Mettre fin à la crise de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène au Mozambique grâce à un accès équitable à des services durables.

Où avons-nous travaillé ?

Notre projet à Niassa, au Mozambique, visait à améliorer l'accès équitable et durable aux services d'eau, d'assainissement et d'hygiène (EAH) pour 59 000 personnes dans 12 communautés des districts de Cuamba et Mecanhelas. Avant notre implication, l'accès des communautés aux services EAH dans ces districts était considéré comme très médiocre. À Cuamba, seuls 53 % des 265 000 habitants avaient accès à l'eau potable, et 24 % à des installations sanitaires décentes. À Mecanhelas, le district le plus peuplé de Niassa, seuls 36 % des 370 000 habitants avaient accès à de l'eau propre, et 24 % à des installations sanitaires décentes. Dans les deux districts, ce manque d'eau, d'assainissement et d'hygiène a privé les habitants de nombreuses communautés de leur dignité et les a empêchés de réaliser leur potentiel.

Qu'avons-nous entrepris ?

Le projet a adopté une approche holistique, impliquant la fourniture et la bonne gestion des infrastructures EAH, le changement des comportements en matière d'hygiène, la promotion des droits aux services EAH et l'amélioration de la gouvernance. Ses principaux axes sont les suivants :  

  • Construire ou réhabiliter des infrastructures EAH au profit des communautés, des écoles et des établissements de santé, en respectant les normes de qualité fixées par le gouvernement du Mozambique. 
  • Promouvoir des comportements hygiéniques sains dans les communautés, les écoles et les centres de santé, en coordination avec le secteur de la santé aux niveaux national, provincial et du communal. Cela impliquait notamment d'élaborer du matériel promotionnel pour amener à faire évoluer les comportements en matière d'hygiène, sur la base d'une étude sur les obstacles au changement.  
  • Renforcer les organisations de la société civile (OSC) et les communautés locales sur les droits EAH par le biais de formations, de débats publics, de diffusion de politiques, de la promotion des plateformes du district impliquant les acteurs du secteur EAH, et de l'émission de messages sur les radios de la communauté.  
  • Renforcer le plaidoyer, la planification et la coordination dans le secteur EAH au niveau du district en mettant en place des forums multisectoriels, en promouvant la planification multisectorielle avec les acteurs du secteur EAH et en aidant les OSC à participer aux plateformes pour l'adoption des politiques EAH, en plus de soutenir les gouvernements locaux dans l'analyse de la qualité de l'eau.  

Le projet visait également à contribuer à un programme ambitieux du gouvernement mozambicain visant à accroître les installations sanitaires et à doubler l'accès à l'eau potable dans les zones rurales d'ici 2019, et était aligné sur le programme national d'approvisionnement en eau et d'assainissement en milieu rural, connu sous le nom de PRONASAR (2017-30), sous l'égide de la Direction nationale de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement. 

Qu'avons-nous accompli ?

Le projet a changé la vie de plus de 68 000 personnes à Cuamba et Mecanhelas. Grâce à ce lui :

  • L'absentéisme scolaire a diminué
  • La prévalence des maladies d'origine hydrique a diminué
  • Les OSC et les communautés locales connaissent et revendiquent leurs droits à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène.
  • Les capacités des acteurs du secteur EAH au niveau des districts ont été renforcées et des réunions trimestrielles sur le sujet ont été organisées.

Approvisionnement en eau :

  • Dix systèmes d'approvisionnement en eau ont été construits (sept à Cuamba, trois à Mecanhelas).
  • Un système d'approvisionnement en eau a été réhabilité dans un village de Mecanhelas.
  • Le réseau d'eau a été étendu à un établissement de santé à Mecanhelas, et à un autre à Cuamba.
  • 20 points d'eau dispersés ont été construits, dix à Cuamba et dix à Mecanhelas.
  • 55 points d'eau ont été réhabilités, 22 à Mecanhelas et 33 à Cuamba.
  • Dix stations permanentes de lavage des mains ont été construites dans les écoles et les centres de santé des deux districts.
  • 440 raccordements domestiques ont été établis, permettant à 440 familles d'avoir l'eau courante dans leur jardin.
  • Plus de 5 000 personnes issues de 12 communautés ont pu construire des latrines domestiques.

Comportements hygiéniques :

Le projet s'est concentré sur la sensibilisation des communautés aux comportements en matière d'hygiène, en diffusant des messages sur l'hygiène à plus de 53 000 personnes. Environ 35 460 de ces personnes ont amélioré leurs conditions d'hygiène en installant des stations de lavage des mains et des égouttoirs à vaisselle, en gardant de l'eau et du savon près des toilettes, en entretenant une fosse à ordures et en gardant leur cour propre.

Gouvernance EAH :

Le projet a aidé les gouvernements locaux à mettre en place des forums EAH, qui, bien que déjà existants en théorie, n'avaient montré aucun signe d'activité. Les réunions trimestrielles rassemblent désormais des membres des gouvernements des districts, des organisations de la société civile, des opérateurs privés, des dirigeants et des représentants des communautés.

Droits à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène :

Cette composante du projet a été conçue pour sensibiliser les communautés à leurs droits en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène, et pour veiller à ce que les gens puissent défendre ces droits et exiger l'accès aux services. Pour ce faire, des messages ont été diffusés sur les ondes locales, et nous avons prodigué une formation sur les droits EAH, en particulier sur la manière de les revendiquer, aux communautés, à la société civile et aux organisations communautaires Les messages sur les droits EAH diffusés par les radios communautaires ont touché environ 280 000 personnes.

Ce projet a été partiellement financé par le gouvernement britannique.

Image du haut : Angelina Domingos, une agricultrice de 31 ans de la communauté Muria à Mecanhelas, tire de l'eau d'un nouveau point d'eau communautaire.

UK aid logo