Une année dans l'assainissement : les faits marquants de 2017

5 min read
Thumbnail
WaterAid/Chileshe Chanda - Completed improved latrines at a primary school in Monze District, Zambia.

La fin d’une année invite à des bilans, des temps forts, des top et des flop et des réflexions similaires. Alors, pourquoi pas pour l’assainissement ? Andrés Hueso de WaterAid, Jan Willem Rosenboom de The Bill & La Fondation Melinda Gates et Michael Gnilo de l’UNICEF partagent leurs réflexions.

En 2015, les dirigeants mondiaux se sont mis d’accord sur les objectifs de développement durable (ODD), dont un objectif d’assainissement pour tous d’ici 2030. En 2016, les indicateurs permettant de suivre les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs ont été décidés, et leurs implications sur nos méthodes de travail ont été prises en compte. La fin de 2017 semble donc être un moment parfait pour faire le point sur l’ampleur (et la qualité) du changement de vitesse dans notre secteur, en vue de répondre aux ambitions plus grandes de l’accès universel que nous visons.

Le rapport GLAAS et le rapport de référence JMP SDG ont été deux des points forts de l’année, présentant des données sur notre point de départ. Les rapports montrent que, bien que l’utilisation des services d’assainissement de base soit en augmentation et qu’il y ait eu quelques progrès dans l’allocation des ressources, tant les taux d’utilisation que les allocations de fonds doivent davantage progresser.

Des développements positifs en 2017 qui contribuent à accélérer les progrès

Tout d’abord, la volonté politique au niveau national, largement reconnue comme essentielle pour le progrès de l’assainissement, s’est progressivement accrue. En plus de la priorité soutenue accordée à la Swachh Bharat Mission (Clean India Mission) dans le programme du Premier ministre indien Narendra Modi, nous avons vu le Ghana créer un ministère de l’assainissement et des ressources en eau, le Népal récolter les fruits d’un mouvement social d’assainissement à long terme, et le leader chinois Xi Jinping faire pression pour une « révolution de l’assainissement ».

De plus, nous avons constaté des améliorations dans au moins trois défi de secteurs clés : adaptabilité des programmes d’assainissement rural, apprentissage, et collaboration.

Dans les programmes d’assainissement rural, les planificateurs et les praticiens ont tendance à adhérer à l’une ou l’autre approche sans trop de considération du contexte ou de preuves de l’efficacité, parfois même de manière dogmatique. Cependant, certaines initiatives développées en 2017 indiquent un changement progressif vers des programmes plus nuancés, adaptatifs et sensibles au contexte. Bien que de nombreux programmes innovants soient en cours dans plusieurs pays (l’approche par étapes aux Philippines et un projet pilote de subventions ciblées au Cambodge, pour n’en citer que deux), ce qui est plus nouveau, ce sont les efforts actuels pour partager et consolider les expériences et les preuves disponibles sur ce qui fonctionne, où et quelles sont les lacunes.

Par exemple, Plan International, l’UNICEF et WaterAid réalisent un examen conjoint des approches de l’assainissement en milieu rural. Nous essayons de dépasser les limites de ces approches, en examinant les outils et les activités qu’elles proposent, ainsi que leurs points communs et leurs contradictions, afin d’élaborer des orientations plus nuancées sur la manière de concevoir, de chiffrer et de mettre en œuvre les programmes.

Un autre exemple, soutenu par des chercheurs, du personnel et un conseil consultatif mondial d’experts, est le projet WaSHPaLS financé par l’USAID. Il s’agit d’une étude approfondie de l’assainissement total piloté par la communauté (ATPC), du marketing de l’assainissement et des espaces de jeu hygiéniques, et il investira dans certaines des lacunes de connaissances identifiées jusqu’à présent.

Un troisième exemple est la collaboration du Knowledge Hub de l’Institute of Development Studies de l’ATPC avec l’UNICEF dans un atelier qui a rassemblé des praticiens utilisant diverses approches et a abouti au document d’apprentissage « Atteindre les populations les plus pauvres et les plus vulnérables ».

Ces efforts ont été notables en eux-mêmes, mais également en tant que symptôme de l’appétit croissant d’apprentissage et d’utilisation les données probantes pour éclairer la conception et la mise en œuvre des programmes. La tendance du secteur à devenir moins anecdotique et plus axé sur les preuves est une chose que nous devrions tous encourager au-delà de 2017.

Une autre valeur ajoutée des efforts mis en évidence est qu’ils ont été très collaboratifs, dépassant les frontières organisationnelles. Des efforts de collaboration similaires sont également déployés dans le domaine de l’assainissement urbain, où de plus en plus d’institutions se regroupent autour de l’initiative d’assainissement inclusif à l’échelle de la ville, qui définit certains principes clés pour la fourniture d’un assainissement urbain et tente de démystifier sept mythes courants.

Au niveau national, nous avons également vu des alliances et des réseaux de gestion des boues de vidange émerger dans des pays comme l’Inde et le Bangladesh. Et, au niveau mondial, les partenaires d’Assainissement et eau pour tous (SWA) continuent de converger autour des quatre comportements de collaboration afin d’améliorer la coopération - et, pour la toute première fois, en 2017, SWA a contrôlé les performances des gouvernements et des partenaires de développement par rapport à ces comportements. Il existe de nombreux autres exemples de collaboration fructueuse, et nous espérons que cette tendance se renforcera à l’avenir.

Notre liste de choses à faire pour 2018 et au-delà

Dans l’ensemble, 2017 a été une année encourageante, avec quelques mesures qui nous aideront à nous préparer à progresser vers les services universels. Notre liste de « choses à faire » pour les années à venir reste longue et peut sembler décourageante. Mais nous pouvons tous faire de petits pas et jouer notre rôle, peut-être en commençant par nous concentrer nous-mêmes sur la programmation, l’apprentissage et la collaboration et en veillant à refléter ces améliorations dans notre pratique quotidienne dans le secteur. En plus de cela, nous suggérons de nous concentrer sur ces trois tâches à accomplir en 2018 :

1) Améliorer le financement. Nous avons besoin de plus de financement. Nous avons besoin qu’il provienne de sources variées, qu’il soit prévisible, durable et ciblé là où les besoins sont les plus importants.

2) Améliorer les pratiques. Nous devons utiliser les données et l’expérience existantes pour orienter nos efforts en matière de politiques et de programmes, en améliorant l’échelle, la qualité et l’impact.

3) Renforcer le secteur. Nous devons systématiquement renforcer les capacités locales, en rendant le secteur plus efficace et plus apte à apprendre et à s’adapter en chemin.

Ensemble, nous pouvons faire en sorte que ces résolutions ne tombent pas dans les oubliettes !

Andrés Hueso twitte sous le pseudo @andreshuesoWA, Jan Willem Rosenboom @Rozewater60 et Michael Gnilo @DrMichaelGnilo