Déclaration du Collectif mondial pour la santé et l'hygiène menstruelles pour la Commission de la condition de la femme

WaterAid/Basile Ouedraogo

Le Collectif mondial pour la santé et l'hygiène menstruelles (Global Menstrual Health and Hygiene Collective) a publié une déclaration en réponse à la CSW 64 pour appeler à une plus grande attention et à un meilleur investissement dans la santé menstruelle globale en ciblant les personnes les plus marginalisées. Cette déclaration a été approuvée par 34 organisations à travers le monde.

La Commission de la condition de la femme (CSW) est le principal organe intergouvernemental mondial dédié exclusivement à la promotion de l'égalité des genres et de l'autonomisation des femmes. Tenue en 2020, la 64e session de la CSW est d'une importance toute particulière puisqu'elle marque le lancement de l'examen des 25 ans du Programme d'action de Beijing (l'accord fondamental des Nations unies sur l'égalité des genres) et du Processus d'égalité des générations. Menés par ONU Femmes en partenariat avec la société civile, ils ont pour but d'identifier les domaines qui ont encore besoin de notre attention afin d'assurer les droits des femmes et l'égalité des genres. En effet, la question de la santé menstruelle est essentielle pour l'égalité des genres et l'autonomisation des femmes et des filles.

Le 9 mars 2020, la 64e session de la Commission de la condition de la femme a convoqué une réunion de procédure abrégée et a adopté le projet de déclaration politique qui salue les progrès accomplis vers la mise en œuvre complète, efficace et accélérée de la Déclaration et du Programme d'action de Beijing, mais qui s'inquiète du fait que, dans l'ensemble, les progrès n'ont pas été assez rapides ou profonds.

La directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a déclaré : « 25 ans après l'engagement conclu à Pékin, nous reconnaissons tous que les progrès en matière de droits des femmes sont loin d'être suffisants. Nous sommes en 2020, et pourtant, aucun pays n'a encore atteint l'égalité des genres et les femmes continuent de n’occuper qu’un quart de l’espace aux tables du pouvoir. Aujourd'hui, les États membres ont réaffirmé le Programme d'action de Beijing, les progrès et les lacunes. Les femmes et les filles les tiendront pour responsables alors que nous travaillons ensemble pour une égalité réelle et durable et la pleine jouissance de nos droits humains ».

La santé menstruelle est une question essentielle pour l'égalité des genres et l'autonomisation des femmes et des filles. WaterAid est un membre fondateur du Collectif mondial pour la santé et l'hygiène menstruelles qui comprend des représentants d'organisations des Nations unies, d'universités, de gouvernements, de bailleurs de fonds, du secteur privé, de coalitions existantes, de groupes de défense, d'organisations axées sur les jeunes, de groupes religieux, de consultants indépendants et d'organisations non gouvernementales internationales. L'objectif du Collectif est de stimuler et d'orienter les investissements dans la santé et l'hygiène menstruelles par le biais d'un plaidoyer fondé sur des preuves.

Consultez le document de prise de position de WaterAid sur la façon dont le programme WASH constitue une voie essentielle pour transformer les relations entre les genres et soutenir les femmes et les filles en tant qu'agents de changement pour leur permettre de mener une vie saine et de participer activement à des activités sociales, économiques et politiques.

Pour plus d'informations sur le Collectif mondial pour la santé menstruelles, veuillez contacter l'équipe de coordination à l'adresse [email protected].