Le monde est-il à court d'eau ?

6 min read
Thumbnail
WaterAid/Sam James - Marie waters her garden at home in Ambatoantrano, Madagascar, using water from a gravity fed system.

Vincent Casey, conseiller principal WASH chez WaterAid UK, répond à une question fréquemment posée sur la cause de la crise de l’eau.

La question de savoir si le monde manque d’eau est fréquemment posée dans les titres des journaux. Il existe un adage dans le journalisme qui dit que « tout titre se terminant par un point d’interrogation peut être répondu par “non” ». Il porte le nom du journaliste britannique Ian Betteridge. Alors... le monde est-il vraiment à court d’eau ?

Non, ce n’est pas le cas.

L’eau est une ressource renouvelable qui se déplace dans le cycle hydrologique. Elle ne s’épuise pas - et ne s’épuisera pas. Le problème est que nous vivons dans un cycle hydrologique où les décisions nécessaires pour éviter la sécheresse, la misère, la maladie et les difficultés sont rarement prises avant qu’il ne soit trop tard.

Il existe certainement une grave crise de l’eau, qui est souvent caractérisée comme un problème de quantités d’eau insuffisantes. Cependant, un récit sur la pénurie d’eau qui présente le problème seulement sous l'angle d’une pénurie d’eau n’aide pas à trouver des solutions appropriées.

Certains endroits manquent d’eau…

Il existe de nombreuses situations dans lesquelles la consommation d’eau, notamment liée à l’agriculture intensive, entraîne des pénuries d’eau, et de nombreuses villes doivent puiser dans des sources d’eau supplémentaires si elles veulent approvisionner correctement leur population croissante. Comme la demande augmente et que les différents secteurs d’utilisation de l’eau convergent, le secteur WASH doit lui-même accorder une plus grande attention qu’il ne le fait actuellement aux quantités d’eau disponibles.

… mais c’est loin d’être tout

Certains aspects du problème de l’eau, autres que la quantité disponible, sont toutefois bien connus mais négligés dans les récits populaires.

La crise de l’eau se manifeste de différentes manières selon qui vous êtes, où vous êtes et ce pour quoi vous avez besoin d’eau. Dans les pays où les précipitations sont relativement élevées, comme au Liberia, en Sierra Leone et dans les régions orientales du Nicaragua, les populations pauvres et marginalisées sont confrontées à l’insécurité de l’eau, non pas toujours parce que les ressources en eau sont insuffisantes, mais parce qu’elles n’ont pas accès aux services nécessaires pour capter, stocker, traiter ou livrer correctement de l’eau propre à leur domicile. Les services dont ils disposent, tels que les puits creusés, ne peuvent fournir qu’un approvisionnement saisonnier. Un manque de stockage et de gestion de la demande pendant les périodes sèches peut entraîner des pénuries.

La situation est similaire dans de nombreuses régions rurales éloignées d’Afrique subsaharienne, où les réserves d’eau souterraine sont peut-être suffisantes, mais où les investissements dans la fourniture et la gestion des services sont insuffisants pour garantir aux populations un accès permanent à cette eau. La mauvaise qualité des constructions et l’attention insuffisante accordée aux modalités de gestion des services en cours étouffent également l’accès à l’eau.

La mauvaise qualité de l’eau, autre aspect de la crise de l’eau, est un danger omniprésent et immédiat qui touche les personnes considérées comme disposant de ressources en eau et de services d’approvisionnement de base suffisants, ainsi que celles qui n’en disposent pas. Les phénomènes météorologiques extrêmes et les inondations aggravent les mauvaises situations en matière de sécurité de l’eau.

Le problème de la qualité du service

Un aspect de la crise de l’eau qui se présente comme un défi colossal pour le secteur WASH est la qualité du service. Des centaines de millions de personnes pauvres et marginalisées ne bénéficient d’aucun service d’approvisionnement en eau de base, et des centaines de millions de personnes qui sont considérées comme disposant d’un approvisionnement en eau de base souffrent néanmoins d’un service désastreux.

