Blog du journal intime : WaterAid à l’Assemblée mondiale de la santé

6 min read
WaterAid delegates at World Health Assembly
Megan Wilson-Jones

Suite au succès de la 71e Assemblée mondiale de la santé, WaterAid est présent à la 72e Assemblée mondiale de la santé en 2019 pour défendre l’importance de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène pour la couverture sanitaire universelle. Consultez notre blog 2019 pour connaître les dernières nouvelles de Genève.

Nous étions présents à la 71e Assemblée mondiale de la santé du 21 au 25 mai 2018. Récapitulons les points forts ci-dessous.

 

24 mai : Un grand jour pour la lutte contre le choléra avec une nouvelle résolution ayant été adoptée !

Par Sally Chen, Angie Chen et Megan Wilson-Jones

End Cholera WaterAid delegates
WaterAid célèbre l’adoption de la résolution sur le choléra.
WaterAid/Sally Chen

Le quatrième jour a commencé tôt (7 h 30 !) lors d'un événement sur le Contrôle et Prévention des Infections (IPC), dont le coup d'envoi a été donné en reconnaissant qu'il ne peut y avoir de couverture sanitaire universelle de *qualité* sans eau, assainissement et hygiène (WASH).

Annie Msosa, responsable des programmes de WaterAid Malawi, a partagé son expérience avec les participants, et a souligné le défi inattendu auquel les femmes sont confrontées lorsqu'elles parcourent de longues distances pour être vues, pour ensuite être méprisées par les agents de santé et ne pas être écoutées. Annie a également noté que de multiples secteurs nécessitent des investissements (le secteur de la santé est très bien financé, mais pas le secteur WASH), mais les services doivent être peu coûteux et peu coûteux à entretenir afin que les communautés locales puissent les soutenir à long terme.

Pendant ce temps, Channa Sam Ol, responsable du programme WASH et santé de WaterAid Cambodge, a pris la parole lors d'un autre événement parallèle co-organisé par WaterAid sur le thème « La santé et l'hygiène des femmes à l'ère des ODD », qui portait sur la promotion de la gestion de l'hygiène menstruelle, le leadership des femmes et le programme WASH dans les établissements de santé. Channa a partagé son expérience de la promotion du programme WASH par le biais d'approches centrées sur les personnes, ainsi que du renforcement du leadership féminin au Cambodge en leur donnant plus de capacités et d'installations au Cambodge.

Il y avait de quoi se réjouir dans l'après-midi : la résolution soutenue par WaterAid sur la prévention et le contrôle du choléra a été adoptée ! Proposée par les gouvernements de la Zambie et d'Haïti, et co-sponsorisée par huit autres pays, la résolution signifiera, espérons-le, une réponse plus coordonnée entre les ministères et la société civile pour combattre et prévenir la maladie.

Et pour clôturer la journée, Annie Msosa a participé à un briefing technique sur la santé, l'environnement et le changement climatique en donnant un conseil pertinent : « Nous devons revenir à l'essentiel. Nous ne pouvons et ne devons pas fournir des soins de santé à des personnes malades dans un environnement qui est en soi préjudiciable à leur santé. Il s'agit d'une bataille qu'il est possible de gagner et que nous pouvons surmonter au cours de notre génération. Nous avons les solutions, mettons les ressources à disposition. »

WaterAid at World Health Assembly Technical Briefing 24 May
Les délégués de WaterAid au briefing technique sur la santé, l’environnement et le changement climatique
WaterAid/Sally Chen

 

23 mai : Investissement, immunisation et inclusion de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH)

Par Sally Chen et Angie Chen

WaterAid était grandement présente au troisième jour de l'Assemblée mondiale de la santé, et il était très excitant de voir nos collègues contribuer aux discussions sur l'investissement, la vaccination et le Programme général de travail (PGT : un plan établi tous les quatre ans par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le but d'améliorer la gouvernance mondiale de la santé).

Abdul-Nashiru Mohammed, directeur national de WaterAid Ghana, a fait une déclaration concernant le Partenariat mondial de l'eau (GWP) pour 2019-2023, exhortant les États membres à financer l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans le cadre d'investissements plus larges dans les systèmes de santé.

Dedo Mate Kodjo, WaterAid's Regional Advocacy Manager for West Africa, reading a statement at the World Health Assembly
Dedo Mate Kodjo, responsable régional du plaidoyer de WaterAid pour l’Afrique de l’Ouest, lisant une déclaration à l’Assemblée mondiale de la santé

Lors d'un événement parallèle sur l'analyse de rentabilité des activités de vaccination de l'OMS en Afrique, Helen Hamilton de WaterAid a souligné que l'analyse de rentabilité actuelle ne reconnaît pas la nécessité d'investir dans la coordination et l'intégration intersectorielles : « Le point n'est pas que le financement des vaccins devrait aller à WASH, mais que nous avons besoin de financement pour ces éléments de coordination et pour qu'ils soient explicitement inclus, sinon personne ne prend la responsabilité et tout est oublié ». Le Dr Richard Mihigo, du Programme pour le développement des vaccins et de la vaccination, a répondu en disant que l'inclusion de WASH dans les programmes de vaccination est en effet fondamentale dans la lutte contre les maladies infectieuses.

