Cartographie des progrès et des ambitions à l'horizon 2030

5 min read
UNGA
WaterAid/Margaret Batty

Quelle est l'histoire qu'une organisation se raconte qui n'est pas vraie ? Margaret Batty, directrice des politiques et campagnes mondiales à WaterAid, célèbre les progrès accomplis depuis la publication, il y a dix ans, du rapport du Comité du développement international de la Chambre des communes britannique sur l'assainissement et l'eau.

« Quelle est l'histoire qu'une organisation se raconte et qui n'est pas vraie ? » J'ai entendu cette question récemment, et elle m'a vraiment interpellé. Elle est si percutante qu'elle demande de l'attention.

WaterAid est une organisation optimiste et nous aimons croire que le monde fait des progrès pour atténuer la crise de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (EAH). Mais est-ce le cas, ou s'agit-il d'une illusion ?

WaterAid croit aussi fermement qu'il faut être une organisation qui s'appuie sur des preuves. Quelle meilleure source pour vérifier nos allégations de progrès que le rapport du Comité de développement international de la Chambre des Communes britannique sur l'assainissement et l'eau, publié il y a exactement dix ans, le 26 avril 2007 ?

En regardant le secteur WASH au cours de la dernière décennie, ma conclusion serait que tout est pareil et pourtant rien ne l'est. La crise aigüe du secteur WASH, tout comme l'extrême pauvreté, persiste. Quelque 663 millions de personnes n'ont toujours pas accès à l'eau potable et près de 2,4 milliards à des installations sanitaires décentes.

C'est tout simplement inacceptable. L'heure n'est pas à la complaisance. Tout le monde, partout, doit avoir accès à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène d'ici 2030.

Des raisons de se réjouir

Et pourtant, d'énormes succès ont été enregistrés au cours des 10 à 20 dernières années. Nous devons reconnaître et célébrer les progrès accomplis.

La mortalité infantile mondiale a diminué de moitié depuis 1990 et la cible des objectifs du millénaire pour le développement concernant l'eau a été atteinte avec cinq ans d'avance, en grande partie grâce aux progrès rapides réalisés en Chine.

Le discours politique sur l'eau, l'assainissement et l'hygiène, ainsi que l'attention et l'ambition politiques ont également connu un changement significatif. Prenons quelques exemples :

  • En 2007, le rapport de la commission du développement international de la Chambre des communes parlait des « besoins » en eau et en assainissement. En 2010, les droits à l'eau et à l'assainissement ont été adoptés par l'ONU.
  • En 2007, l'assainissement faisait l'objet de très peu de débats politiques ou d'attention. Par exemple, les objectifs du Millénaire pour le développement relatifs à l'assainissement n'étaient qu'une réflexion annexe, qui a été ajoutée deux ans plus tard, en 2002. Pourtant, en 2008, l'Année internationale de l'assainissement a permis de sensibiliser et de faire réagir les décideurs, et en 2014, en marge du sommet de l'Union africaine, la Banque africaine de développement a signé le « Plan d'action de Kigali » visant à améliorer le service WASH dans dix pays, en mobilisant 50 millions d'euros. C'était un signe prometteur de la volonté politique régionale et de l'engagement en faveur de WASH.
  • L'objectif de développement du millénaire des Nations unies visait à réduire de moitié la proportion de personnes privées d'eau potable et d'assainissement de base. Mais en 2015, l'ONU a massivement augmenté les enjeux mondiaux en s'engageant dans l'Objectif de développement durable numéro 6 visant l'accès universel à l'eau et à l'assainissement, l'hygiène étant désormais également reconnue. Ce niveau d'ambition plus élevé, à la fois en termes d'accès à tous et de niveaux de service plus élevés, change la donne.
  • En 2007, les députés britanniques ont appelé à un « plan d'action mondial » pour créer une volonté politique, renforcer les capacités et instaurer un changement de comportement. Le partenariat Assainissement et eau pour tous a été créé en 2010, et ce mois-ci a eu lieu la quatrième réunion biannuelle des réunions de haut niveau du partenariat mondial Assainissement et eau pour tous. Ces réunions font officiellement partie des réunions de printemps de la Banque mondiale à Washington DC, où les ministres des finances, du développement, de l'eau et de l'assainissement se sont réunis pour aborder ces questions ensemble, unis par une vision commune.
  • En 2007, le Comité de développement international a déclaré que le DfID et le secteur WASH devaient travailler sur l'interface des services publics essentiels (c'est-à-dire WASH, santé et éducation). En 2011, l'Organisation mondiale de la santé a adopté ses premières résolutions sur l'eau, l'assainissement, l'hygiène et la santé, et en 2015, les objectifs de développement durable des Nations unies ont reconnu que le secteur WASH était au cœur du programme de développement de la personne, de la couverture sanitaire universelle à l'autonomisation des femmes et des filles.
Schoolchildren in high spirits after their school WASH club, Malawi, July 2015.
Des écoliers enthousiastes après le club WASH de leur école, Malawi, juillet 2015.
WaterAid/Margaret Batty

