Cambodge : un environnement de soins propre en 6 étapes

7 min read
Thumbnail
WaterAid/Tom Greenwood

Channa Sam Ol, responsable du programme WASH et santé pour WaterAid Cambodge, décrit comment son équipe s'efforce de mettre l'eau, l'assainissement et l'hygiène au centre des améliorations apportées aux établissements de soins de santé.

S'assurer que les établissements de santé disposent d'une eau propre, de toilettes accessibles et de stations de lavage des mains présente d'énormes avantages. Il s'agit d'ailleurs de l'objectif principal de la campagne actuelle de WaterAid, Healthy Start, car cela permet de prévenir les infections et la propagation des maladies, de protéger le personnel, les patients, les soignants, les femmes enceintes et les nouveau-nés, et d'améliorer l'expérience des soins. Le rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'UNICEF de 2015 sur l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) dans les établissements de santé indique que 67 % seulement des établissements de santé cambodgiens disposent d'une couverture en eau, et ne présente aucune donnée concernant l'assainissement ou la couverture en eau et en savon pour un lavage efficace des mains.

Chez WaterAid Cambodge, nous avons pris six mesures pour trouver une solution à ce problème urgent.

1 - Identifier les besoins

En 2014, nous avons commencé à aider le Cambodge à atteindre son objectif visant à garantir un accès universel à l'eau potable et à l'assainissement d'ici 2025. Nous avons ainsi entrepris une étude de cadrage pour identifier les moyens les plus stratégiques par lesquels notre expertise pourrait soutenir les priorités du pays en matière de santé et placer l'eau, l'assainissement et l'hygiène au cœur des politiques et programmes de santé. Nous avons d'ailleurs identifié la fourniture de services d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans les établissements de santé comme l'un des domaines prioritaires.

2 - Comprendre la situation

Pour mieux comprendre la situation relative à l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les établissements de santé, nous nous sommes associés à l'Institut national de la santé publique pour examiner les données existantes du ministère de la Santé et déterminer dans quelle mesure ces services dans les établissements de santé sont surveillés au niveau national. Nous avons ainsi découvert qu'il n'existe pas de document unique expliquant de manière exhaustive les normes et les objectifs de couverture des services d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans les établissements de santé au Cambodge.

En raison du manque de politiques, de normes et de suivi au niveau national, nous avons élaboré, en collaboration avec l'OMS, un outil d'évaluation permettant de recueillir des données sur l'accès et les pratiques en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans les établissements de santé. Des évaluations ont ensuite été effectuées dans 12 établissements (centres de santé et hôpitaux de référence) pour collecter des informations sur les principaux indicateurs d'accès à ces services dans le secteur de la santé. L'étude a mis en évidence que dans la plupart des cas, une source d'eau améliorée n'était pas disponible toute l'année, mais que plusieurs sources étaient utilisées, ce qui entraînait un manque d'eau potable. En général, les toilettes ne fonctionnaient pas bien ou étaient inaccessibles au personnel ou aux patients avec un handicap, à mobilité réduite ou dans leur dernier trimestre de grossesse. Aucune des toilettes ne présentait les caractéristiques nécessaires à la gestion de l'hygiène menstruelle.

Travaillant dans le domaine de la santé maternelle et infantile depuis plus de dix ans, j'ai pu observer de mes propres yeux une situation qui correspond à ce que l'étude a révélé. La propreté des maternités pose de nombreux problèmes : mauvaises pratiques et installations d'hygiène des mains, manque d'eau propre pour le bain des nouveau-nés, mauvaise gestion des déchets médicaux (en particulier l'élimination du placenta) et manque de protection individuelle du personnel. Les études de WaterAid ont montré que l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les établissements de santé au Cambodge ne sont pas suffisamment pris en compte dans les mécanismes de suivi nationaux, et que par conséquent personne ne connaît vraiment la situation réelle. Cela me motive à relever ces défis pour réduire la mortalité et la morbidité maternelles et infantiles, et rehausser le profil de l'eau, de l'assainissement, de l'hygiène et de la santé au sein du système de santé de mon pays. Lors d'une discussion que j'ai eue avec un collègue de l'OMS au cours de mon premier mois chez WaterAid, je me souviens avoir demandé  : « Par où devrions-nous commencer ? ».

3 - Identifier les parties prenantes et les partenaires

Pour relever ces défis, toutes les parties prenantes, y compris le gouvernement, les partenaires de développement et les ONG locales, doivent comprendre la situation et agir. En identifiant d'autres acteurs qui veulent améliorer les services d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans les établissements de santé au Cambodge, nous avons appris que l'Université Emory avait déjà entrepris des mesures dont les objectifs étaient similaires à ceux de WaterAid. Nous avons donc lancé avec cette institution un projet de partenariat qui porte le nom « Safe water : accès à l'eau potable dans les établissements de santé ». Fin 2015, WaterAid Cambodge et les acteurs clés ont organisé une réunion de consultation informelle pour rassembler tous les partenaires intéressés dans le but d'identifier les défis ainsi que les opportunités et de commencer à mettre sur pied un plan pour aller de l'avant.

