Nous avons besoin de toilettes publiques et communautaires qui conviennent aux femmes et aux filles, et pas seulement aux hommes

on
16 November 2018
Miniature
WaterAid/ Behailu Shiferaw

Toute personne a le droit de pouvoir utiliser des toilettes – quand et où elle en a besoin. Priya Nath, conseillère de WaterAid pour l’égalité, l’inclusion et les droits, explique pourquoi les toilettes publiques et communautaires doivent être au service des femmes et des filles comme des hommes, et comment les aménager pour les femmes.

Parfois, les choses sont ce qu’elles sont depuis si longtemps que nous oublions qu’elles pourraient être différentes.

Cela a été longtemps le cas des toilettes. La conception, la planification et la gestion des toilettes publiques, par exemple, a été et continue d’être, dans de nombreux pays, un domaine de travail dominé par les hommes. La conception traditionnelle des toilettes publiques a reflété cette situation en s’adaptant au mieux à un corps typiquement masculin.

Mais les différences biologiques et physiologiques des populations, ainsi que les rôles et les normes au sein de nos sociétés, ont une incidence sur la façon dont les gens utilisent les toilettes et sur ce dont ils ont besoin.

Pourquoi est-ce important ?

Une approche unique, sans distinction de sexe, ne permet pas de créer des toilettes publiques ou communautaires qui conviennent à tout le monde. En règle générale, elle ne tient pas compte des femmes, des personnes handicapées, des personnes âgées et des personnes qui s’occupent d’autrui pour les aider à utiliser les toilettes. Cela oblige les personnes susceptibles d’être déjà confrontées à d’autres obstacles qui limitent leur activité à trouver d’autres moyens de gérer leurs besoins en matière de toilettes lorsqu’elles sont en déplacement.

Design of an accessible female-friendly toilet.
WaterAid/ Verónica Grech
Illustration d’une toilette accessible aux femmes.

Aller aux toilettes, à différents moments de la journée et de la nuit, est une exigence humaine fondamentale, et un droit humain pour tous. L’accès aux toilettes à domicile est essentiel, mais les gens doivent également disposer un endroit où se rendre lorsqu’ils se déplacent dans leur ville ou leur village, lorsqu’ils se rendent au travail, au marché, lorsqu’ils vont à la rencontre des gens, simplement pour vaquer à leurs occupations quotidiennes.

WaterAid travaille dans 28 pays à faible et moyen revenu à travers le monde. Dans la plupart de ces endroits, le nombre de toilettes publiques et communautaires est loin d’être suffisant. Par exemple, une enquête menée en 2011 par WaterAid au Bangladesh a révélé qu’à Dhaka, il n’y avait que 47 blocs de toilettes publiques desservant environ 7 millions de personnes. Et une cartographie réalisée en 2016 par l’Urban Migrant Centre à Ahmedabad, en Inde, a révélé que plus de 20 000 personnes dépendaient des 262 toilettes publiques et communautaires de la ville, dont six seulement étaient en « bon » état.

Ignorer la moitié du monde

Lorsque des installations existent, elles sont souvent non différenciées en fonction du genre et ne répondent pas à certains des besoins spécifiques des femmes et des filles lorsqu’elles utilisent les toilettes. Par exemple, les toilettes doivent répondre aux besoins liés aux menstruations – y compris un endroit hygiénique et privé pour se laver ou se débarrasser des produits menstruels usagés – et aux pressions accrues ou différentes exercées sur le corps pendant la grossesse, la ménopause ou les périodes d’incontinence (qui touchent davantage les femmes que les hommes).

En outre, les installations existantes ne répondent pas toujours de manière adéquate aux différentes pressions et réalités sociales auxquelles les femmes et les filles sont confrontées. Dans l’enquête de Dhaka, trois quarts des 47 blocs n’étaient pas adaptés aux femmes ou aux enfants parce qu’ils se trouvaient dans des zones dangereuses ou ne disposaient pas d’approvisionnement en eau fiable et/ou pas d’éclairage, ce qui les rendait peu pratiques, indésirables et dangereux pour les femmes et les filles.

Cela signifie que les toilettes ne répondent pas aux besoins d’au moins la moitié de la population.

Les praticiens et les universitaires remettent en question ce type de planification et de conception aveugle aux questions de genre. La prise de conscience de la nécessité de rendre les toilettes adaptées aux femmes s’accroît, et de plus en plus de femmes participent à ce processus – en tant que planificatrices, ingénieures, représentantes des autorités locales et militantes. Mais les progrès sont trop lents et incohérents.

Un guide pour les planificateurs et les décideurs

Afin de mettre en lumière la manière dont nous pouvons remédier à l’absence de prise en compte du genre dans les services d’assainissement, WaterAid, l’UNICEF et WSUP ont produit Toilettes publiques et communautaires adaptées aux femmes – un guide pour les planificateurs et les décideurs. Conçu pour les personnes chargées de fournir, de construire ou d’entretenir ces toilettes, le guide comprend des descriptions des caractéristiques pratiques, des preuves et des directives pour garantir que les toilettes sont conçues et adaptées pour répondre aux besoins des femmes.

Il s’appuie sur de nombreux exemples de bonnes pratiques et de directives techniques, rassemblant ces éléments et les principales caractéristiques des toilettes adaptées aux femmes dans une ressource facile à consulter, que les fonctionnaires et les planificateurs des collectivités locales peuvent utiliser comme point de départ pour leur travail. Regardez l’animation ci-dessous pour une introduction pratique :

Plus qu’un simple endroit où aller

Il est important de noter que les fonctionnalités adaptées aux femmes décrites dans le guide ne doivent pas être considérées comme des options ou des scénarios de « cas idéal », elles sont essentielles. Si l’adaptation locale est essentielle, il faut également reconnaître que des toilettes publiques et communautaires qui ne répondent pas aux besoins des femmes et des filles, ou à ceux des personnes âgées ou handicapées, contribuent à la discrimination déjà importante que ces groupes peuvent subir.

Les effets négatifs sur la santé et la mobilité, le stress physiologique et la sécurité, les résultats économiques et la capacité à participer à la vie publique sur un pied d’égalité ne devraient plus être considérés comme étant normaux.

Une communauté publique et des toilettes publiques adaptées aux femmes font partie de la solution. Elles sont une composante essentielle de villes sûres et viables qui fonctionnent pour chaque habitant, et non pas seulement pour une minorité.

Télécharger Toilettes publiques et communautaires adaptées aux femmes : un guide pour les planificateurs et les décideurs >