Rapport d'impact de l'ICAI : qu'en est-il du financement de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène ?

6 min read
Miniature
WaterAid/Behailu Shiferaw

L'Independent Commission for Aid Impact (ICAI) du Royaume-Uni a publié un rapport sur les résultats du Ministère du développement international (DFID) en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène entre 2011 et 2015. Tim Brewer, analyste politique chez Wateraid, explique ce que cela signifie pour l'avenir du financement WASH du DFID et pourquoi la durabilité doit être une priorité.

La conclusion principale du rapport de l'ICAI , à savoir "vert/ambre", indique que les réalisations du DDI ont été satisfaisantes dans la plupart des domaines, mais mitigées dans d'autres. Cela indique qu'il existe un domaine dans lequel l'aide britannique apporte une contribution positive, mais pourrait faire mieux.

Les conclusions de l'ICAI concordent parfaitement avec les résultats de l'analyse de WaterAid sur les efforts du DDI dans le domaine de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène. Nous avons constaté que, pour certains aspects, comme le fait de se concentrer sur les pays les plus pauvres et sur l'octroi de l'aide sous forme de subventions plutôt que de prêts, le DDI joue un rôle central en tant que bailleur de fonds. En effet, la Commission a constaté que depuis 2011, le DDI a permis à près de 63 millions de personnes d'accéder à de l'eau potable, des toilettes propres et sûres, ou la promotion de l'hygiène. Des vies ont été sauvées grâce à ces programmes.

Cependant, on pourrait faire plus. Nous avons demandé au gouvernement d'investir davantage dans l'aide WASH ; nous pensons que c'est essentiel pour maximiser les avantages de la santé, de l'éducation et de la croissance économique dans les pays en développement. Et nous ne sommes pas les seuls à penser que les dépenses devraient être augmentées.

Un sondage indépendant réalisé auprès du public et des députés a révélé que le secteur WASH devait être mis sur le même pied d'égalité que l'éducation et la santé (entre 12 et 20 % de toute l'aide bilatérale). Le rapport de l'ICAI indique que, ces dernières années, les dépenses WASH du DDI ont représenté en moyenne 1,6 % du budget de l'aide. 

Dépenses pour la pérennité

Le rapport a également obligeamment conseillé le DDI sur la manière de dépenser les fonds supplémentaires. L'un des grands défis auxquels sont confrontés tous les programmes d'aide est celui de la pérennité. En termes simples, cela traite de ce qui peut être fait pour garantir la continuité des services, même après la fin du soutien des bailleurs de fonds. 

Sans programmes durables, deux cas se présentent : soit vous restez et l'aide doit se poursuivre pour ce programme, l'ampleur de votre impact se limitant à ceux que vous pouvez réaliser directement, ce qui conduit finalement à une dépendance à l'égard de l'aide ; soit vous partez, et peu de temps après, l'école que vous avez construite n'a plus de manuels scolaires, le matériel hospitalier que vous avez fourni n'a plus de personnel qualifié pour être utilisé ou la pompe manuelle est tombée en panne, parce qu'aucun processus n'a été préparé en amont pour garantir la gestion et le paiement de la maintenance. 

Ce défi n'est pas nouveau, et beaucoup de mesures ont été adoptées pour y parvenir, notamment les principes fondamentaux de la « bonne aide » convenus lors des discussions sur l'efficacité de l'aide à Paris, Accra et Busan. 

Ces principes ont été appliqués pour le secteur WASH, à travers les comportements collectifs pour l'assainissement et l'eau pour tous  (AET), qui visent à améliorer les performances et la pérennité du secteur à long terme. 

La difficulté est que plus on contribue à la mise en place d'une prestation de services durable, plus il est difficile de défendre publiquement son importance par rapport à celui d'une autre organisation, ou des systèmes du pays lui-même. Aussi, plus nous donnons la priorité à l'établissement de rapports simplifiés, tels que le nombre de pompes construites ou de personnes atteintes, plus nous risquons de compromettre la pérennité. 

Le développement au-delà des chiffres

Les résultats sont importants et l'aide doit être responsable, mais l'estimation du véritable rapport qualité-prix doit aller au-delà des simples chiffres, car il est difficile de quantifier les investissements importants en termes de pérennité. 

