Un jeton qui change la donne pour un approvisionnement durable en eau en milieu rural en Tanzanie

on
31 Janvier 2018
Thumbnail

Les premiers tests montrent que eWATERpay a permis de tripler les revenus des points d’eau et de réduire les temps d’attente de trois heures à dix minutes dans les villages tanzaniens. Priya Sippy et Abel Dugange, responsable de la communication et de l’engagement stratégique de WaterAid Tanzanie et directeur des programmes, expliquent comment une étiquette de la taille d’une pièce de 10 centimes pourrait changer la donne en matière d’approvisionnement en eau en milieu rural.

Pourquoi les collectivités ont-elles besoin d’un nouveau mode de paiement ?

La durabilité est l’un des principaux défis du secteur de l’eau en Tanzanie, en particulier dans les zones rurales, qui sont souvent très isolées. Malgré des investissements importants réalisés au cours des 15 dernières années dans la création de nouvelles infrastructures, les dernières données de suivi de routine du ministère de l’eau et de l’irrigation (MoWI) montrent qu’environ 35 % des points d’eau dans les zones rurales ne sont pas fonctionnels.

Un eWATERtag portée au poignet.
Priya Sippy
Un eWATERtag portée au poignet.

Des défis communs

En 2014, WaterAid Tanzanie a lancé un projet dans plusieurs villages de Babati, dans la région de Manyara, en collaboration avec le conseil du district de Babati. En 2017, nous nous sommes associés à la start-up technologique eWATERpay pour piloter un système de paiement électronique pour les projets d’approvisionnement en eau en milieu rural qui vise à améliorer la pérennité des services. Notre projet visait à fournir de l’eau propre aux communautés des villages d’Endanchan, de Bashnet et de Gidewar.

Avant de commencer le projet, l’organisation communautaire d’approvisionnement en eau (COWSO) avait assigné des vendeurs d’eau à chacun des 11 points de distribution du village d’Endanchan et aux dix du village de Gidewar. Les vendeurs n’étaient disponibles que cinq heures par jour au maximum, car ils avaient aussi d’autres responsabilités. Les membres de la communauté étaient donc limités dans le temps pour accéder à l’eau et devaient souvent attendre longtemps avant que les vendeurs n’arrivent.

Le gaspillage de l’eau était également un gros problème. Les membres de la communauté payaient 25 Tshs pour un seau de 20 litres, soit l’équivalent de quelques centimes (US) ; cependant, les gens utilisaient souvent plusieurs litres d’eau pour laver leurs seaux avant utilisation, ce qu’ils ne payaient pas. De même, comme les gens ne payaient pas pour chaque goutte, les seaux débordaient et les gens laissaient couler les robinets, ce qui gaspillait à la fois l’eau et l’argent.

Les membres de la communauté ont payé l’eau en liquide aux vendeurs, qui ont à leur tour remis l’argent au trésorier du COWSO. Cependant, il n’y avait pas de mécanisme de redevabilité en place, de sorte qu’il était très facile de perdre de l’argent tout au long de la chaîne.

Le trésorier du COWSO du village d’Endanachan nous a dit qu’en raison de ces difficultés, la quantité d’eau utilisée et la quantité d’argent collectée aux compteurs ne correspondaient pas - beaucoup d’argent était perdu. Il en restait moins pour le fonctionnement et l’entretien et, à plusieurs reprises, les réparations n’ont pas pu être effectuées faute de fonds. Cela a compromis la pérennité du système et des services.

Ces défis sont communs à de nombreuses zones rurales en Tanzanie.

Comment fonctionne le système de paiement électronique de l’eau ?

Le système eWATERpay est une technologie simple et bon marché qui utilise l’argent mobile, la communication en champ proche et la surveillance des serveurs en cloud de l’Internet des objets. Les utilisateurs peuvent acheter du crédit par plusieurs méthodes, notamment en utilisant l’eWATERapp sur les smartphones, en achetant avec de l’argent mobile ou en recevant un cadeau à distance via PayPal. Le crédit se charge sur leur eWATERtag, et les eWATERtaps installés aux points de distribution distribuent de l’eau et acceptent le crédit lorsque l’utilisateur présente le jeton.

