Les femmes dans le secteur WASH : être invitée à la fête suffit-il ?

5 min read
WaterAid/ Behailu Shiferaw

Suite aux élections de 2018 en Éthiopie, un nombre record de femmes occupent désormais des postes de direction au sein du gouvernement du pays. Mais les femmes continuent de se battre pour gravir les échelons dans d’autres secteurs. À l’occasion de la Journée internationale de la femme, Bethlehem Mengistu, directrice de WaterAid Éthiopie, nous fait part des leçons à retenir pour devenir une femme leader dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène.

Je suis ravie d’être témoin des changements fantastiques qui ont eu lieu en Éthiopie ces derniers mois, les femmes occupant des postes de direction aux plus hauts niveaux du gouvernement. La meilleure partie de ce récit est que les petites Éthiopiennes vont désormais considérer une femme présidente ou ministre comme la nouvelle « normale », et non plus l’exception. Je trouve cela très inspirant !

Mais dans mon domaine de travail - le secteur de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH) - nous n’avons pas encore vu un pourcentage significatif de femmes dans des rôles de direction. La participation des femmes est le plus souvent observée dans les cadres de gestion de l’approvisionnement en eau des communautés, où les femmes sont incluses dans l’équipe qui gère le système d’approvisionnement en eau. Ceci est important car l’intention est de maintenir les avantages du système pour les deux genres, mais aussi d’assurer que les hommes et les femmes sont engagés de manière égale. Cependant, au niveau du secteur (c’est-à-dire là où la politique, les ressources et la planification sont généralement discutées et décidées), il y a très peu de femmes décideuses.

Où sont les femmes ?

Je suis souvent l’une des seules femmes dirigeantes dans les réunions auxquelles je participe.

Et lorsque la question « pourquoi n’y a-t-il pas plus de femmes » est posée, la réponse est souvent « il n’y a pas assez de femmes qualifiées ».

Ce n’est pas une réponse exacte. Il y a des femmes qualifiées, mais nous devons réformer l’approche du secteur pour atteindre ces femmes professionnelles. Par exemple, des organisations comme CARE Ethiopia ont obtenu de bons résultats en réformant l’ensemble de leur processus de recrutement. CARE a réévalué toutes ses descriptions de poste, a ré-annoncé les postes 1 à 3 fois si aucune femme ne s’est portée candidate, a chassé des têtes, a institué un système d’évaluation basé sur les compétences avec examen écrit (codé de manière à ce que le jury ne sache pas quel candidat l’a écrit), et a évalué et reconfiguré les questions d’entretien en utilisant une optique de genre. Cela a permis à l’organisation de se rapprocher de la parité.

Leçons d’une dirigeante

Cependant, il ne suffit pas de faire asseoir les femmes à la table des négociations. Être leader dans un secteur traditionnellement dominé par les hommes s’accompagne d’une série de défis distincts, comme je l’ai vite découvert :

  • J’étais et je suis toujours la plus jeune femme dans la plupart des réunions de secteur. Pendant un certain temps après que j’ai assumé la direction, la plupart ont supposé que j’étais dans l’administration ou tenais un rôle de soutien plutôt qu’un rôle de direction (jusqu’à ce que je les corrige). Il ne suffit pas d’être dans un rôle ou de s’asseoir à la table. Il est essentiel de parler avec assurance (un de mes collègues qui adore le dicton « faites semblant jusqu’à ce que vous réussissiez »"). Le plus grand obstacle auquel je suis confrontée, ainsi que la plupart de mes amies dirigeantes, est la peur d’être ostracisée ou méprisée - le redouté « syndrome de l’imposteur ». J’ai appris que le respect vient quand on entend notre voix. J’ai vu comment nos voix peuvent contribuer à façonner les politiques et les perspectives. J’ai choisi de faire en sorte que ma présence soit connue en tant que leader et qu’elle soit considérée comme un contributeur pour le bien. Près de trois ans après mon entrée en fonction en tant que directrice, ma voix est désormais recherchée et je peux choisir d’être pointilleuse sur la façon dont je collabore avec les autres.
  • Faire confiance à ma voix en apprenant à contrôler le doute de soi était une tâche assez difficile, mais j’ai vite appris à repérer les schémas de pensée négative, à les identifier pour ce qu’ils étaient et à m’entraîner à faire confiance à mon expertise. Cela m’a permis de prendre davantage la parole lors des réunions, ce qui m’a permis de m’asseoir toujours à l’avant et de participer.
  • Célébrer sans excuse n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. J’ai toujours trouvé intéressant que, dans les réunions, de nombreuses femmes, lorsqu’elles se présentent, donnent leur nom puis leur statut familial, tandis que les hommes donnent leur nom puis leur titre. Cela est lié au fait que le type de réalisations auxquelles la société accorde du poids est celui sur lequel nous nous alignons consciemment pour être acceptées.
  • Trouver une fraternité pour se soutenir et se célébrer mutuellement a été primordial pour ma confiance. Étant donné que la plupart des problèmes auxquels nous sommes confrontées en tant que femmes sont en partie similaires, je trouve très utile de m’entourer de femmes leaders qui sont sur un chemin similaire et qui ont des valeurs morales similaires. L’un de mes mentors est une femme que j’admire profondément, et elle m’apporte un soutien inestimable.

Je suis ravie que l’année écoulée ait été l’année où les barrières ont été brisées et que nous constatons un meilleur équilibre entre les genres dans le leadership. Nous sommes invitées à la fête, mais il est important que les règles d’engagement à la fête soient également accessibles.