Trois défis pour l'assainissement urbain : ce que j'ai appris des professionnels du logement

5 min read
Thumbnail
WaterAid/GMB Akash/Panos

Que peuvent apprendre les spécialistes de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène (WASH) des architectes et des urbanistes ? Rémi Kaupp, spécialiste de l'assainissement urbain à WaterAid UK, s'appuie sur trois leçons tirées de son travail dans le domaine du logement.

Avant de rejoindre WaterAid, je travaillais dans des organismes de logement, principalement avec des architectes et des planificateurs. Venant du beau monde de l'assainissement urbain, j'étais un peu un intrus, parlant de sujets triviaux pendant que mes collègues contemplaient des cartes et des dessins. J'ai aussi été humilié par ce que j'ai appris d'eux.

L'un des objectifs stratégiques de WaterAid, et un mot à la mode dans le secteur WASH, est « Intégration », c'est-à-dire travailler avec d'autres secteurs pour atteindre nos objectifs. Cependant, la manière dont nous pouvons y parvenir n'est pas toujours claire.

Pour travailler efficacement dans les zones urbaines, il est essentiel de comprendre comment les villes évoluent, ce qui implique de plonger dans les méandres du secteur du logement et de l'urbanisme, un monde qui n'est pas facile à appréhender pour l'ingénieur que je suis !

Heureusement, j'ai pu m'imprégner de toute la sagesse de mes anciens collègues grâce à trois petites citations, que je partage avec vous ici. Bon, peut-être pas toute leur sagesse, mais au moins quelques sujets de réflexion pour les personnes du secteur WASH.

Nous savons que le programme WASH est important, mais en fin de compte, ce n'est qu'une infrastructure de plus.

Pour les architectes et les urbanistes, et pour paraphraser Turner, le logement n'est pas un nom, c'est un verbe : loger les gens, c'est leur assurer de meilleures conditions de vie, de meilleurs établissements, de meilleures villes. L'eau et l'assainissement, bien qu'essentiels, ne sont qu'une partie de ces conditions de vie. Nous savons que l'eau, l'assainissement et l'hygiène sauvent des vies, mais nous devons garder une certaine humilité.

Pourquoi est-ce important pour moi ? Parce que cela me donne deux idées sur la façon dont les urbanistes peuvent penser. Tout d'abord, lors de la construction d'une ville, il y a beaucoup d'infrastructures urbaines à déployer (eau, égouts, électricité, drainage, routes, etc.), et, si possible, vous voulez creuser le sol une seule fois. Il faut donc réfléchir en intégrant les autres composantes de l'infrastructure. Il est intéressant de noter que c'est également ainsi que les associations de résidents de bidonvilles (comme les communautés qui font partie de la Coalition asiatique pour le droit au logement) pensent : si elles en ont l'occasion et si elles disposent de fonds, elles entreprennent une série d'améliorations de leur habitat, des égouts au pavage des rues et à l'éclairage. L'eau, l'assainissement et l'hygiène font partie de ces améliorations, bien sûr, mais ce n'est pas nécessairement la principale priorité.

Deuxièmement, et plus important encore, cela nous indique ce qui peut être apprécié par les fonctionnaires municipaux. Bien que j'apprécie des sujets comme le traitement des boues ou la vidange des fosses, ils n'enthousiasment pas les planificateurs ou les décideurs municipaux, par rapport à des éléments d'infrastructure plus ambitieux ou plus visibles (par exemple, un pont ou un développement commercial). La question qui se pose à nous est donc de savoir comment rendre l'eau et l'assainissement plus attrayants, en utilisant par exemple des programmes et des phrases d'accroche comme « Villes propres » ou « Villes vertes », et des concepts comme « Économie circulaire » ou « Villes intelligentes ».

Pourquoi utiliser la microfinance pour l'assainissement ? Utilisez simplement le financement du logement !

Lorsque nous travaillions sur la microfinance de l'assainissement, nous avions du mal à convaincre les prêteurs d'accorder des prêts pour des toilettes ; ils ne voyaient pas l'intérêt d'investir dans quelque chose qui n'améliorerait pas le revenu de l'emprunteur (comme un prêt commercial, par exemple), mais qui ne pourrait pas non plus être repris facilement en cas de défaillance (comme une maison, par exemple). Mais l'obtention d'un prêt peut être une étape essentielle vers l'amélioration de l'assainissement pour de nombreuses familles, comme l'a démontré l'excellent programme WASH de BRAC. Cela offre deux façons d'envisager une solution.

