Plaidoyer post-2015 : qu'avons-nous appris ?

4 min read
Thumbnail
WaterAid/Ernest Randriarimalala

Le Programme 2030 est diversifié, universel et incroyablement ambitieux. Mais dans quelle mesure le secteur de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (EAH) a-t-il réussi à faire en sorte que ces questions acquièrent la place qu'elles méritent dans le cadre de notre plaidoyer post-2015 ? Jayde Bradley, coordinatrice du plaidoyer de WaterAid UK, s'appuie sur les conclusions d'une récente évaluation de ce travail.

Nous (WaterAid, le Programme conjoint de suivi de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement (JMP) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'UNICEF et le Conseil de concertation pour l'approvisionnement en eau et l'assainissement WSSCC)) avons chargé Advocacy Hub d'entreprendre une évaluation de l'impact des activités conjointes de plaidoyer des parties prenantes du secteur WASH sur le processus post-2015 de mai 2011 à décembre 2015.

Les principaux éléments de cette évaluation sont : i) les évaluations internes et les réflexions de chacune des organisations commanditaires (y compris l'évaluation interne de WaterAid par Simon Trace, dont le résumé peut être consulté ici) ; ii) une revue documentaire complétée par des recherches supplémentaires ; iii) des entretiens ; et iv) une enquête.

Qu'avons-nous appris ?

Dans l'ensemble, l'évaluation a révélé que « le secteur a obtenu des résultats politiques forts qui lui donnent une bonne plateforme pour faire pression en faveur de la mise en œuvre future [de l'Agenda 2030] et, par conséquent, de meilleurs résultats en matière d'EAH ». L'Objectif 6 et les autres aspects de l'Agenda 2030 liés à l'EAH constituent un bon résultat et une avancée majeure par rapport aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et aux propositions formulées au début des négociations post-2015.

L'évaluation a révélé que cela a été réalisé en l'absence d'une contre-position forte, et que cela est assez typique du type de plaidoyer dans lequel WaterAid, le WSSCC et le JMP sont engagés. Il n'arrive presque jamais qu'un décideur nous dise « nous sommes opposés à l'accès universel à l'eau et à l'assainissement » ou « nous ne pensons pas que cela soit important ». Cependant, cela ne signifie pas que ledit décideur est fortement en faveur de l'un ou l'autre, ou qu'il est prêt à utiliser un capital politique important pour faire pression en faveur de changements (par exemple des améliorations pour renforcer le langage en matière d'EAH dans le texte de négociation post-2015). 

Les tactiques d'influence ont été largement guidées par une « approche d'initié » et la fourniture d'une expertise technique qui a fonctionné de pair avec un plaidoyer politique flexible et réactif. Par exemple, le secteur WASH s'est rapidement inséré dans un agenda commun, codifié dans un document de 12 pages détaillant les « demandes » sous-jacentes du processus post-2015.

Il est intéressant de noter que ces mêmes tactiques dans un environnement politique plus hostile n'auraient probablement pas été aussi efficaces, et que dans cette situation, la campagne aurait pu bénéficier d'une pression extérieure supplémentaire, par exemple une mobilisation massive de la société civile et du grand public.

Un autre défi qui est apparu au cours du processus d'évaluation était celui d'essayer d'établir des liens d'attribution directe, ce qui est loin d'être un problème inhabituel dans la mesure de l'impact du plaidoyer. Bien que l'évaluation ait été menée relativement peu de temps après la période en question, de nombreux membres du personnel impliqués ont trouvé difficile de déterminer les activités ou les messages spécifiques qui les avaient influencés, ou bien ils étaient partis et ne pouvaient pas être consultés (ce qui est courant après la fin d'un long processus de plaidoyer coordonné et multisectoriel).

Dans l'ensemble, il existe des preuves d'une contribution positive au résultat final. Il y a eu moins de lobbying fracturé parmi les parties prenantes du secteur WASH par rapport aux autres secteurs. Ceci a été réalisé en partie grâce à un plaidoyer aligné par de nombreux individus et organisations, plutôt qu'un plaidoyer étroitement organisé, mené par une seule entité reconnue (essentiellement : « une coalition d'individus, pas d'organisations »).

C'est ce que confirment de récentes recherches visant à déterminer pourquoi certains efforts de plaidoyer et de campagne parviennent à influencer les agendas politiques mondiaux, mais pas d'autres. L'un des facteurs clés de succès est l'existence de réseaux plus larges d'individus et d'organisations partageant une préoccupation pour une question (plutôt que de se contenter d'analyser les moments et les acteurs les plus visibles).

Tirer des enseignements de l'évaluation elle-même

Nous avons beaucoup appris du processus d'évaluation lui-même, afin d'informer le futur travail de planification, de suivi, d'évaluation et de rapport (PSER) de WaterAid en matière de plaidoyer.

Le fait d'entreprendre l'évaluation de partenariats a présenté de grands avantages, notamment l'apport de ressources plus importantes et la possibilité d'atteindre des réseaux plus larges pour encourager un éventail plus diversifié de parties prenantes à contribuer à l'évaluation. Cependant, nous aurions pu être plus ambitieux quant aux personnes que nous avons consultées, par exemple en étant plus disposés à dépenser du « capital » politique pour obtenir l'avis de décideurs et d'influenceurs de haut niveau dans ce processus.

Dès le départ, nous avons cherché à être aussi transparents que possible, par exemple en demandant un retour sur les termes de référence du projet aux parties prenantes du secteur WASH qui ne sont pas directement impliquées, ou en encourageant la participation à l'enquête pour faire savoir que nous recherchions des contributions larges et variées.

Nous avons également élaboré un plan de diffusion complet afin de partager les leçons et de susciter l'adhésion pour mettre en œuvre les recommandations de manière tangible, par exemple par le biais d'un webinaire avec d'autres membres du secteur WASH (vous pouvez écouter l'enregistrement ici).

Prochaines étapes

Vous pouvez en savoir plus sur les conclusions de l'évaluation dans les documents de synthèse et l'annexe. Nous prévoyons d'intégrer les conclusions de cette évaluation, y compris les recommandations pour renforcer les systèmes de suivi et d'évaluation (Monitoring & Evaluation) du plaidoyer joint, dans notre nouveau projet visant à développer notre cadre PSER à long terme. N'hésitez pas à envoyer un message à mon collègue Dan Jones si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet.

Il serait formidable de voir plus d'organisations de développement dans le secteur WASH et au-delà faire ce genre d'évaluation. Ou peut-être y a-t-il déjà des exemples ? Dans ce cas, partagez vos expériences dans la boîte de commentaires ci-dessous ou avec moi sur Twitter.

Le nom d'utilisateur de Jayde Bradley sur Twitter est @jayde_bradley