Les maladies mortelles telles que le choléra et la diarrhée peuvent être évitées grâce à une eau, un assainissement et une hygiène adéquats. Il est inacceptable qu'elles continuent de coûter des vies aujourd'hui.

Lorsque l'eau potable, des toilettes décentes et une bonne hygiène ne font pas partie de la vie quotidienne, les conséquences sur la santé et le bien-être sont dévastatrices. Cela n'a jamais été aussi évident que lors de la pandémie de COVID-19 et, plus récemment, lors des épidémies de choléra sans précédent qui ont frappé l'Afrique australe. 

Le lavage des mains est essentiel pour briser la chaîne des infections, notamment pour arrêter la propagation du coronavirus et du choléra. Mais pour les personnes du monde entier qui n'ont pas accès à l'eau et au savon, il est impossible de suivre ce conseil de santé publique. Et comme la moitié des établissements de soins de santé fonctionnent sans service d'hygiène de base, des millions d'agents de santé et leurs patients se retrouvent sans les outils nécessaires pour se protéger des infections. Pour protéger la santé des populations et prévenir de futures pandémies, chaque centre de santé, partout, doit disposer d'un accès adéquat à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène (EAH), ainsi qu'à des services de nettoyage de l'environnement et de gestion des déchets médicaux. 

Sans accès à ces services essentiels, les populations sont exposées à des maladies potentiellement mortelles telles que le choléra et à des affections graves telles que le trachome cécitant. Plus de 273 000 enfants de moins de cinq ans meurent chaque année de maladies diarrhéiques causées par des installations EAH insalubres. Cela représente près de 750 enfants par jour, soit un enfant toutes les deux minutes.

Et les effets vont au-delà des maladies elles-mêmes. De fréquents épisodes de maladie et de dénutrition empêchent les enfants d'aller à l'école et les adultes d'aller travailler, ce qui limite le potentiel des élèves et réduit les revenus des adultes. Tout cela contribue au cercle vicieux de la pauvreté et a un impact sur la croissance économique et le développement d'un pays.

Et sans eau propre ni savon dans les établissements de santé, le personnel ne peut pas offrir des soins de qualité et sûrs, mettant ainsi en danger leur vie et celle de leurs patients, en particulier celle des mères et des bébés vulnérables.

EAH dans la santé : un investissement qui sauvera des vies

Le monde est confronté à des risques sanitaires dévastateurs en raison des lacunes importantes des services EAH dans les établissements de santé. Nous décrivons les mesures clés que gouvernements et donateurs doivent prendre pour changer cette situation.

Miniature
Image: WaterAid/ Mani Karmacharya

Choléra et EAH

Le choléra est une maladie mortelle transmise par l'eau qui peut être entièrement évitée lorsque les gens ont accès à de l'eau propre, à des toilettes décentes et à une bonne hygiène. Elle se propage lorsque les aliments et l'eau sont contaminés par des matières fécales, notamment en raison d'une mauvaise hygiène des mains lors de la préparation des aliments. Elle provoque une diarrhée aqueuse aiguë et peut entraîner la mort en quelques heures.

Le monde connaît une série d'épidémies de choléra sans précédent, avec des flambées plus importantes et plus meurtrières dans des pays où la maladie n'avait pas été observée depuis des années. Les épidémies ne sont pas seulement présentes dans un plus grand nombre de pays, elles sont aussi plus importantes et plus meurtrières. En 2022 et 2023, le Malawi et le Mozambique ont connu leurs pires épidémies depuis des décennies.

Le changement climatique accroît considérablement la vulnérabilité de nombreux pays au choléra. Cela inclut les pays où le choléra est endémique et où les cas surviennent de manière saisonnière, ainsi que dans les contextes fragiles où la maladie n'est pas endémique. Cette situation s'ajoute à des facteurs de longue date tels que les conflits, la pauvreté, les crises humanitaires et les déplacements de population, qui se sont tous aggravés au cours des dernières années.

La fourniture de services d'eau et d'assainissement ainsi que l'adoption de comportements hygiéniques représentent la seule solution à long terme pour mettre fin à cette crise et, à terme, éliminer le choléra pour tous, partout. 

Le choléra constitue donc un axe important de notre travail dans le domaine de la santé. Nous nous efforçons de répondre aux épidémies de choléra actuelles, tout en envisageant des solutions à long terme dans le cadre de notre travail avec les gouvernements et d'autres acteurs clés, y compris les communautés. Ces solutions comprennent l'amélioration des services EAH et l'intégration d'interventions visant à modifier les comportements en matière d'hygiène dans la réponse aux urgences de santé publique. 

Nous sommes également un partenaire clé du Groupe de travail mondial pour la lutte contre le choléra (GTFCC) en matière de plaidoyer et avons présidé le groupe de travail WASH du GTFCC. Avant cela, nous avons été les partenaires officiels du lancement de la feuille de route mondiale pour l'éradication du choléra en 2017 et avons contribué à faire adopter une résolution sur le choléra par l'Assemblée mondiale de la santé en 2018.

Notre stratégie

Nous mettons l'accent sur la santé dans nos recherches, nos programmes, nos politiques et notre plaidoyer, en renforçant nos efforts pour améliorer l'accès à l'eau potable, aux toilettes et à l'hygiène en tant qu'intervention sanitaire essentielle. Grâce à nos activités, nous influençons les changements, du niveau national aux comportements individuels, afin de garantir la pérennité des avancées. Par exemple, au Malawi, nous avons collaboré avec le ministère de la santé pour mettre au point un programme de formation innovant destiné aux agents de santé en première ligne, afin de les sensibiliser à l'importance des enjeux EAH pour une prévention et un contrôle efficaces des infections. 

Nous encourageons l'intégration entre les secteurs et les ministères, en incitant les personnes travaillant dans les domaines de l'eau, de l'assainissement et de l'hygiène, de la santé, de l'éducation, de la nutrition, et d'autres encore, à travailler ensemble pour faire avancer les choses. Nous responsabilisons également les communautés en faisant entendre leur voix dans la conception, la planification et la fourniture des services EAH.

Nous participons à des événements internationaux tels que l'Assemblée mondiale de la santé, l'Assemblée générale des Nations unies, les réunions de printemps de la Banque mondiale, les réunions du Conseil exécutif de l'OMS et les forums du G7 et du G20, afin d'influencer les gouvernements pour qu'ils accordent une plus grande priorité aux enjeux EAH dans les politiques et stratégies nationales et internationales en matière de santé. Et nous plaidons pour que les décideurs intègrent le programme WASH dans des domaines pertinents, tels que les établissements de soins de santé. 

Ce n'est qu'en rendant l'eau potable, des toilettes décentes et une bonne hygiène accessibles à tous, partout dans le monde, que nous pourrons prévenir les maladies infectieuses, lutter contre la sous-nutrition et fournir des services de santé de haute qualité qui assurent la santé des personnes et leur permettent de réaliser leur potentiel économique.

Ressources récentes et avis d'experts

Image du haut : Jalia Nabukeer, sage-femme , se lave les mains à l'extérieur du service de consultations externes avant de s'occuper des patients, district de Wakiso, Ouganda, février 2022.

Deuxième image : Halima se rend à la clinique de sa communauté pour un contrôle mensuel pendant sa grossesse. Les patients peuvent désormais accéder à des toilettes hygiéniques et à de l'eau potable dans les locaux de la clinique. Satkhira, Bangladesh. Décembre 2022.

Dernière mise à jour de la page : mai 2024