Une femme tend son eWATERtag au lecteur du point de distribution alors qu’il dispense de l’eau.
Priya Sippy
Une femme tend son eWATERtag au lecteur du point de distribution alors qu’il dispense de l’eau.

Améliorer l’efficacité, la transparence et la responsabilité

Le système eWATERpay a contribué à résoudre plusieurs problèmes. Tout d’abord, l’eau est désormais disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ce qui a réduit les files d’attente au robinet et signifie que les membres de la communauté sont désormais libres de s’approvisionner en eau quand ils le souhaitent. Les recherches menées par eWATERpay dans le village de Gidewari montrent que le temps moyen passé à collecter l’eau est passé de trois heures à seulement dix minutes.

En outre, chaque goutte d’eau est payée et comptabilisée, car l’eau n’est distribuée qu’une fois que l’utilisateur présente une étiquette électronique au robinet. L’argent est versé directement sur un compte bancaire en ligne et le « modèle de gestion essentiel » signifie que 80 % des recettes provenant des redevances d’utilisation de l’eau sont versées au COWSO pour l’exploitation et la maintenance, ce qui garantit le bon fonctionnement des points d’eau.

Les robinets sont connectés à l’internet, ce qui permet de saisir des données en direct (comme les débits et l’utilisation des robinets) et de surveiller l’état des robinets à distance. Tout problème affectant la fonctionnalité des points d’eau peut donc être détecté et traité immédiatement. Cela permet également au COWSO d’économiser le temps passé à visiter chaque point d’eau pour vérifier son état et à se rendre à la banque pour y déposer la collecte mensuelle. Les données peuvent également aider le district à prendre des décisions éclairées sur les investissements futurs dans les services d’eau.

Un écran de smartphone affichant les différents points d’eau du village d’Endanchan. eWATERpay indique l’état de chaque point d’eau afin que les ingénieurs puissent détecter rapidement tout problème.
Priya Sippy
Un écran de smartphone affichant les différents points d’eau du village d’Endanchan. eWATERpay indique l’état de chaque point d’eau afin que les ingénieurs puissent détecter rapidement tout problème.

Un changement de la donne

Plus de 4 000 de ces jetons ont été donnés aux membres des communautés des villages d’Endanachan et de Gidewar dans le district de Babati, région de Manyara.

eWATERpay a changé la donne pour les gens d’ici. Auparavant, la collecte des recettes sur une période de trois mois à Endanchan était de 1 125 425 Tshs. Après l’installation d’eWATERpay, la collecte pour les trois mois suivants a été de 2 383 304 Tshs. Dans le village de Gidewar, la collecte est passée de 425 250 Tsh à 1 427 786 Tsh, ce qui représente une augmentation significative. Grâce à ces recettes supplémentaires, le COWSO dispose non seulement de suffisamment d’argent pour le fonctionnement et l’entretien, mais il prévoit également d’utiliser cet argent pour étendre le réseau d’eau à des parties du village qui sont un peu éloignées des points d’eau.

WaterAid Tanzanie, le Conseil du district d’Arusha, eWATERpay, Tumaini Jipya et l’Institut des sciences et des technologies de l’Université Nelson Mandela se sont associés pour mettre en œuvre un projet similaire dans cinq villages d’Arusha, grâce à un financement du ministère britannique du développement international. Au cours de l’année prochaine, nous prévoyons de poursuivre notre collaboration avec le ministère de l’eau, afin d’intégrer eWATER dans les programmes de financement de projets gouvernementaux et dans le système de cartographie des points d’eau.

Bien que nous soyons encore en train de tester la technologie, les résultats obtenus jusqu’à présent sont prometteurs. Ce petit jeton pourrait être un grand moyen de contribuer à assurer des systèmes d’eau plus durables, en nous aidant à atteindre tout le monde, partout, d’ici 2030, pour de bon.