Vous souhaitez renforcer le capital humain ? Investissez dans le secteur WASH

on
11 October 2018
Thumbnail
WaterAid/Kate Holt

Alors que le groupe de la Banque mondiale accueille cette semaine sa réunion annuelle des ministres des finances, des bailleurs de fonds et des représentants de la société civile, un mot à la mode est omniprésent : « capital humain ». Dan Jones, coordinateur des actions de plaidoyer à WaterAid UK, soutient qu’il ne faut pas négliger les investissements dans l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

Les économies ont besoin de capital humain

#InvestInPeople est le hashtag direct du Sommet Human Capital de la Banque mondiale cette semaine (il semble que de nos jours, chaque conférence ait besoin d’un hashtag). Il s’agit d’un recadrage intelligent du « développement humain » visant à attirer l’attention des ministres des finances qui passent la plupart de leur temps à froncer les sourcils devant les prévisions de croissance économique et à s’inquiéter de la concurrence dans l’économie mondiale. Plutôt que de mettre « l’emploi et la croissance » dans une boîte et « la santé et l’éducation » dans une autre, le président de la Banque mondiale, Jim Kim, fait valoir avec force que les ministres doivent se réveiller et se rendre compte que les économies fortes dépendent du fait que les pays disposent d’un nombre suffisant d’êtres humains en bonne santé, qualifiés et bien informés.

Le capital humain est constitué des connaissances, des compétences et de la santé que les gens accumulent tout au long de leur vie, leur permettant de réaliser leur potentiel en tant que membres productifs de la société. Nous pouvons mettre fin à l’extrême pauvreté et créer des sociétés plus inclusives en développant ce capital humain. Pour ce faire, il convient d’investir dans les personnes par le biais de la nutrition, des soins de santé, d’une éducation de qualité, d’emplois et de compétences.
- Banque mondiale, Projet sur le capital humain

Il s’agit là d’un concept assez instrumentaliste, qui nous positionne en tant qu’actifs de travail dont la capacité à effectuer un travail devrait être maximisée pour produire une plus grande valeur économique. Il peut donc être inconfortable pour ceux qui préfèrent rappeler aux gouvernements que chaque personne dispose de des humains inaliénables et que les gouvernements ont le devoir de garantir la fourniture de soins de santé, d’éducation, d’eau, d’installations sanitaires, etc. de qualité à tous leurs citoyens afin qu’ils puissent vivre dans la dignité, la sécurité et le bonheur. Mais, laissons ce débat philosophique de côté pour un autre blog, beaucoup plus long.

Le capital humain a besoin de WASH...

En lisant tous les rapports sur le capital humain, j’ai été frappé par l’importance de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH) pour atteindre ces objectifs - et pourtant l’eau, l’assainissement et l’hygiène sont invisibles du point de vue du cadre. Une étude du professeur Stephen Lim et de ses collègues publiée la semaine dernière dans The Lancet visait à fournir les bases conceptuelles complètes du sommet, notamment une analyse de l’état du capital humain de 195 pays. Lors du sommet, la Banque mondiale utilisera ces données pour lancer un « indice du capital humain » qui, selon Jim Kim, classera les pays et devrait être utilisé « pour mettre les ministres des finances sur le grill ».

L’indice s’appuie sur une série d’indicateurs de santé et d’éducation qui ont des liens avérés avec la productivité. Nombre d’entre eux sont étroitement liés à l’initiative WASH. Par exemple, l’indice utilise des données sur la croissance de l’enfant (retard de croissance) - il est prouvé qu’un quart de tous les retards de croissance est attribuable à des périodes répétées de diarrhée au cours des premiers mois de la vie.1 Il ne faut pas être un génie pour savoir que l’eau sale et des toilettes de mauvaise qualité sont à l’origine de la plupart des cas de diarrhée, tuant un enfant toutes les 2 minutes.2

... pour la santé, l’éducation et plus encore

Au-delà des effets bien connus des diarrhées répétées, les chercheurs ont souligné3 que la malnutrition et l’eau, l’assainissement et l’hygiène sont également liés de multiples façons indirectes. Pensez à la façon dont le manque d’eau affecte la production alimentaire, ou dont l’argent destiné à l’achat d’aliments nutritifs et variés est détourné pour payer de l’eau potable propre et chère, l’accès à des toilettes privées et sûres ou les frais médicaux résultant de maladies diarrhéiques.

Un diagramme tiré du tout premier document de l’OMS « Directives sanitaires et de santé », publié la semaine dernière, illustre les multiples voies entre un mauvais assainissement et une mauvaise santé :

A diagram from WHO’s first-ever ‘Sanitation and Health Guidelines’ illustrates the multiple routes between poor sanitation and poor health.
WHO

L’indice intègre également l’anémie, qui peut résulter de la perte de sang causée par l’ankylostome et d’autres infections contractées à cause d’un mauvais WASH. L’indice ajoute les maladies infectieuses, y compris les maladies tropicales négligées (MTN) comme la schistosomiase et le trachome - presque toutes les MTN sont liées au WASH.

