Le projet EPICS : un partenariat unique pour améliorer l'accès à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène (EAH) en Ouganda

Temps de lecture : 6 minutes
Edith Nyangoma, 30 ans, responsable du système d'approvisionnement en eau, supervisant les travaux d'extension de l'eau courante du système d'approvisionnement en eau de Namayingo, district de Namayingo, Ouganda, avril 2023. 
Image: WaterAid/ James Kiyimba

Dans le cadre d'un partenariat unique, WaterAid a uni ses forces à celles de l'organisation Dŵr Cymru Welsh Water (DCWW) et de l'Eastern Umbrella of Water and Sanitation (EUWS) de l'Ouganda afin d'améliorer l'accès à l'eau potable et à l'assainissement dans l'est de l'Ouganda. Dans cet article de blog, Hannah Davies explique comment les partenariats entre opérateurs du secteur de l'eau apportent des changements durables aux communautés.

En Ouganda, seules deux personnes sur dix ont accès à une eau potable gérée en toute sécurité. Dans les zones rurales, ce chiffre chute à 1 sur 10. L'accès à l'eau propre et courante est limité, et les habitants dépendent de puits peu profonds ou de cours d'eau souvent contaminés.

Le projet EPICS (Enhancing Utility Performance for Increased Customer Satisfaction) est un partenariat entre opérateurs du secteur de l'eau (WOP) impliquant la DCWW au Pays de Galles et l'EUWS en Ouganda. Depuis mai 2022, l'équipe travaille au renforcement des capacités organisationnelles de trois petits systèmes d'approvisionnement en eau dans les districts de Buyende, Namayingo et Namutumba, dans l'est de l'Ouganda . Pour ce faire, elle cherche à :

  • S'attaquer aux obstacles systémiques qui empêchent la fourniture de services d'approvisionnement en eau et d'assainissement public
  • Accroître les services d'approvisionnement en eau dans les zones à faibles revenus
  • Améliorer la qualité et l'efficacité des services d'eau et d'assainissement public
  • Créer des modèles de gestion durable des services publics pouvant être reproduits ailleurs.

Ce projet est financé par le programme WOP de l'UE, un programme triennal géré par l'Alliance mondiale des partenariats entre opérateurs des réseaux d'eau (GWOPA) de l'ONU-Habitat et financé par la direction générale des partenariats internationaux de la Commission européenne.

Pourquoi les partenariats entre opérateurs du secteur de l'eau fonctionnent-ils ?

Les partenariats entre opérateurs du secteur de l'eau (WOP) constituent des projets uniques qui permettent des échanges précieux entre ces opérateurs. Ils aident les entreprises de services publics à échanger des connaissances, à partager les meilleures pratiques et à adopter de nouvelles approches pour rendre l'approvisionnement en eau efficace, durable et inclusif.

Grâce aux WOP, nous créons des opportunités d'améliorer les infrastructures, de renforcer les systèmes et d'apporter des changements durables dans le monde entier en mettant en relation le secteur britannique de l'eau avec ses pairs dans d'autres pays. Voici comment le projet EPICS répond à cet objectif dans l'est de l'Ouganda.

Christine Nambozo Negesa, 28 ans, analyste de la qualité de l'eau, utilise un photomètre (un kit mobile d'analyse de la qualité de l'eau) pour tester des échantillons d'eau à Namutumba, EUWS, Ouganda, avril 2023.
Christine Nambozo Negesa, 28 ans, analyste de la qualité de l'eau, utilise un photomètre (un kit mobile d'analyse de la qualité de l'eau) pour tester des échantillons d'eau à Namutumba, EUWS, Ouganda, avril 2023. Ce projet est financé par l'Union européenne et ONU-Habitat. Image: WaterAid/ James Kiyimba

Développer une approche systématique et fondée sur des données pour gérer les ressources

Avant le projet EPICS, il était difficile pour l'EUWS de gérer les multiples systèmes d'approvisionnement en eau des petites villes avec le peu de données disponibles sur les ressources. Toutefois, avec l'introduction de mWater  (une plateforme de gestion de données concernant l'eau, l'assainissement et l'hygiène), le personnel peut cartographier les systèmes d'eau, numériser les dossiers de ressources et suivre les performances. Au fur et à mesure de l'ajout de données, le personnel sera en mesure de suivre les problèmes sur l'ensemble du réseau, d'y répondre plus rapidement en faisant des réparations et d'élaborer des plans de gestion des ressources. Il permet également à la DCWW de soutenir à distance ses pairs en Ouganda.

