Les vaccins sont essentiels, mais ils ne constituent pas une solution miracle pour lutter contre les maladies

9 min read
WaterAid/Mani Karmacharya

Les vaccins sont un outil de santé publique essentiel, mais ils doivent être fournis en même temps que d'autres mesures essentielles pour contrôler les maladies de manière durable et globale. Comme le montre le travail de WaterAid avec le gouvernement du Népal, la combinaison du changement de comportement en matière d'hygiène et de la vaccination de routine est essentielle pour lutter contre les maladies de l'inégalité et la COVID-19.

Alors que nous célébrons la Semaine mondiale de la vaccination, l'accès aux vaccins, en particulier les vaccins COVID-19, est au premier plan des discussions sur la santé mondiale et constitue une priorité urgente pour les gouvernements du monde entier. Le développement récent d'un portefeuille de vaccins efficaces contre la COVID-19, parallèlement à la disponibilité d'autres vaccins de routine pour de nombreuses maladies évitables, nous rappelle l'importance cruciale de l'immunisation en tant qu'outil de santé publique essentiel. 

Les vaccins sont un outil essentiel pour la prévention des maladies, mais ils ne se délivrent pas tout seuls, surtout à l'échelle mondiale. Les vaccins nécessitent un système de santé opérationnel avec des chaînes d'approvisionnement, du personnel de santé formé, ainsi que des établissements et des espaces pour les administrer en toute sécurité. Il convient de souligner que les vaccins ne sont pas une solution miracle pour lutter contre les maladies. Aucun vaccin n'est efficace à 100 %, et nous savons, grâce à l'étude COVID-19, que des variantes continuent de poser de nouvelles menaces. 

Les vaccins doivent être fournis parallèlement à d'autres mesures de santé publique essentielles, notamment l'eau, l'assainissement et l'hygiène (EAH), afin d'offrir une approche globale et durable du contrôle des maladies. Un système de santé solide, en particulier les soins de santé primaires, est donc fondamental pour assurer des services de santé essentiels et des soins de qualité. Face à la pandémie, les conseils de l'Organisation mondiale de la santé pour se faire vacciner contre la COVID-19 précisent que le vaccin n'est « qu'une partie de la gestion de la COVID-19, en plus des principales mesures préventives », notamment la distanciation, le lavage fréquent des mains, le port d'un masque et l'ouverture des fenêtres pour la ventilation. Les vaccins ne sont pas une solution unique.

Une occasion de réunir l'hygiène et l'immunisation 

La pandémie de COVID-19 a mis en évidence l'importance des bonnes pratiques d'hygiène, notamment le lavage des mains au savon, pour prévenir la propagation des maladies infectieuses. Face à de nombreuses autres maladies infectieuses le lavage des mains au savon est un des meilleurs achats en matière de santé. Pourtant, deux ménages sur cinq dans le monde ne disposent pas d'installations adéquates pour se laver les mains. Plus choquant encore, un établissement de santé sur trois ne dispose pas d'installations adéquates pour le lavage des mains là où les soins sont dispensés. Il s'agit là d'un manque criant d'installations de base nécessaires pour fournir des soins de santé sûrs et de qualité et prévenir la propagation des maladies dans les établissements de santé. 

Sunita Kharel, une infirmière auxiliaire principale et sage-femme au poste de santé de Bhumlutaar, utilise une station de lavage des mains sans contact à Kavre, au Népal. Septembre 2020.
Sunita Kharel, une infirmière auxiliaire principale et sage-femme au poste de santé de Bhumlutaar, utilise une station de lavage des mains sans contact à Kavre, au Népal. Septembre 2020.
WaterAid/Mani Karmacharya

Il y a près d'un an, nous avons analysé l'administration de la vaccination intégrée à l'hygiène comme une intervention « sans regret » en première ligne de front de la pandémie (PDF). Il n'a jamais été aussi urgent de renforcer les changements de comportement en matière d'hygiène et les installations de lavage des mains, parallèlement aux services d'eau et d'assainissement, car ces interventions restent à la traîne en tant que mesure de prévention des maladies à long terme. De même, la pandémie de COVID-19 ne sera pas maîtrisée sans un accès équitable aux vaccins. 