Accomplir notre mission en restant flexibles

WaterAid est fière d'avoir contribué d'une manière ou d'une autre à chacune de ces évolutions critiques dans le secteur WASH, en collaboration avec de nombreux partenaires, et aux côtés de nombreuses communautés qui travaillent et revendiquent leurs droits à l'eau et à l'assainissement. Nous sommes restés fidèles à notre mission et à notre orientation, mais nous avons également tenu compte des sages conseils d'un dirigeant du DfID (Département du développement international du Gouvernement britannique) qui nous a conseillé lors d'un séminaire en 2013 : « Ne vous laissez pas séduire par les chiffres, tendez vers l'innovation et le changement ».

Nous nous sommes adaptés, nous avons fait preuve de souplesse et nous n'avons pas eu peur d'être les pionniers du changement, par exemple en défendant un programme de renforcement des systèmes pérennes et en travaillant à l'intégration du programme WASH dans les programmes de santé et de nutrition. Nous avons régulièrement gagné en confiance pour contribuer à influencer le changement transformationnel qui sera essentiel pour atteindre les objectifs mondiaux des Nations unies.

« Nous ne voyons pas de pauvreté, nous voyons des possibilités »

Nous avons tous appris que la politique compte vraiment pour le progrès de l'EAH. Pour citer Victor Hugo, « l'égout est la conscience de la ville ». Il est gratifiant de constater que l'assainissement a progressé dans l'agenda politique mondial au cours de la dernière décennie.

Et pourtant, le verre peut toujours sembler à moitié vide. Le consensus mondial sur le développement est fragile. Les gros titres sont dominés par la montée du nationalisme et les actes d'extrémisme violent. Le changement climatique et la crise migratoire posent des défis énormes et sans précédent. Un nouvel acronyme est entré dans notre lexique (« B2T », des milliards à des trillions en anglais) car il faudra des « milliards à des trillions » de nouveaux financements pour atteindre les objectifs mondiaux des Nations unies. Pourtant, l'environnement fiscal est difficile, et nous constatons que les budgets de développement international sont menacés.

Le dernier kilomètre du développement et de l'éradication de la pauvreté sera le plus difficile, nous le savons. C'est pourquoi nous devons nous accrocher au fait que des progrès significatifs ont été réalisés et que nous avançons vers cette vision d'un monde où chacun aura accès à l'eau et à l'assainissement d'ici 2030.

Nous avons la responsabilité et le privilège d'être la première génération qui peut et doit contribuer à la réduction de l'extrême pauvreté dans le monde et à l'accès de tous, partout, à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène d'ici 2030. Quel défi, et quelle époque pour être un acteur du changement.

Comme le Président de la Banque mondiale, Jim Kim, l'a dit à un public à Londres ce mois-ci : « Nous ne voyons pas de pauvreté, nous voyons des possibilités. Nous devons avoir foi dans les populations pauvres et élever nos aspirations à la hauteur des leurs. Ne croyez pas les détracteurs qui disent que c'est impossible. »

Le nom d'utilisateur de Margaret Batty sur Twitter est @margaretbatty