Pourquoi tout le monde n'a-t-il pas encore accès à l'eau potable ?

Temps de lecture : 6 minutes
Mary gives clean drinking water to her son, Chileshe, in Kazungula District, Zambia. June 2022.
Image: WaterAid/ Chileshe Chanda

Malgré des décennies de projets, de collectes de fonds et d'inventions technologiques, des millions de personnes n'ont toujours pas accès à l'eau propre. Dans cet article, nous détaillons les obstacles à la réalisation de l'accès universel et expliquons comment une approche de renforcement des systèmes peut aider à les surmonter. 

Depuis 2000, plus de 2,3 milliards de personnes ont gagné un accès à de l'eau propre à proximité de leur domicile, ce qui leur a permis de consacrer plus de temps à l'école, au travail et aux loisirs et de mener une vie plus digne, plus saine et plus productive. WaterAid a joué son rôle dans ce domaine. Depuis 1981, année de notre création, nous avons permis à 28,5 millions de personnes d'avoir accès à de l'eau propre.

Mais malgré les progrès réalisés, des millions de personnes dans le monde n'ont toujours pas accès à de l'eau propre. Selon les derniers chiffres, 703 millions de personnes, soit près d'une sur dix, ne disposent pas d'eau propre à proximité de leur domicile. Et pour de nombreuses personnes qui y ont accès, le service peut être trop onéreux, peu fiable, peu sûr ou très éloigné. Au rythme actuel de progression vers l'objectif de développement durable (ODD) n°6, deux milliards de personnes ne disposeront pas d'eau salubre à domicile d'ici à l'année cible, fixée à 2030. Alors pourquoi, malgré des décennies de projets, de collectes de fonds et d'inventions technologiques sans fin pour résoudre la crise de l'eau, tout le monde n'a-t-il pas accès à l'eau potable en 2024 ?

Shyamoli Munda collects water for washing at a nearby pond in Bhetkhali, Satkhira, Bangladesh. June 2023.
"The water I bathe in causes my skin to get very dry and I often get blisters," says Shyamoli Munda, seen here collecting water from a nearby pond in Bhetkhali, Bangladesh. She is one of the 703 million people worldwide who still don't have access to clean water. Image: WaterAid/ Fabeha Monir

L'ampleur du problème

Si nous imaginons l'ensemble du processus nécessaire pour acheminer l'eau dans les foyers, les écoles et les établissements de santé dans les pays économiquement plus développés, nous pouvons commencer à apprécier le niveau de ressources et d'investissement requis pour assurer à tous un approvisionnement en eau universel, sûr et durable.

Mais dans de nombreux pays où nous travaillons (dont beaucoup figurent parmi les 45 pays les moins avancés), les institutions permanentes chargées de fournir des services d'approvisionnement en eau manquent souvent de personnel ou d'argent. Elles peuvent également ne pas disposer des données ou des informations nécessaires pour planifier et budgétiser de manière adéquate la construction de nouveaux systèmes d'approvisionnement en eau, ou l'entretien et la réparation des services existants. En outre, les services peuvent ne pas parvenir aux personnes marginalisées ou les plus difficiles à atteindre en raison de croyances culturelles, d'attitudes et de normes de genre profondément ancrées.

Et malgré des ressources limitées, les gouvernements doivent jongler avec de nombreuses priorités qui se disputent les investissements, ce qui signifie que les services d'eau et d'assainissement sont parfois laissés pour compte. Les gouvernements peuvent également avoir du mal à fournir de l'eau à tout le monde dans les endroits où le PIB est faible et où le système fiscal est peu développé. Dans ces cas, il est souvent utile que d'autres entités, telles que le secteur privé, jouent un rôle dans l'approvisionnement en eau, mais il y a souvent des obstacles à cela, en particulier dans les zones rurales où la réalisation d'une économie d'échelle est plus difficile sans la surveillance et la réglementation des pouvoirs publics.

La construction de nouveaux systèmes d'approvisionnement en eau peut s'avérer difficile dans de nombreux endroits en raison de géographies extrêmes, telles que les déserts, les montagnes et les jungles. Bien que les eaux souterraines constituent souvent une bonne source d'eau, une hydrogéologie complexe signifie souvent que les eaux souterraines sont difficiles à trouver ou qu'il est coûteux de les exploiter.

De plus, la demande croissante en eau et les effets du changement climatique peuvent exacerber ces défis dans certains contextes. Très peu d'infrastructures sont invincibles face à la puissance d'un cyclone, par exemple.

Ces défis n'empêchent pas seulement la construction de nouveaux services d'approvisionnement en eau pour répondre aux besoins des millions de personnes qui ne sont actuellement pas desservies, ils empêchent également la durabilité des services d'approvisionnement en eau existants. L'argent n'est pas seulement nécessaire pour construire de nouveaux services, mais aussi pour les faire fonctionner. Les services doivent être soutenus par des techniciens qualifiés et, dans certains cas, par des subventions, mais les budgets des gouvernements locaux ne sont pas toujours suffisants pour couvrir ces coûts.

Comment faire pour que tout le monde ait accès à de l'eau propre ?