C'est pourquoi nous soutenons pleinement la Déclaration de l'OMS sur l'équité en matière de vaccins, qui appelle de toute urgence à un déploiement équitable des vaccins contre la COVID-19, en commençant par la vaccination de tous le personnel de santé et des personnes les plus exposées au risque de contracter la COVID-19. Il s'agit d'une excellente opportunité de réunir les services vitaux que sont l'hygiène et la vaccination, en utilisant la portée d'un mécanisme de distribution établi tel que la vaccination comme point d'entrée supplémentaire pour toucher tout le monde, partout, avec le programme WASH.  

Il a été prouvé que les interventions conjointes amélioraient le rapport coût-efficacité et la durée des interventions, touchaient les populations mal desservies et amplifiaient les effets synergiques. Les services de vaccination de routine touchent également plus d'enfants que toute autre intervention sanitaire. Ces services peuvent être améliorés pour inclure également les enfants et les personnes qui s'occupent d'eux par des interventions en matière d'hygiène. Cela permet non seulement d'adopter une approche globale de la lutte contre les maladies, mais aussi de renforcer l'adhésion et la confiance dans le programme de vaccination. 

Une voie à suivre : de la théorie à la pratique

Bien que les arguments en faveur de l'intégration des systèmes d'hygiène et de vaccination soient solides, il existe relativement peu d'exemples dans le monde où cela a été fait, et à grande échelle. L'exception est le travail innovant du gouvernement du Népal, a été le premier à intégrer les interventions en matière d'hygiène et la vaccination de routine, d'abord introduite avec le vaccin contre le rotavirus et maintenant adaptée au déploiement du vaccin COVID-19. 

L'expérience de WaterAid et du gouvernement du Népal au cours des neuf dernières années a montré que cette approche intégrée du changement de comportement en matière d'hygiène au sein du système de vaccination de routine est réalisable : le gouvernement népalais a soutenu le lancement d'un déploiement à l'échelle nationale au début de 2020. L'intégration aux plateformes et mécanismes gouvernementaux existants s'est avérée très efficace pour obtenir des résultats en matière d'hygiène, des résultats qui sont devenus urgents pour faire face à la pandémie de COVID-19. Le modèle établi, prêt à être appliqué à l'échelle nationale au bon moment, a permis au gouvernement népalais et à ses partenaires d'adapter rapidement l'approche au déploiement du vaccin COVID-19.

Adaptation du modèle de vaccination de routine établi au Népal à la vaccination contre la COVID-19   

  • Une équipe créative conjointe, composée d'experts en santé publique et de représentants du Centre national d'information et de communication sur l'éducation sanitaire du Népal, de la Division du bien-être familial, du Centre national de formation en santé et de WaterAid, a conçu des outils simples pour les comportements préventifs de la COVID-19, qui pourraient être adaptés aux programmes de comportements hygiéniques existants lors des séances de vaccination de routine. Les outils comprenaient 10 000 tableaux de papier, utilisés par les agents de santé dans les cliniques du Programme élargi de vaccination (PEV) lors des séances de promotion de l'hygiène, et 650 000 autocollants qui ont été remis aux mères et aux tuteurs participant aux séances d'hygiène de la vaccination de routine.  
  • Avec le début des confinements dans tout le pays, il était essentiel que WaterAid, ses partenaires et toutes les parties prenantes adhèrent au principe de « ne pas nuire ». Ainsi, la Division du bien-être familial du Département des services de santé du Népal a permis la distribution en toute sécurité de matériel de formation au changement de comportement en matière d'hygiène dans les 77 districts et 753 municipalités locales.
  • Sur la base de la plateforme intégrée existante pour la vaccination de routine et l'hygiène, les comportements d'hygiène préventive COVID-19 ont été inclus dans les directives de mise en œuvre de la campagne de vaccination approuvées par le ministère de la Santé et de la Population, y compris sur les cartes de vaccination.
     
