Boîte à outils sur la violence, le genre et WASH

Le manque d'eau potable et d'assainissement n'est pas la cause première de la violence sexiste, mais il peut accroître la vulnérabilité des femmes de plusieurs façons.

Bien que le manque d'accès à des services appropriés d'eau, d'assainissement et d'hygiène (EAH) ne soit pas la cause première de la violence, il peut accroître la vulnérabilité des individus à la violence. Le guide proposé par le consortium SHARE est destiné à aider les professionnels du secteur WASH et les professionnels associés à mieux reconnaître les risques de violence liés au secteur WASH, et à encourager les professionnels du secteur WASH à reconnaître comment ils peuvent rendre le secteur WASH plus sûr et plus efficace.

Sarah House, Suzanne Ferron, le Dr Marni Sommer et Sue Cavill ont préparé la publication au nom de WaterAid, avec les contributions d'un large éventail de personnes issues de 27 organisations (voir ci-dessous). Elle a été financée par le Ministère britannique du développement international par l'intermédiaire du consortium SHARE, et a reçu un soutien important de la part des communautés mondiales de pratique en matière de WASH, de genre et de violence sexiste, ainsi que du gouvernement britannique.

Voir le guide sur violence-wash.lboro.ac.uk