L'EUWS se concentre également sur la diminution du volume d'eau non facturée (le pourcentage d'eau entrant dans le réseau de distribution qui n'est pas facturé aux clients en raison de pertes physiques ou commerciales), qui est actuellement d'environ 33 % en moyenne. La DCWW a fourni à l'EUWS du matériel de détection des fuites et une formation lors de visites d'échange au Pays de Galles et en Ouganda afin de remédier aux pertes physiques, tout en renforçant la capacité de l'équipe à réparer les fuites importantes, comme celle constatée sur une ligne de distribution à Namayingo. La DCWW a également collecté un lot de compteurs d'eau lors d'une visite d'échange et a découvert que ces compteurs enregistraient une consommation moindre par rapport à la consommation réelle ; les compteurs les plus anciens, quant à eux, consignaient un volume encore moins important. L'équipe a remplacé les 325 compteurs déterminés comme étant défectueux, soit environ 40 % des raccordements à Namayingo. Cela a ainsi permis de remédier aux pertes commerciales.

Federesi Nadongo, 28 ans, superviseuse technique, réparant un robinet d'eau desserré dans la communauté, système d'approvisionnement en eau de Buyende, district de Buyende, Ouganda, avril 2023.
Federesi Nadongo, 28 ans, superviseuse technique, réparant un robinet d'eau desserré dans la communauté, système d'approvisionnement en eau de Buyende, district de Buyende, Ouganda, avril 2023. Image: WaterAid/ James Kiyimba

Améliorer la disponibilité, l'approvisionnement et la fiabilité de l'eau

L'équipe EPICS travaille rapidement pour permettre à un plus grand nombre de personnes d'accéder à des services d'eau potable. Edith Nyangoma, qui gère le système d'approvisionnement en eau de Namayingo et est également responsable de la zone d'approvisionnement en eau de la région de Victoria, a déclaré : « Nous avions beaucoup de gens dans les communautés qui demandaient à être raccordés à l'eau, et nombre d'entre eux étaient loin des réseaux de distribution ; nous ne pouvions pas les aider à se raccorder ».

L'équipe du projet a élaboré des plans d'amélioration des performances afin de renforcer le processus de raccordement à l'eau et de réduire les délais, passant de plusieurs mois à deux semaines. L'équipe a par ailleurs élaboré un plan de sécurité pour améliorer la qualité de l'eau, et la DCWW a fourni aux membres de l'EUWS un kit mobile d'analyse de la qualité de l'eau lors de leur visite au Pays de Galles. L'EUWS a également recruté un deuxième analyste de la qualité de l'eau afin de tester un plus grand nombre d'échantillons et renforcer encore ce processus.

Parallèlement à ces interventions sur le terrain, l'équipe s'est efforcée de faire évoluer l'état d'esprit des membres de la communauté, en veillant à ce qu'ils soient conscients des dangers liés à la consommation d'eau provenant de sources insalubres.

Joy Nambi, 26 ans, plombière, installant un nouveau compteur d'eau sur le robinet d'une cour communautaire, système d'approvisionnement en eau de Namutumba, district de Namutumba, Ouganda, avril 2023.
Joy Nambi, 26 ans, plombière, installant un nouveau compteur d'eau sur le robinet d'une cour communautaire, système d'approvisionnement en eau de Namutumba, district de Namutumba, Ouganda, avril 2023. Ce projet est financé par l'Union européenne et ONU-Habitat. Image: WaterAid/ James Kiyimba

Promouvoir la diversité, l'équité et l'inclusion sociale

Une main-d'œuvre diversifiée est une main-d'œuvre forte, et le projet EPICS s'axe sur la promotion de la diversité. L'équipe a mené une enquête socio-économique afin d'évaluer la situation actuelle dans les trois sites et d'identifier les éventuels obstacles, en particulier pour les groupes à faibles revenus et marginalisés.