Qu’en est-il de l’aspect éducatif de l’équation ? L’indice du capital humain utilise des données sur la scolarisation et la qualité de l’apprentissage pour sa notation. Les conséquences sur la santé d’un mauvais système WASH au cours des premières années de la vie signifient que le développement cognitif ainsi que la croissance physique de nombreux enfants sont détériorés, souvent de manière irréversible, avant même qu’ils n’atteignent l’âge scolaire. Imaginez alors que vous arriviez à l’école et que vous essayiez de vous concentrer sur l’enseignant et le tableau noir alors que vous avez soif, que vous avez des crampes d’estomac et que vous avez faim, car les infections intestinales empêchent votre corps d’absorber les nutriments dont vous avez besoin. Il est tragique que cela soit la réalité quotidienne des familles qui n’ont pas de WASH adéquat.

Lorsque les enfants vont à l’école, ce n’est trop souvent que le début du défi. De nouvelles données publiées cet été montrent que plus de 30 % des écoles n’ont pas de service d’eau potable de base, et plus d’un tiers n’ont pas d’installations sanitaires de base fonctionnelles. Cela représente plus de 620 millions d’enfants dans le monde qui ne peuvent pas utiliser les toilettes de leur école et doivent se retenir douloureusement toute la journée. Imaginez maintenant que vous êtes une fille qui commence à avoir ses menstruations. Le manque de WASH dans les écoles compromet fondamentalement la capacité de millions de filles et de garçons à recevoir une éducation de qualité.

Les économies ont donc besoin de WASH - et d’investissements WASH

Le manque d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène entraîne une perte de dignité, de sécurité, de santé, d’éducation et - oui - de potentiel économique. C’est au cœur du « capital humain », si c’est ainsi que les ministres des finances veulent l’envisager. L’OMS estime que pour chaque dollar investi dans l’assainissement, le rendement est presque six fois supérieur, comme le montrent la baisse des coûts de santé, l’augmentation de la productivité et la diminution des décès prématurés.4 La Banque mondiale affirme que la promotion d’une bonne hygiène est l’une des interventions sanitaires les plus rentables qui existent.5

Pourtant, les secteurs WASH sont constamment sous-financés dans la plupart des pays en développement, et moins de 4 % de l’aide des bailleurs de fonds va à ce secteur.6 Au rythme actuel des progrès, il faudra attendre 2066 pour que tout le monde ait accès à l’eau, et 2102 avant que le monde entier dispose d’un assainissement de base.7 Alors que les ministres des finances des pays à faible, moyen et haut revenu se réunissent pour discuter du capital humain, nous espérons qu’ils investiront pour changer cela.

Dan Jones est coordinateur du plaidoyer à WaterAid UK @danrodmanjones

  1. Checkley et al (2008), Multi-country analysis of the effects of diarrhoea on childhood stunting. Int J Epidemiology.

  2. WASHWatch (2017). 289 000 enfants meurent chaque année de maladies diarrhéiques causées par un WASH déficient. washwatch.org/en/blog/child-deaths-diarrhoeal-disases-caused-poor-wash/

  3. Cumming O, Watson L, Dangour A (5 Avr 2016). Water, Sanitation and Hygiene from: Routledge Handbook of Food and Nutrition Security Routledge. routledgehandbooks.com/doi/10.4324/9781315745749.ch29 

  4. OMS (2018). L’OMS appelle à un investissement accru pour atteindre l’objectif d’une latrine pour tous. who.int/news-room/detail/01-10-2018-who-calls-for-increased-investment-to-reach-thegoal-of-a-toilet-for-all

  5. Black R E, Laxminarayan R, Temmerman M, and Walker N, editors (2016). Reproductive, Maternal, Newborn, and Child Health. Disease Control Priorities, third edition, volume 2. Washington, DC: World Bank. doi:10.1596/978-1-4648-0348-2 

  6. ONU-Eau (2017). Rapport 2017 de l’ONU-Eau sur l’analyse et l’évaluation mondiales de l’assainissement et de l’eau potable (GLAAS) : financement de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène universels dans le cadre des objectifs de développement durable. Genève : Organisation mondiale de la santé. Disponible sur who.int/water_sanitation_health/publications/glaas-report-2017/en/

  7. WaterAid (2018). Comment atteindre tout le monde avec de l’eau potable et des installations sanitaires d’ici 2030. https://washmatters.wateraid.org/publications/how-to-reach-everyone-with-safe-water-and-sanitation-by-2030