Un objectif commun, un avenir commun : transformer le financement du développement durable pour lutter contre la COVID-19 et les crises climatiques

WaterAid/ Sibtain Haider

Les Objectifs de développement durable (ODD) et les engagements de Paris en matière de climat sont ambitieux mais essentiels. Ils nécessiteront des investissements soutenus. Si une part significative sera fournie par le secteur privé, une part importante devra également provenir du secteur public.

La pandémie de COVID-19 frappe durement les pays développés et en développement, et son impact économique sera lourd. À moins d'une décennie de la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) qui visent à éradiquer l'extrême pauvreté, les progrès seront bloqués (et inversés dans de nombreux cas) face à la double crise de la COVID-19 et du changement climatique, à moins que des mesures urgentes ne soient prises.

Les ressources nationales représentent la majorité des fonds que les pays en développement investissent dans le développement durable pour mettre fin à la pauvreté, dans des secteurs tels que l'eau et l'assainissement, la santé pour tous, l'environnement et l'éducation. Les pays étant en récession et prenant des mesures pour contenir la COVID-19, les recettes fiscales ont chuté et les gouvernements doivent consacrer des ressources limitées aux interventions d'urgence, en prélevant des fonds sur les travaux de développement à plus long terme.

Dans cette recherche, commandée par WaterAid et End Water Poverty de l'Overseas Development Institute, nous examinons les données publiques disponibles du FMI et de l'Observatoire des dépenses publiques de Development Finance International pour comprendre l'ampleur de l'impact que la crise de la COVID-19 aura sur la réduction des finances publiques disponibles pour les pays en développement. Nous cherchons à identifier les moyens d'augmenter le financement public national et international pour relever le défi.