WaterAid Ouganda aide également l'EUWS à évaluer son travail en matière d'égalité des sexes. Ensemble, ils œuvrent à l'élaboration de plans d'action en faveur de l'égalité des sexes et de l'inclusion pour les trois systèmes urbains, ainsi qu'à un plan stratégique consolidé permettant à l'EUWS de réaliser ses ambitions, telles qu'elles sont énoncées dans la stratégie du ministère de l'eau et de l'environnement en matière d'égalité des sexes. Dans le cadre de ce travail, l'équipe a organisé des ateliers sur le genre avec les conseils municipaux et les représentants de l'agence de l'eau et ce, afin d'introduire les concepts de genre, d'encourager les dirigeants locaux à soutenir des activités axées sur le genre et d'impliquer l'ensemble de la communauté dans le travail effectué et ses avantages.

Najiba Mukoya, mobilisatrice sociale et personne de référence pour l'intégration de la dimension de genre au sein de l'EUWS, a déclaré : « S'il y a des représentantes au sein des conseils d'usagers de l'eau, alors les intérêts des femmes de la communauté seront pris en compte ».

Najiba Mukoya, 35 ans, mobilisatrice sociale senior, discute avec Perepetwa Kagoya, 70 ans, membre de la communauté, pour avoir son avis sur la qualité des services d'eau fournis à Namutumba, EUWS, Mbale, Ouganda, avril 2023.
Najiba Mukoya, 35 ans, mobilisatrice sociale senior, discute avec Perepetwa Kagoya, 70 ans, membre de la communauté, pour avoir son avis sur la qualité des services d'eau fournis à Namutumba, EUWS, Mbale, Ouganda, avril 2023. Ce projet est financé par l'Union européenne et ONU-Habitat. Image: WaterAid/ James Kiyimba

Veiller à ce que les clients soient au centre des préoccupations

Les clients sont au cœur du projet EPICS. Cette initiative permet à la population d'avoir accès à de l'eau propre, mais au-delà de cela, elle met en place des systèmes qui présentent des avantages durables pour les personnes qui les utilisent. Ces systèmes garantissent un approvisionnement en eau régulier, fiable et disponible pour tous, et permettent également de détecter les défaillances et de les résoudre rapidement.

La DCWW a dispensé une formation sur le service clientèle à l'EUWS, notamment par le biais d'ateliers sur les stratégies de collecte de l'eau et la résolution des problèmes, afin d'aider le personnel à assister les gens lors du nouveau raccordement de leur robinet. Ils ont également procédé à un examen complet du nouveau centre d'assistance à la clientèle situé dans les locaux de l'EUWS à Mbale, ainsi que d'un système de tickets qui permet de suivre facilement les problèmes des clients, d'en assurer le suivi et d'y donner suite. Une campagne de publicité est également en cours pour encourager les clients à recourir au centre.

Perepetwa Kagoya vit à Namutumba depuis plus de 20 ans. Avant le projet EPICS, elle allait chercher de l'eau auprès d'une source à l'air libre située dans la vallée : « J'ai été l'une des premières personnes à soumettre une demande de raccordement à un compteur d'eau, et lorsque j'ai eu l'eau du robinet chez moi, ma vie a changé pour le mieux ».

Prochaines étapes du projet EPICS

Une grande partie du travail a déjà été faite, mais il reste encore beaucoup à accomplir. L'action se poursuivra dans les quatre domaines d'intervention que sont la gestion des ressources, l'eau non facturée, la qualité de l'eau et le service à la clientèle, afin de renforcer les systèmes. Les interventions sur le terrain seront associées à l'éducation et à la formation, afin que l'amélioration des services d'approvisionnement en eau et d'assainissement s'accompagne d'une amélioration des comportements en matière d'hygiène.

Le projet EPICS continuera à relever les défis infrastructurels, à faire progresser les échanges techniques et à placer les personnes au centre des préoccupations et ce, afin de garantir que les services essentiels relatifs à l'eau, l'assainissement et l'hygiène soient accessibles à tous, tous les jours.

Image du haut : Edith Nyangoma, 30 ans, responsable du système d'approvisionnement en eau, supervisant les travaux d'extension de l'eau courante du système d'approvisionnement en eau de Namayingo, district de Namayingo, Ouganda, avril 2023. Ce projet est financé par l'Union européenne et ONU-Habitat.