Il est temps que le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène entende parler de la périménopause

WaterAid/ Dennis Lupenga

La gestion de l’hygiène menstruelle (GHM) est de plus en plus à l’ordre du jour du secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH), notamment en ce qui concerne les jeunes femmes et les jeunes filles. Mais qu’en est-il des différents besoins WASH des femmes qui atteignent la ménopause ? Lors de la Journée mondiale de la ménopause, Amita Bhakta partage ce qu’elle a appris de ses conversations avec des femmes ménopausées au Ghana.

Regardez notre courte interview avec Amita sur la périménopause et le WASH :

Le secteur WASH s’efforce d’assurer l’inclusion de tous, sans laisser personne derrière - il ne sert à rien de ne fournir des services qu’à une partie de la population. Ces dernières années, la santé et l’hygiène menstruelles, en particulier pour les filles qui passent par la puberté et commencent à avoir leurs règles, a reçu beaucoup plus d’attention que jamais. Mais les femmes plus âgées qui traversent la ménopause n’ont pas été autant prises en compte.

La périménopause, souvent appelée « le changement », est ce moment proche de la ménopause, c’est-à-dire le moment de la vie d’une femme où les règles cessent définitivement. Il s’agit d’un processus biologique naturel, dont les symptômes sont souvent invisibles pour les autres personnes, notamment des menstruations irrégulières et abondantes, des bouffées de chaleur (sensations de chaleur qui commence dans la poitrine et s’étend au visage), transpiration et incontinence.

Le secteur WASH a, jusqu’à présent, négligé le sujet et ses effets sur les besoins spécifiques des femmes. Les professionnels du secteur WASH ont largement ignoré ces questions car, dans la plupart des sociétés, indépendamment de la culture ou du lieu, les questions de santé reproductrice et sexuelle des femmes continuent d’être entourées de tabous, de stigmatisation ou de honte, ce qui oblige les femmes à répondre secrètement à leurs besoins WASH liés à la ménopause et aux modifications de leur corps.

Parler avec les expertes donne de précieuses indications

Lorsque j’ai commencé ma recherche doctorale sur les besoins des femmes en matière de WASH, je ne trouvais aucun conseil pratique pour les femmes âgées. J’ai donc décidé d’aller voir les expertes - les femmes qui doivent faire face au « changement » avec un accès limité à l’eau potable et à des toilettes décentes. Cette recherche a commencé à explorer les besoins WASH des femmes qui vivent ce changement pour la première fois.

A photo showing the very poor state of community toilets in La, Ghana.
Kate Simpson
Toilettes communautaires à La, Ghana

« Lorsque mes menstruations étaient sur le point d’arrêter, j’ai saigné très abondamment, et cela s’est traduit par des caillots. » - Berta, La, Accra.

Chez elle, dans un complexe urbain ghanéen, Berta m’a raconté comment ses menstruations ont changé à 45 ans. Un mois, elle a eu des saignements abondants pendant ses menstruations, puis elle n’a plus eu de règles pendant plusieurs mois, puis elle a recommencé à avoir ses menstruations. Ce cycle s’est répété plusieurs fois jusqu’à ce que ses menstruations s’arrêtent enfin pour de bon.

Cette expérience était similaire à celle d’autres femmes vivant avec un accès limité à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène dans les communautés à faibles revenus de La, Accra et Kotei, Kumasi au Ghana, dont j’ai recueilli les histoires grâce à des entretiens et des cartes des communautés que les femmes ont dessinées en groupe. Ces histoires ont donné un nouvel éclairage sur les expériences WASH du nombre croissant de femmes qui traversent la périménopause dans le Sud vieillissant.

S’adapter à la ménopause peut être coûteux et contraignant

Les femmes à qui j’ai parlé ont essayé différentes techniques de GHM pour gérer les volumes importants de flux sanguin (jusqu’à 80 ml, soit six cuillères à soupe) qu’elles subissaient pendant leurs règles. La GHM pendant le changement nécessite une adaptation. Les serviettes hygiéniques commerciales jetables sont chères et leur achat avec un faible revenu est problématique. Mais les fines pièces de tissu menstruel, qui sont souvent la solution de rechange, peuvent s'imbiber très rapidement. Par crainte des fuites et des vêtements tachés de sang, les femmes qui pouvaient se le permettre ont utilisé à la fois des serviettes et des chiffons :

« J’ai dû faire cela pour aider à absorber le sang. J’utilise les deux parce que je saigne beaucoup, sinon la serviette seule aurait suffi. Je me changeais trois fois par jour et c’était parce que je soutenais les serviettes avec le tissu. » - Abla, Kotei, Kumasi.