Par exemple, combien de bénéficiaires le régulateur britannique d'eau Ofwat « atteint-il » chaque année au Royaume-Uni ? Le chiffre est inconnu, mais nous savons que la présence du régulateur d'eau et d'assainissement des égouts est essentielle pour garantir le maintien des services en toute sécurité.

Souvent, le DDI le reconnaît – les coûts unitaires de WaterAid peuvent sembler plus élevés que ceux de certains autres prestataires en raison de l'accent que nous mettons sur la pérennité. Comme le démontre ce rapport, l'ICAI, qui demande des comptes au DDI, utilise des approches et des analyses multiples et sa position institutionnelle pour demander au DDI de rendre des comptes sur les résultats et l'impact réels qui vont au-delà du simple nombre de personnes. 

La nouvelle stratégie de WaterAid, qui définit notre approche et nos priorités jusqu'en 2020, souligne que les « services durables » sont l'un des quatre piliers de notre travail, reconnaissant ainsi que la pérennité est non seulement essentielle pour que notre travail ait un impact mais aussi un domaine dans lequel nous pouvons nous améliorer. 

Nous essayons d'être le leader du secteur en matière de pérennité, en adoptant les mesures suivantes :

  1. Travailler avec d'autres agences pour promouvoir le « programme pour le changement » – un ensemble de principes visant à renforcer les capacités des gouvernements locaux afin qu'ils puissent fournir et maintenir des services à tous les citoyens, conformément aux comportements de l'approche sectorielle. 
  2. Suivre le bon fonctionnement jusqu'à dix ans après la fin des projets, afin que nous puissions identifier ce qui est nécessaire pour une pérennité à long terme et renforcer le soutien dans notre travail.
  3. Mettre en œuvre l' « approche tout territoire », qui consiste à combiner la prestation de services et l'engagement au niveau du gouvernement local, afin de contribuer à améliorer les structures nécessaires au maintien des services dans l'ensemble du district. Cela garantit que notre travail s'inscrit dans le plan du gouvernement, que l'entretien des actifs est pris en charge par l'autorité responsable lorsque nous partons, et que les réformes réussies peuvent conduire à des améliorations encore plus importantes dans tout le pays.

Certains de ces éléments de notre travail ne sont pas financés par le DDI « WASH Results » ; ils ne contribuent pas à un nombre de bénéficiaires facilement dénombrable. D'autres financements du DDI, tels que le Programme Partnership Arrangement, financent ce travail précieux, mais ce type de financement est actuellement à l'étude.

Que peut donc faire le DDI ? 

Le rapport souligne que les programmes sont trop courts pour assurer la pérennité. Des programmes plus longs permettraient deux choses : la prévision des ressources sur le plus long terme et des éléments tels que la réforme politique ou le développement des ressources humaines, qui prennent plus de temps pour montrer des résultats. Ces deux éléments sont essentiels pour la pérennité.

Toutefois, même des programmes plus courts peuvent être durables, s'ils contribuent à une amélioration systémique. 

La réponse du DDI à ce rapport de l'ICAI devrait être de rédiger un cadre de renforcement des systèmes WASH pour guider ses programmes WASH. Cela permettra de combiner le travail de prestation de services pour toucher 60 millions de personnes supplémentaires avec le soutien structurel pour soutenir ces services. Si le DDI finance la prestation de services dans un district où il ne travaille pas également sur le renforcement du système WASH, cela devrait toujours être un « drapeau rouge » pour la pérennité.

Le site SWA Collaborative Behaviours, qui décrit les principales méthodes de travail nécessaires pour améliorer la performance et la pérennité du secteur à long terme, peut fournir un point de vue utile au DDI à cet égard.

Ces types de changement pourraient augmenter légèrement le coût pour atteindre 60 millions de personnes, mais ils augmenteront la valeur du travail du DDI de façon incommensurable en faisant passer la durée de l'accès à l'eau et à l'assainissement de quelques années à une vie entière, et en augmentant la portée au-delà de quelques personnes pour atteindre les personnes du monde entier.

L'aide WASH du DDI apporte une contribution positive, bien ciblée et bien calculée. Cependant, comme le gouvernement britannique publiera ses plans et priorités jusqu'en 2020 dans les prochains mois, il est important que le gouvernement agisse rapidement pour prendre en compte et mettre en œuvre les recommandations du rapport.

Tim Brewer  tweete sous le pseudo  @timbrewer1