Comment assurer la redevabilité sociale dans les services d’eau, d’assainissement et d’hygiène ? Nos dix principaux points à retenir.

6 min read
Thumbnail

Qu’est-ce que la responsabilité sociale, pourquoi est-elle importante pour des services durables d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH), et comment soutenir sa pratique ? Nous nous sommes joints à des praticiens d’autres organisations travaillant dans le domaine de WASH lors d’un atelier d’apprentissage (organisé conjointement par Water Witness International, Shahidi wa Maji, l’Université de Glasgow, l’Université de Dar es Salaam, Oxfam et le Water Integrity Network) pour en savoir plus. Avinash Kumar de WaterAid Inde et Hannah Crichton-Smith de WaterAid Royaume-Uni partagent certaines de nos leçons.

À WaterAid, nous savons que pour que tout le monde, partout, dispose de services d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) pour de bon, les gens doivent se sentir habilités à demander des comptes aux dirigeants, et les gouvernements doivent se sentir responsables de la réalisation des droits humains de leurs citoyens. Cela met clairement en évidence les questions de redevabilité et de bonne gouvernance. Pour en savoir plus sur la manière dont nous pouvons renforcer notre travail sur la redevabilité afin de garantir la durabilité des services WASH, nous nous sommes associés à des professionnels d’autres organisations travaillant dans le domaine WASH pour partager nos expériences dans un « atelier de réflexion ».

Le contrat social entre les États et les sociétés est en constante évolution. Selon la convention internationale sur les droits de l’homme, l’État est désormais le détenteur d’un devoir reconnu, chargé de garantir l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous. Qu’est-ce que cela signifie concrètement pour le contrat social ? Cela signifie-t-il simplement que les citoyens doivent bénéficier d’une prestation de services organisée, supervisée par l’État ? Ou cela signifie-t-il également que les citoyens doivent jouer un rôle dans la fourniture de ce service ? Si cette dernière hypothèse est vraie, comment nous - organisations œuvrant à la réalisation des droits au WASH - pouvons-nous garantir qu’elle soit respectée ? Quels types de structures institutionnelles, d’outils et de pratiques doivent être mis en place ? Et quel langage devrions-nous, en tant qu’ONG, utiliser, en particulier lorsque nous sommes confrontés à une résistance politique ?

Avec ces questions à l’esprit, plus de 80 praticiens et chercheurs de 20 pays ont participé à un « atelier de réflexion » - un atelier d’apprentissage - de trois jours à Dar-es-Salaam, en Tanzanie. Water Witness International, Shahidi wa Maji, l’Université de Glasgow, l’Université de Dar-es-Salaam, Oxfam, WaterAid et le Water Integrity Network ont organisé conjointement cet atelier de réflexion, et Binesh Roy (Népal), Rindra Rakotojoelimaria (Madagascar), Chaka Uzondu (Ghana) et Tseguereda Abraham (Éthiopie) de WaterAid, entre autres, y ont assisté et ont partagé les leçons avec nous.

WaterAid participants at the social accountability think shop.
Les participants de WaterAid à l’atelier de réflexion sur la responsabilité sociale.
Lotte Feuerstein

Redevabilité sociale

Nous avons encadré les discussions en utilisant le terme « redevabilité sociale » - défini par la Banque mondiale comme une approche de la gouvernance qui implique les citoyens et les organisations de la société civile (OSC) dans la prise de décision publique. Les interventions en matière de responsabilité sociale peuvent permettre aux citoyens et aux acteurs de la société civile d’exprimer leurs besoins aux gouvernements et aux prestataires de services, et d’apporter le point de vue des citoyens et des OSC aux activités gouvernementales telles que l’élaboration des politiques, la gestion des finances et des ressources publiques et la prestation de services. Cela permet à la société civile de participer au suivi du secteur public et de donner un retour d’information sur les performances du gouvernement.

La théorie veut que la redevabilité sociale donnera du pouvoir aux citoyens en : a) permettant aux personnes défavorisées et marginalisées d’exprimer leurs opinions et de revendiquer leurs droits ; et b) équilibrant les relations de pouvoir. Nous espérons que cela améliorera la gouvernance, le développement et la démocratie et, au bout du compte, la transparence et l’intégrité des institutions publiques, ainsi que la fourniture efficace de services de qualité aux communautés et aux personnes les plus difficiles à atteindre.

