Vous voulez soutenir les travailleurs de la santé de première ligne ? Investissez dans le secteur WASH

on
5 April 2018
in
Santé
Thumbnail
WaterAid/Dennis Lupenga

Une meilleure eau, de meilleures conditions sanitaires et une meilleure hygiène dans les établissements de santé peuvent aider les travailleurs de la santé à se protéger et à protéger leurs patients.

Depuis 23 ans, Gloria Mkukawa (photo ci-dessus) nettoie la maternité du centre de santé Ntosa à Nkhotakota, au Malawi.

Elle sort les poubelles. Elle passe la serpillière sur les sols. Et, dans le cadre de son travail, elle se rend avec d’autres collègues au moins cinq fois par jour au forage d’une école voisine pour y puiser de l’eau. Le puits est le principal point d’eau de la communauté et la seule source dont dispose le centre de santé pour approvisionner en eau les prestataires de soins, les patients et le nettoyage.

Gloria n’est peut-être pas la première personne qui vous vient à l’esprit lorsque vous dites « travailleur de la santé de première ligne ». Mais elle l’est, et elle joue un rôle très important en veillant à ce que les mères et les nouveau-nés qui viennent dans le service rencontrent de bonnes conditions sanitaires et soient protégés des infections.

Comme le centre de santé manque de personnel, elle assume souvent d’autres tâches également.

« Un matin, je suis allée à la salle de travail pour la nettoyer et j’ai trouvé une dame par terre qui criait », se rappelle Gloria. « Le bébé était déjà en route, je pouvais voir sa tête. Je n’ai pas eu le temps d’aller appeler l’infirmière. J’ai aidé à mettre le bébé au monde. C’est tout. C’est ce jour-là où j’ai commencé à mettre des bébés au monde. »

Les préposés aux soins et les nettoyeurs comme Gloria - aux côtés des médecins, des infirmières, des sages-femmes et des autres travailleurs de la santé - se mettent en danger chaque jour en prenant soin de leurs patients et en s’assurant que les établissements de santé sont propres et sûrs. Le manque d’eau, d’installations sanitaires et d’hygiène (WASH) ne leur rend pas seulement la tâche plus difficile, mais les expose également à des risques personnels plus importants chaque fois qu’ils viennent travailler.

Malheureusement, la situation du centre de santé de Ntosa n’est pas unique. Une étude récente a révélé que la moitié (50 %) des établissements de santé des pays à faibles et moyens revenus n’ont pas accès à l’eau courante, tandis qu’un tiers (33 %) n’ont pas accès à des toilettes améliorées. Un plus grand nombre encore (39 %) ne dispose pas d’installations pour se laver les mains avec du savon. Un échantillon de six pays a révélé que seulement 2 % des établissements offrent une combinaison d’eau courante, de toilettes améliorées, d’installations pour se laver les mains et de gestion des déchets.

Le manque de services WASH adéquats a contribué au fait que plus de 800 travailleurs de la santé ont contracté le virus Ebola au cours de l’épidémie de 2014-2016 en Afrique de l’Ouest - entraînant la mort de plus de 500 d'entre eux. Au-delà des conséquences sur la transmission des maladies infectieuses, les conditions dangereuses et insalubres des établissements de santé ont un impact négatif sur la présence, le moral, la fidélisation et la sécurité des travailleurs de la santé. Pensez-y : voudriez-vous travailler dans une clinique qui n’a pas accès à des toilettes décentes ou à de l’eau et du savon pour vous laver les mains ?

Les gouvernements doivent donner la priorité et financer le programme WASH dans les établissements de soins de santé, non seulement pour la sécurité des patients, mais aussi pour la protection des travailleurs de la santé de première ligne qui sont confrontés à des conditions dangereuses jour après jour. Nous devons valoriser tous les travailleurs de la santé - qu’il s’agisse de cliniciens, d’infirmières, de nettoyeurs, d’éducateurs sanitaires ou de bénévoles - et nous assurer qu’ils disposent des fournitures et de la formation nécessaires pour pratiquer une bonne hygiène, prévenir les infections et éliminer les déchets en toute sécurité.

Au Malawi, WaterAid s’est associée au ministère de la santé pour former les agents de santé de Ntosa et d’autres cliniques à la prévention et au contrôle des infections, et met en œuvre un ensemble complet d’améliorations WASH - notamment un système d’approvisionnement en eau alimenté par l’énergie solaire et des salles de bain inclusives.

Lorsqu’il est correctement formé, le personnel de santé comme Gloria devient la première ligne de défense contre les infections et les épidémies. Et ils peuvent aussi être de fervents défenseurs de l’amélioration du système WASH dans les établissements de santé, car ils ont fait l’expérience directe de ce que sont les soins sans WASH.

L’essentiel est que de meilleurs services d’eau et d’assainissement contribuent à un environnement de travail meilleur et plus sûr, ainsi qu’à une main-d’œuvre en meilleur santé et plus heureuse. Partout dans le monde, les professionnels de la santé sont prêts à prendre soin des autres chaque jour. La Semaine mondiale du personnel de santé constitue un rappel opportun du fait qu’il est temps de prendre la parole et de s’occuper d’eux également.

Natasha Mwenda est la responsable du projet Deliver Life de WaterAid Malawi. Abigail Nyaka est responsable de programme pour The SoapBox Collaborative, également chez WaterAid Malawi.

Ce blog a été publié à l’origine sur Frontline Health Workers Coalition >