Approches intégrées de la santé menstruelle : aperçu de la programmation en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Timor-Leste

In Timor-Leste, girls line up for anaemia testing as part of a school WASH and SRHR programme in partnership with Marie Stopes International
WaterAid/Alex Parsaribu

Pendant quatre ans, WaterAid et Marie Stopes International Australia ont travaillé ensemble pour améliorer la santé menstruelle et accroître la sensibilisation et l'assimilation de la santé sexuelle et reproductive et des services EAH en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Timor-Leste. Cette note d'information partage les principales conclusions d'une évaluation indépendante du programme et émet six recommandations pour informer sur les bonnes pratiques en matière de santé menstruelle.

Dans le monde entier, la plus grande génération de filles de l'histoire entre dans sa période de reproduction. Cependant, la gestion de la santé reproductive pendant la scolarité est un défi pour beaucoup d'entre elles. Les femmes et les jeunes filles du Timor-Leste et de Papouasie-Nouvelle-Guinée ont du mal à gérer leurs menstruations de manière efficace et hygiénique. Marie Stopes International Australia (MSIA) et WaterAid ont travaillé en partenariat pour proposer une approche holistique visant à améliorer la santé menstruelle et à accroître la sensibilisation et l'assimilation de la santé sexuelle et reproductive et des services EAH dans ces pays. Le projet « Keeping Girls in School Through Improved Reproductive and Menstrual Health » a été mis en œuvre sur quatre ans (2017 - 2021) et a été financé par la plateforme d'action sur le genre des ONG australiennes.

GAP project infographic

Ce document partage les principales conclusions d'une évaluation exploratoire indépendante entreprise fin 2020, à partir d'entretiens approfondis avec les parties prenantes et des données du programme. À travers les trois objectifs du programme, MSIA et WaterAid ont aidé plus de 57 000 filles, garçons et adultes à avoir un meilleur accès à l'eau, à l'assainissement et à la santé, et aux informations et installations relatives aux droits sexuels et reproductifs, ainsi qu'aux services de planning familial. Plus de 12 500 femmes et filles utilisent le moyen de contraception de leur choix et plus de 3 000 élèves ont accès à des installations EAH adaptées aux filles dans les écoles du Timor-Leste et de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

L'évaluation retient les idées et l'apprentissage d'un partenariat intersectoriel sur la santé menstruelle et établit six recommandations afin d'informer des bonnes pratiques en matière de santé menstruelle :

  • Les solutions en matière de santé menstruelle doivent toujours être intégrées et holistiques
  • Les solutions holistiques en matière de santé menstruelle nécessitent des investissements plus élevés pour être efficaces
  • Les investissements du secteur privé et les entreprises sociales font partie de la solution pour améliorer la santé menstruelle
  • Une éducation sexuelle complète devrait faire partie de tous les programmes d'enseignement et être étendue aux élèves plus âgés du secondaire
  • Les indicateurs de santé menstruelle doivent être développés, pilotés et documentés pour mesurer les résultats
  • Les organisations de la société civile, les partenaires et les ministères doivent poursuivre leur collaboration en vue d'atteindre des objectifs communs pour améliorer la santé menstruelle 

Image du haut : au Timor-Leste, des filles font la queue pour un test d'anémie dans le cadre d'un programme scolaire EAH et SDSR en partenariat avec Marie Stopes International