Tout d'abord, mes collègues ont compris que l'amélioration des toilettes n'est qu'une amélioration de l'habitat parmi d'autres pour de nombreux résidents. Elle n'est pas effectuée de manière isolée par rapport à d'autres travaux dans les logements (comme, par exemple, la réparation du toit ou le carrelage de la cuisine), mais avec d'autres améliorations. Comme l'a montré le marketing de l'assainissement, la principale raison d'investir dans des toilettes n'est généralement pas la santé, mais d'autres aspirations, comme le confort, l'absence de gêne lors de l'accueil de visiteurs, la sécurité la nuit, etc. La question est donc de savoir comment reconnaître les diverses attentes des gens et comment les prêteurs qui proposent des prêts améliorer des logements peuvent les associer à une expertise en matière de toilettes et à de bons services d'assainissement.

Mais la deuxième idée va dans le sens inverse. De nombreux ménages ne peuvent pas investir dans l'amélioration de leur logement, par exemple parce qu'ils ne sont pas propriétaires de leur terrain, mais pourraient investir dans des toilettes, car l'assainissement est un droit fondamental dans certains pays, considéré comme plus "neutre" qu'une maison. La question est donc de savoir comment les organismes de microcrédit peuvent en venir à considérer la valeur de l'investissement dans les toilettes comme ils le feraient dans le logement. Des idées comme le « Toilet Shelter » préfabriqué de WaterSHED ont le potentiel non seulement de réduire le coût de mise à disposition de toilettes, mais aussi de séduire les prêteurs avec des solutions qui sont plus facilement déployables, en particulier lorsque le régime foncier pose problème.

En parlant de régime foncier...

Savez-vous comment les personnes les plus pauvres bénéficient d'une eau et d'un assainissement améliorés ? En louant un logement équipé de robinets et de toilettes fonctionnels.

Nous voulons nous concentrer sur les plus pauvres et les plus marginalisés, pour « ne laisser personne de côté ». La plupart des pauvres louent leur logement, dans les pays pauvres comme dans les pays riches. Les locataires n'ont généralement pas leur mot à dire sur les infrastructures qui leur sont proposées et doivent se débrouiller avec ce qui est disponible. Pour atteindre les plus pauvres, il faut donc améliorer les logements. C'est pourquoi, lorsque nous nous concentrons sur les aspirations des résidents concernant l'amélioration de leurs toilettes, les options de micro financement ou, plus généralement, les infrastructures WASH, les locataires sont bien souvent laissés de côté.

Ce problème n'est pas facile à résoudre, car il faut travailler à la fois avec les locataires et les propriétaires (qui sont souvent tout aussi pauvres), trouver des options techniques qui leur conviennent (comme des toilettes communes) ainsi que des solutions financières, et éviter les fortes augmentations de loyer qui pourraient résulter de l'amélioration du système WASH. Une question cruciale se pose : comment les locataires pauvres peuvent-ils avoir des recours contre les mauvais propriétaires ; peut-on avoir une redevabilité significative dans les milieux urbains informels ?

Il s'agit avant tout de travailler sur les réglementations en matière de logement et leur mise en œuvre, et pas seulement sur la politique de l'eau et de l'assainissement : vous pouvez obtenir un changement significatif de WASH pour les plus pauvres en travaillant sur les politiques de logement, en particulier celles qui concernent les locataires.

Il s'agissait surtout de provocations, et c'est ainsi que je les traite : non pas comme des vérités absolues, mais comme un moyen d'échapper à la « bulle WASH » et de penser de manière créative. Elles me donnent les moyens de m'intégrer aux autres acteurs urbains : essayer de garder une certaine humilité, car nous ne sommes qu'une des forces qui façonnent les villes ; comprendre comment les aspirations et les contraintes des habitants déterminent les investissements ; se pencher sur les politiques de logement pour atteindre réellement tout le monde.

Qu'est-ce qui vous pousse à penser en dehors de la bulle de l'assainissement urbain ? Utilisez les commentaires ci-dessous !

Retrouvez Rémi Kaupp sur Twitter : @RemKau