Des supports ont été développés pour rappeler aux populations l'hygiène et les autres mesures de prévention contre la COVID-19 au moment de leur vaccination.
Des supports ont été développés pour rappeler aux populations l'hygiène et les autres mesures de prévention contre la COVID-19 au moment de leur vaccination.
WaterAid

Formation aux nouvelles méthodes de travail intégrées

  • WaterAid a apporté un soutien technique à la formation des agents de santé provinciaux qui, à leur tour, ont formé les agents de santé et les vaccinateurs aux mesures préventives de la COVID-19. En mars 2021, 23 517 agents de santé locaux et de district ont été formés aux comportements préventifs de la COVID-19 et aux moyens d'intégrer la formation à l'hygiène aux vaccinations de routine. Ils ont également organisé des sessions mensuelles sur l'hygiène dans le cadre des cliniques de vaccination de routine. 
  • Plus de 16 000 cliniques de vaccination au Népal disposent des outils et des ressources nécessaires pour modifier les comportements en matière d'hygiène, y compris les comportements pour lutter contre la COVID-19, dans le cadre de leurs séances d'hygiène qui s'adressent à 650 000 jeunes mères et tuteurs chaque année. 
  • Quelque 311 installations de lavage des mains sans contact ont été construites dans les cliniques du PEV et les établissements de santé de six districts, afin de promouvoir les comportements de lavage des mains chez les patients, les agents de santé et le personnel, sans compter les 83 615 barres de savon, 40 000 désinfectants pour les mains et 60 000 masques fournis.
     

La pandémie a mis en évidence la vulnérabilité de certaines communautés aux maladies nouvelles et émergentes et la résurgence de maladies infantiles courantes lorsque les systèmes de vaccination de routine sont perturbés. Les mesures d'hygiène constituent le pilier de la lutte contre les maladies et de la préparation, que ce soit pour la pandémie de COVID-19, les maladies d'inégalité comme le choléra qui continuent d'affecter les communautés vulnérables, ou bien les pandémies du futur. L'intégration des services d'hygiène et de vaccination à ce moment critique offre une occasion unique de repenser les mécanismes de prestation afin de maximiser la portée et l'échelle de chaque intervention, de renforcer les systèmes de santé et d'améliorer les résultats en matière de santé, en permettant à EAH de toucher tout le monde, partout, de manière durable. 

Points essentiels

  • L'hygiène est un investissement de choix pour les gouvernements : les comportements préventifs, tels que le lavage régulier des mains au savon, restent un pilier de la santé publique et du renforcement de la résilience face aux futures épidémies.
  • Des approches globales sont nécessaires pour prévenir les maladies et faire face aux épidémies : les variantes nouvelles et émergentes des maladies, l'efficacité des différents vaccins et l'inégalité d'accès à ceux-ci soulignent l'importance d'un investissement continu dans d'autres mesures préventives solides, notamment l'hygiène.
  • Un moment catalyseur pour EAH : la pandémie de COVID-19 a mis en évidence le rôle essentiel du lavage des mains (et les impacts des inégalités en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène) offrant une occasion unique de créer une dynamique en matière en faveur d'hygiène et des service d'eau et d'assainissement. 
  • Le système EAH est essentiel pour garantir des environnements sûrs pour l'administration des vaccins : La pratique des principaux comportements d'hygiène, notamment le lavage des mains au savon et le port d'un masque, est essentielle lors de l'administration des vaccins COVID-19 et pour maintenir des services de vaccination de routine sûrs. L'amélioration du système EAH dans tous les établissements de santé est également essentielle à l'administration sûre des vaccins.
  • L'hygiène est fondamentale pour la santé et la lutte contre les maladies : les investissements dans l'hygiène et le programme WASH dans les établissements de santé sont essentiels pour mettre en œuvre une approche globale de la santé et de la lutte contre les maladies, en protégeant les agents de santé de première ligne et les autres personnels, tout en renforçant les systèmes de santé pour fournir des soins de qualité dans la perspective d'une couverture sanitaire universelle.


Upama Adhikari Tamang est coordinatrice principale de la santé et de l'hygiène ; Khakindra Bhandari est cheffe d'équipe pour le programme de promotion de l'hygiène par la vaccination de routine ; Dhirendra Bhujel est coordinatrice principale de projet de réponse en matière d'hygiène pour la Coalition pour l'hygiène et le changement de comportement, et Julie Truelove est analyste principale des politiques d'hygiène à WaterAid. 

Image du haut : Swala Kumari Singh (à droite) montre un éventail présentant les cinq comportements clés en matière d'hygiène à Chandra Malla (en châle noir) lors d'une séance d'hygiène à Jajarkot, au Népal.