Et pour terminer une journée très productive, WaterAid a participé à la soirée de la Global Task Force on Cholera Control, qui s'est avérée être une occasion idéale pour nos délégués de rencontrer le Dr Tedros, directeur général de l'OMS, et de discuter des plans ambitieux visant à réduire le choléra de 90 % d'ici 2030. Regardez le directeur général de WaterAid, Tim Wainwright expliquer le rôle de WaterAid dans la lutte contre le choléra. À demain !

Dr. Tedros and WaterAid delegates
Le Dr Tedros et les délégués de WaterAid à l’événement « End Cholera ».

 

22 mai : Changement climatique et société civile

Par Angie Chen et Sally Chen

C'est le deuxième jour de l'Assemblée mondiale de la santé et, bien que le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros, a «  sauté comme une grenouille » d'un événement à l'autre (ce sont ses mots, pas les nôtres !), l'un des principaux thèmes de ses différents discours est celui des « partenariats ». Pour dire les choses simplement, si les gouvernements et les organisations internationales n'établissent pas de partenariats avec la société civile et le secteur privé, nous n'atteindrons pas les objectifs de développement durable ni la couverture sanitaire universelle.

Dr. Tedros at civil society side event
Le Dr. Tedros lors d’un événement parallèle sur les organisations de la société civile.
WaterAid/Sally Chen

On sent clairement que le Dr Tedros apprécie le rôle de la société civile, qui consiste à demander des comptes aux gouvernements et à galvaniser la pression publique, ce à quoi fait écho le Dr Agnes Binagwaho, vice-chancelière de l'Université de l'équité en santé mondiale. Lors d'une table ronde à laquelle nous avons assisté, intitulée « Une santé, une planète », elle a déclaré aux délégués que la signature de déclarations ne constituait pas en soi une action et que des réseaux de redevabilité devraient être mis en place pour que la « négligence du leadership » soit considérée comme un crime.

La discussion a mis en lumière des faits qui donnent à réfléchir : les problèmes environnementaux sont à l'origine d'un quart de la charge de morbidité, ce qui en fait une préoccupation majeure pour la réalisation d'une santé unique ; le changement climatique devrait causer 250 000 décès par an d'ici à 2050 ; les maladies tropicales négligées peuvent être grandement influencées par le changement climatique, comme les maladies à transmission vectorielle et les maladies infectieuses émergentes.

La solution consiste à mettre en œuvre des stratégies globales comprenant des enquêtes conjointes, une mobilisation sociale et une sécurité sanitaire. De plus, des méthodologies, des outils et des capacités doivent être mis en place pour intégrer et renforcer le lien entre l'environnement et la santé.

Ce n'est pas seulement la santé humaine qui est en jeu, mais aussi celle de la planète.

 

 

21 mai 2018 : Agents de santé communautaires, objectifs communs et choléra.

Par Sally Chen et Angie Chen

Nous sommes arrivés à Genève et déjà, au cours de la première journée de la conférence, l'enjeu de l'ensemble de la réunion a été établi : notre objectif commun est de promouvoir la couverture sanitaire universelle (CSU) non pas par une simple planification, mais par une action réelle.

La preuve d'une « action réelle » a été donnée lors d'un événement parallèle sur l'efficacité des agents de santé communautaires, où les pays ont présenté leurs modèles de réalisation des soins de santé primaires. Le ministre de la santé de Tanzanie a déclaré que les modèles ne peuvent pas être copiés et collés, et qu'ils doivent être une solution dirigée par la communauté et non une prescription du haut vers le bas.

Pendant ce temps, la conseillère en santé de WaterAid, Alison Macintyre (auteur de notre nouveau rapport sur les systèmes de santé) a lu une déclaration aux délégués sur le thème de la santé, de l'environnement et du changement climatique. Alison a mis l'accent sur les récentes épidémies de choléra et a exhorté les États membres et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à intensifier leur action face à la « crise silencieuse » de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène inadéquats dans les établissements de santé. Lire l'intégralité de la déclaration >

Alison Macintyre at World Health Assembly
Alison Macintyre transmet une déclaration de WaterAid à l’Assemblée mondiale de la santé.

La journée d'aujourd'hui a également été marquée par l'éloge généralisé du Dr Tedros, directeur général de l'OMS. Sous sa direction, l'OMS s'est orientée vers une relation plus ouverte avec les sociétés civiles et les secteurs privés.

Cette évolution aidera, espérons-le, à relever les défis auxquels il faut faire face pour parvenir à un système de santé universel, tels que le financement, la sécurisation des ressources, l'équité d'accès et les conséquences du changement climatique.