées (connues sous le nom d’OPD), qui jouent un rôle essentiel dans la création et le maintien de changements positifs tant au niveau communautaire que politique.

Comme nous l’a rappelé VK Madhavan, directeur général de WaterAid India, « il n’y a pas de raccourci pour sortir et identifier (les personnes handicapées), vérifier leurs installations - il n’y a pas de raccourci ».

Troisièmement, il faut reconnaître les obstacles multiples et interconnectés qui existent pour les personnes handicapées.

Amener les communautés qui ont été laissées pour compte à être au centre des interventions est difficile et prend du temps. En Inde, par exemple, il est clairement apparu que la modernisation des toilettes accessibles dans les foyers de personnes handicapées posait de nombreux problèmes. Parmi ces défis, il y a le fait que les chaînes d’approvisionnement appropriées pour l’équipement nécessaire à la construction des toilettes n’existent pas et qu’il manque un soutien familial aux changements.

L’inclusion doit être une priorité tout au long de l’année

Il est nécessaire de s’attaquer à chacun d’entre eux pour parvenir à un programme WASH inclusif pour tous, mais cela ne se fait pas du jour au lendemain. Comme l’a rappelé Melaku Tekle Zengeta, directeur exécutif du Centre éthiopien pour le handicap et le développement, « nous ne pouvons plus continuer comme si tout était normal. »

Bien qu’aujourd’hui soit un jour idéal pour nous concentrer sur ces questions, nous ne pouvons pas nous permettre de limiter cette concentration à une seule journée ni même à 30 jours. Nous avons besoin de cette concentration et de cet engagement 365 jours par an.

Logos of the organisations mentioned in the blog.

Ce blog a été co-rédigé par Priya Nath (WaterAid), Hon Nalule Safia Juuko (Human Rights of Women and Girls with Disabilities Uganda [HURIWD]) et Melaku Tekla Zengeta (Ethiopian Center for Disability and Development [ECDD]), avec le soutien de AmplifyChange, Sida, UNICEF et la Banque mondiale.