4 - Prendre des mesures formelles

Afin d'apporter des améliorations significatives et durables à l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les établissements de santé, nous devions établir une relation solide avec les partenaires gouvernementaux. Nous avons été ravis d'obtenir un rendez-vous officiel avec le secrétaire d'État du ministère de la Santé, Son Excellence le professeur Eng Huot. Au cours de cette réunion, nous avons expliqué au professeur Huot que l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les établissements de santé sont nécessaires pour des soins de base de qualité et constituent un élément fondamental du contrôle et de la prévention des infections. Non seulement il a reconnu leur importance pour l'amélioration de la santé au Cambodge, mais il a même été plus loin en déclarant : « Sans eau, les établissements de santé ne peuvent pas atteindre la norme de contrôle et de prévention des infections ». Cette première rencontre a débouché sur un protocole d'accord officiel entre WaterAid Cambodge et le ministère de la Santé afin de mettre en œuvre un projet pour l'eau, l'assainissement, l'hygiène et la santé qui se focalisera en priorité sur les établissements de soins.

5 - Passer de la planification à l'action

Une fois que nous avons obtenu ce protocole d'accord officiel, nous avons entamé notre projet avec le département des Services hospitaliers du ministère de la Santé, l'OMS et d'autres partenaires. Nous avons donc organisé conjointement une deuxième réunion de consultation, animée cette fois par le département des Services hospitaliers et un représentant du département des Soins de santé en milieu rural du ministère du Développement rural. Les ONG qui allaient mettre en œuvre les services d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans les établissements de santé étaient également de la partie. La réunion a permis d'identifier trois points à comprendre :

  1. Quelle est la situation de base en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène dans les établissements de santé ?
  2. Quels sont les besoins en formation du personnel de santé en ce qui concerne l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans le cadre des procédures de contrôle et de prévention des infections ?
  3. Comment inclure des sections sur l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les politiques, directives et normes existantes relatives aux établissements de santé ?

6 - Institutionnaliser l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les établissements de santé

S'appuyant sur notre outil d'évaluation et sur les Normes essentielles en matière de santé environnementale dans les structures de santé de l'OMS, l'Institut national de santé publique a mis au point un outil d'évaluation national. L'outil s'adresse à la fois aux hôpitaux et aux centres de santé publics de référence. Son principal objectif est de guider et d'harmoniser l'évaluation nationale de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène dans les établissements de santé publique au Cambodge. Plus précisément, il sera utilisé pour collecter des données qui serviront à calculer les cinq indicateurs de base suivants :

  1. Installations d'approvisionnement en eau de base
  2. Installations sanitaires de base
  3. Installations de base pour l'hygiène des mains
  4. Méthodes de nettoyage
  5. Gestion des déchets médicaux

Quelle est la prochaine étape ?

Dans notre équipe, nous avons adopté une approche de « planification adaptative » afin de prendre le temps de réfléchir à ce que nous allons faire ensuite à mesure que nous récoltons des informations et que la situation évolue.

Le programme relatif à l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les établissements de santé est aligné sur la nouvelle stratégie quinquennale du gouvernement visant à améliorer l'accès à des services de santé équitables et de qualité. Au cours d'un événement organisé par WaterAid lors de la 69e Assemblée mondiale de la Santé, un haut fonctionnaire du ministère de la Santé du Cambodge a apporté son soutien à l'intégration de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène dans les établissements de santé dans le cadre du programme relatif à la qualité des soins. Le soutien influent du ministère de la Santé ouvre la voie au changement pour l'eau, l'assainissement et l'hygiène dans les établissements de santé. Lors d'une récente discussion sur l'adaptation de l'Objectif de développement durable 3 (favoriser la bonne santé et le bien-être de tous à tout âge) au niveau local, il est apparu que deux indicateurs, à savoir l'eau et l'assainissement, étaient déjà inclus. Nous travaillons dur pour en faire ajouter un troisième, le lavage des mains.

Dans les mois à venir, nous aiderons le ministère de la Santé à appliquer et à institutionnaliser l'outil d'évaluation national au sein des établissements de santé. Lorsque le ministère aura collecté les données et identifié les établissements de santé à privilégier, nous avons l'intention d'aider les départements de santé provinciaux à améliorer les comportements et les installations. Pour ce faire, nous envisageons de piloter l'approche de l'outil d'amélioration de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène dans les établissements de santé de l'OMS (WASH FIT)1.

C'est une période passionnante pour travailler avec les établissements de santé. Dans le cadre du programme de décentralisation, ces derniers reçoivent pour la première fois des subventions directement du ministère de l'Économie et des Finances, et des incitations financières sont également offertes pour qu'ils améliorent la qualité de leurs soins. Si nous parvenons à relier les améliorations nécessaires en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène à ce financement, il y aura probablement un réel intérêt de la part du personnel des établissements de santé et nous pourrons en tirer parti.

Nous continuerons d'améliorer le profil de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène dans les établissements de santé en impliquant les parties prenantes, en apportant notre soutien et en surveillant les progrès. Avec nos partenaires, nous contribuons à catalyser le changement et à révolutionner les soins de santé en milieu rural au Cambodge.

Retrouvez Channa Sam Ol sur Twitter : @channasam

1Cet outil (appelé auparavant WASH Safety Plan) est basé sur les approches des plans de gestion de la sécurité sanitaire de l'eau et de l'assainissement. Il fournit une gamme d'outils prêts à l'emploi qui aident à identifier les risques et à prioriser les améliorations à apporter aux services d'eau, d'assainissement et d'hygiène, ainsi qu'aux aspects sécuritaires associés, dans les petits établissements de santé des pays à faible revenu. WASH FIT est en cours d'élaboration. Pour plus d'informations, consultez le site www.washinhcf.org/standards-facilities/activities/.