Bridging the divide

Thumbnail
Charlie Bibby/ Financial Times

Notre nouveau document d'information intitulé Bridging the divide révèle que l'aide internationale en matière d'eau et d'assainissement n'atteint pas les personnes les plus défavorisées et les plus marginalisées. En réalité, elle exacerbe les inégalités mondiales au lieu de les réduire.

Bridging the divide révèle que seulement huit des 48 nations les plus pauvres du monde ont compté parmi les dix premiers bénéficiaires de l'aide en matière d'eau et à d'assainissement au cours de l'une des six dernières années.

  • La Jordanie, dont 90 % de la population jouit pourtant d'un accès à l'eau et à l'assainissement, reçoit 855 USD d'aide pour chaque individu n'y ayant pas accès.
  • À l'autre extrémité de l'échelle, pour chaque personne n'ayant pas accès à l'eau, l'Éthiopie reçoit seulement 1,56 USD, la République démocratique du Congo seulement 0,80 USD et Madagascar seulement 0,42 USD.

Malgré son importance fondamentale, la plupart des bailleurs de fonds accordent une priorité relativement faible à l'aide en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène, qui ne représente en 2012 que 6 % de l'aide globale.

Une grande partie de l'aide promise n'est jamais fournie. Au cours de la dernière décennie, les donateurs n'ont pas réussi à transférer un tiers de l'argent qu'ils s'étaient engagés à consacrer à l'aide en matière d'eau et d'assainissement, ce qui représente 27,6 milliards USD sur 81,2 milliards de dollars USD depuis 2002.