Elles devaient être prêtes à avoir leurs règles à des moments irréguliers :

« Au troisième mois, je m’attends à avoir mes règles, donc si je dois voyager, je m’assure d’avoir mon matériel menstruel prêt. En général, je ne m’éloigne pas trop de chez moi. » - Abla¸ Kotei.

Les symptômes de la périménopause vont bien plus loin que des saignements

J’ai appris que la gestion du sang n’était qu’une partie des besoins d’hygiène des femmes pendant la périménopause. Nos conversations ont permis d’identifier d’autres points faibles dans le secteur WASH, en particulier le manque de considération pour la nécessité d’augmenter le nombre de bains et de lavages. Se laver souvent - pour se nettoyer après une forte hémorragie, une incontinence et des sueurs - était essentiel pour les femmes. Une femme se baignait trois fois par jour :

« En raison des menstruations... un jour normal où je n’ai pas mes règles, je me lave une fois. » - Felicia, La.

Les femmes ont également dû changer leurs habitudes. Malgré les craintes pour leur sécurité, elles ont commencé à aller se laver en pleine nuit dans leurs bains publics :

« Il m’arrive de transpirer la nuit et quand cela arrive, je me lave avec une serviette mouillée et à un certain moment, j’entre dans les bains publics pour me m'asperger d’eau. » - Mansa, Kotei.

Elles devaient également changer régulièrement les vêtements tachés de sang, de sueur et d’urine en raison de leur incontinence, ce qui augmentait le nombre de lessives :

« … quand tu as tes règles, tu peux salir ton linge à tout moment et cela augmente ma quantité de linge à laver. » - Efua, Kotei.

« Oui, parfois quand j’ai fini d’uriner, j’ai l’impression que ma culotte est mouillée. » - Kisi, La.

Les infrastructures de bain et de lessive dans les communautés que j’ai visitées n’étaient pas conçues pour répondre aux besoins des femmes périménopausées. Par exemple, l’évacuation des eaux usées tachées de sang après le bain ou la lessive dans la rue parce qu’il n’y a pas d’évacuation, à la vue de tous, dans une société où les menstruations et la ménopause sont taboues, n’était pas idéale.

Les douleurs articulaires liées au vieillissement des femmes pendant la périménopause ont rendu encore plus difficile l’utilisation des infrastructures de bain et de blanchisserie existantes. Les installations manquaient de rampes et de sièges et n’étaient pas conviviales, ce qui rendait leur utilisation difficile pour les femmes périménopausées souffrant de douleurs articulaires.

A photo showing the very poor state of community bathing facilities in La, Ghana
Kate Simpson
Installations de bains communautaires à La, au Ghana

Comment nous travaillons à des solutions inclusives ?

Il est fantastique de voir que la GHM est maintenant si bien connue dans le secteur WASH, mais ce qui convient pour répondre aux besoins des écolières ne convient pas aux femmes périménopausées. Nous devons écouter les femmes périménopausées et les sensibiliser à leurs besoins particuliers en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène, afin de garantir que notre travail dans le domaine de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène soit adapté aux besoins des personnes à toutes les étapes de leur vie.

Des infrastructures de bain, de blanchisserie et de toilettes conviviales et universellement accessibles, un système d’évacuation des eaux couvert, un approvisionnement en eau régulier et accessible et des options d’évacuation sanitaire appropriées dans les installations domestiques et communautaires pourraient commencer à répondre aux différents besoins des femmes périménopausées en matière de WASH - ainsi qu’aux besoins des personnes ayant des besoins similaires.

Personne ne conteste que les besoins des femmes périménopausées en matière de WASH doivent être pris en compte. Pourtant, même pour moi, en tant que chercheuse et femme, il était difficile de recueillir leurs histoires, et il était difficile pour les femmes de partager leurs expériences. Nous devons nous efforcer de briser le silence autour de la ménopause.

Des techniques de communication efficaces, la promotion de l’hygiène et des séminaires adaptés peuvent à la fois aider les femmes à comprendre la périménopause et permettre à leur voix d’être entendue par le secteur WASH, afin que les services requis puissent être fournis. Nous devons briser le silence et amener le secteur WASH à discuter de cette question.

Commençons la conversation

Comment vous ou les femmes que vous connaissez avez-vous fait face à ce changement ? Comment en avez-vous discuté ? Tant que nous n’aurons pas commencé à parler des questions non dites, nous ne pourrons pas assurer l’accès à l’eau potable pour tous d’ici 2030. Ne laissons pas la périménopause derrière nous.