Les données recueillies sur le niveau de service fourni par les pompes manuelles installées sur les forages dans le cadre du programme de recherche UPGRO Hidden Crisis révèlent des interruptions de service régulières, de longues périodes d’arrêt de service, une mauvaise qualité de l’eau et une faible disponibilité de celle-ci. Ces problèmes de niveau de service ne se limitent pas à l’approvisionnement par pompes manuelles. Il est bien connu que de nombreux systèmes d’approvisionnement en eau par canalisation fournissent également un service de faible qualité.

Les mauvais niveaux de service ne trouvent pas toujours leur origine dans le volume absolu des ressources en eau disponibles, mais plutôt dans la faiblesse des dispositifs de gouvernance, la corruption, la faible capacité institutionnelle à fournir et à gérer les services, la mauvaise qualité de la mise en œuvre, l’absence de mécanismes formels permettant aux utilisateurs d’exprimer leurs plaintes et une sélection d’options de service inappropriées.

Existe-t-il une solution technique à la crise de l’eau ?

Les articles des médias présentent fréquemment de nouvelles innovations telles que des filtres à eau, des collecteurs de brouillard et des applications pour téléphones portables comme la solution à la crise mondiale de l’eau. Là encore, la loi de Betteridge sur les gros titres s’applique.

La crise de l’eau n’est pas seulement un problème technique, par conséquent une solution technique seule ne la résoudra pas. Les solutions techniques pour la purification et la distribution de l’eau existent depuis des milliers d’années - la première utilisation documentée du traitement de l’eau remonte à l’époque de Périclès, au IVe siècle avant Jésus-Christ. Avant cela, les Égyptiens et les Babyloniens de l’Antiquité avaient mis au point des systèmes de distribution d’eau.

Les technologies modernes de l’eau, telles que le dessalement côtier à grande échelle, offrent aux gouvernements la possibilité d’introduire de nouvelles eaux dans l’équation. Cela est particulièrement intéressant lorsqu’on veut éviter de prendre des décisions politiques maladroites sur la gestion de la demande ou la réaffectation de l’eau à différents secteurs.

Toute bonne technologie exige une bonne gestion, ce qui nécessite un environnement politique, législatif et financier favorable, ainsi qu’une absence de corruption. Cet environnement n’existe pas dans de nombreux endroits souffrant de stress hydrique, et le coût de l’acheminement de grandes quantités d’eau dessalée vers des lieux intérieurs éloignés est prohibitif.

Des solutions différentes pour des lieux différents

La réponse à la crise de l’eau doit donc être différente d’un endroit à l’autre et se fonder sur une analyse solide du contexte. En fin de compte, la solution impliquera une combinaison de changements politiques, législatifs, institutionnels, financiers et techniques, associés à des changements de comportement des usagers.

Le domaine qui requiert le plus d’innovation est celui des modalités de gestion, plutôt que celui de la technologie. Ceux-ci doivent être formulés et mis en œuvre par des personnes ayant pour mandat de veiller à ce que les usagers reçoivent des services adéquats. Il s’agit souvent des gouvernements, mais il peut aussi s’agir du secteur privé local, de la société civile et des secteurs des services eux-mêmes.

Le secteur WASH doit faire plus pour résoudre le problème des mauvais niveaux de service. WaterAid travaille avec et par l’intermédiaire d’organisations internationales, nationales et locales pour faire pression en faveur de l’amélioration des services d’eau et d’assainissement pour les personnes pauvres et marginalisées. Cela implique souvent de travailler avec les gouvernements nationaux et locaux, le secteur privé local, la société civile et les usagers pour identifier les options de services et les modalités de gestion appropriées, ainsi que les changements politiques et législatifs nécessaires pour les maintenir.

Vous trouverez des exemples de notre travail sur cette question aux adresses suivantes :

Étude de cas sur la durabilité en Éthiopie >

Étude de cas sur la durabilité au Timor oriental >

Étude de cas sur la durabilité Nicaragua >

Étude de cas sur la durabilité au Malawi >