Durant la séance de réflexion, les participants ont échangé de nombreux exemples de mesures de responsabilité sociale, et les leçons tirées de leur mise en œuvre. Voici nos dix principales leçons :

  1. La combinaison de la participation de la population à l’établissement des budgets et d’un processus d’audit rigoureux peut accroître la transparence des gouvernements et leur capacité à répondre aux besoins de la population. Par exemple, au Kenya, le gouvernement a publié des directives officielles pour la participation du public au processus budgétaire et pour le partage public des dépenses budgétaires trimestrielles.
  2. Les systèmes de retour d’information numérique peuvent améliorer la responsabilisation. Au Kenya, un mécanisme de retour d’information en temps réel basé sur une application et portant sur la qualité et la disponibilité des services d’eau, auquel les habitants de Nairobi participent directement, suscite également des réactions positives de la part des autorités de service public en temps réel. Les agences gouvernementales surveillent les données tandis que l’OSC locale agit en tant que tiers contrôleur.
  3. La « fiche de rapport des citoyens » peut être un outil de responsabilisation efficace permettant aux consommateurs de « noter » ou d’évaluer la qualité des services d’eau et d’assainissement qu’ils reçoivent. De récents exercices de fiches d’évaluation citoyenne au Tamil Nadu et à Odisha, en Inde, ont permis d’identifier des lacunes importantes dans le cadre et la mise en œuvre de la mission Swachh Bharat.
  4. Nous ne devons pas ignorer le rôle de la culture et du pouvoir dans la manière dont les gens revendiquent leurs droits. En tant qu’organisations travaillant au renforcement de la redevabilité, nous devons en être conscients et chercher à comprendre la culture et les relations de pouvoir en jeu.
  5. En lien avec ce qui précède, nous devons atténuer le risque de créer un « monstre » - dans lequel seules quelques personnes sont représentées dans les plateformes de redevabilité - nous devons identifier les personnes qui ne sont pas présentes dans la salle ou qui ne sont pas représentées de manière adéquate, et trouver des moyens de les inclure.
  6. Nous devons soutenir l’action de recherche menée par la communauté pour identifier les véritables défis auxquels les individus sont confrontés, et rester plus longtemps afin de constituer la masse critique nécessaire pour provoquer un changement transformateur.
  7. Il existe souvent un décalage entre la volonté et la capacité des gouvernements à répondre aux commentaires/plaintes des usagers - nous devons comprendre les motivations, les incitations et les capacités des gouvernements.
  8. Nous devons nous engager à plusieurs niveaux de gouvernement et utiliser plusieurs méthodes d’engagement, allant des demandes écrites aux pétitions publiques (voir The Ladder of Escalating Accountability Engagement, par Water Witness International, 2016).
  9. Nous devons tirer parti des initiatives en cours et de la reformulation ou de la création de nouvelles politiques aux niveaux local et national pour institutionnaliser et intégrer les mécanismes et processus de responsabilité sociale. Par exemple, le programme de responsabilité sociale de l’Éthiopie - une initiative gouvernementale mise en œuvre au niveau régional, des woreda et des kebele, ainsi que le mouvement WASH Éthiopie et le Forum de l’eau et de l’assainissement.
  10. Enfin, à mesure que nous développons notre travail dans ce domaine, nous devons améliorer la manière dont nous suivons les changements en matière de responsabilité sociale au niveau des communautés et des gouvernements. Nous devons être capables d’identifier et de mesurer à la fois les changements matériels que connaissent les citoyens et les changements systémiques au sein des institutions.

Les secteurs de la santé et de l’éducation expérimentent depuis un certain temps déjà des fiches de rapport des citoyens et des audits sociaux ; le secteur WASH commence a présent à rattraper son retard. Nous sommes impatients de partager notre expérience ici sur WASHMatters ! Partagez vos expériences avec nous sur Twitter @WaterAid

Vous pouvez lire le rapport complet de l’atelier de réflexion ici.

Avinash Kumar est directeur des programmes et des politiques chez WaterAid Inde. @Avinashkoomar Hannah Crichton-Smith est responsable WASH durable chez WaterAid UK. @hcrichtonsmith