Pour que tout le monde ait accès à un approvisionnement durable en eau propre, un système complet de personnes et de ressources doit œuvrer ensemble pour acheminer l'eau salubre là où elle est nécessaire, quand elle est nécessaire. Un tel système inclut des décideurs politiques et des législateurs, des urbanistes, des ingénieurs et des mécaniciens, des chimistes chargés de contrôler la qualité de l'eau, des régulateurs de services d'eau et des personnes qui répondent au téléphone en cas de problème ou de plainte d'un client.

Il s'agit d'un système complexe composé de personnes compétentes et responsables, qui disposent des moyens financiers, des données et du sens du devoir moral nécessaires pour répondre aux besoins de chacun, le tout couplé à des utilisateurs qui s'impliquent pour jouer leur rôle et demander aux gouvernements et aux prestataires de services de rendre des comptes.

Nous nous efforçons de renforcer ce système complexe

  • En analysant les obstacles à un approvisionnement en eau universel, sûr et durable. Nous travaillons avec les communautés et les institutions locales pour comprendre les obstacles systémiques à la réalisation d'un accès universel, sûr et durable à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène (EAH) dans un contexte donné. Notamment les obstacles qui peuvent exister au niveau national, par exemple dans les politiques ou les lois, au niveau sous-national, par exemple dans les budgets des gouvernements locaux ou dans la capacité des prestataires de services, ou les obstacles qui apparaissent à tous les niveaux, par exemple le genre et les normes culturelles. Nous rassemblons également les preuves nécessaires pour lutter contre ces obstacles systémiques par le biais d'actions de plaidoyer.
  • En travaillant en partenariat. Nous ne pouvons pas nous attaquer seuls aux obstacles qui bloquent l'accès à un système WASH durable et sûr. Nous travaillons donc en collaboration avec :

    • les institutions et communautés locales
    • les gouvernements locaux et nationaux
    • la société civile et les organisations non gouvernementales
    • les instituts universitaires et de recherche
    • le secteur privé, et bien d'autres encore.

    Pour que notre travail soit le plus efficace possible, nous partageons également les bonnes pratiques et les leçons que nous avons apprises avec d'autres, et nous rassemblons différentes institutions afin d'accroître leurs engagements en faveur de l'amélioration du programme EAH.

  • En démontrant des modèles de prestation de services et de changement de comportement qui pourraient être reproduits par les gouvernements et d'autres ONG. Nous démontrons comment les services EAH peuvent être fournis à tout le monde et gérés durablement pour répondre aux besoins immédiats tout en détaillant comment ils pourraient être étendus ailleurs. Nous aidons également les communautés et les institutions locales à rendre leurs installations WASH plus résistantes au changement climatique et à améliorer la sécurité de l'eau et la gestion des ressources en eau.
  • En renforçant les institutions et en assurant la formation. Nous renforçons les compétences et les connaissances des fournisseurs de services et des gouvernements locaux afin qu'ils puissent remplir leurs rôles et responsabilités. Nous aidons les institutions locales à mieux planifier, financer et contrôler la performance des services WASH. Et nous renforçons les relations entre les fournisseurs de services et leurs consommateurs pour nous assurer qu'ils sont réactifs et responsables. Nous encourageons également la participation et le leadership des femmes dans la prise de décisions autour de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène.
  • En renforçant les communautés. Il est essentiel que les communautés soient habilitées à exiger des améliorations de leurs services EAH et qu'elles se sentent responsables de leur rôle dans la gestion et la durabilité de ces services. Pour ce faire, nous visons à amplifier la voix des populations locales, en donnant aux communautés les moyens d'accéder aux informations sur les services EAH, de revendiquer leurs droits à l'eau et à l'assainissement et de reconnaître le rôle qu'elles jouent pour assurer la pérennité des services.
  • En multipliant les plaidoyers et les campagnes. Toutes ces expériences et recherches nous permettent de rehausser le profil du secteur WASH dans les espaces de développement nationaux, régionaux et mondiaux, tels que l'Assemblée mondiale de la santé et les débats de l'ONU sur le changement climatique. Nous pouvons ainsi plaider en faveur d'un changement de politique, d'une réforme du secteur et d'un meilleur financement du secteur EAH.
  • En apprenant et en s'adaptant en continu. Nous réfléchissons régulièrement aux progrès que nous et le secteur réalisons, aux leçons que nous avons tirées et à l'évolution du contexte. Nous utilisons ces informations pour adapter et ajuster notre action et celle du secteur au sens large.

Les niveaux d'investissement actuels doivent tripler pour que tous les habitants des pays à revenus faibles ou intermédiaires disposent d'une eau propre, de toilettes décentes et d'une bonne hygiène d'ici à 2030. Et ce n'est que lorsque des systèmes solides seront en place, capables de fournir, de maintenir et de restaurer les services après leur défaillance, que tout le monde, partout, aura accès à l'eau. Pour y parvenir, il faut un effort collectif et une vision du changement. Oui, l'infrastructure est importante, mais elle ne constitue qu'une partie de la solution. Le financement doit être orienté vers d'autres parties du système afin de garantir que les progrès accomplis seront maintenus à long terme.

Hannah Crichton-Smith est conseillère principale de WaterAid spécialisée en renforcement des systèmes.

Image du haut : Mary donne de l'eau potable à son fils, Chileshe, dans le district de Kazungula, en Zambie. Juin 2022.