Super-héros, assainissement et partenariats au congrès de l'Association africaine de l'eau

on
2 March 2018
Mbaye Mbéguéré (Urban WASH Manager, WaterAid UK), Rémi Kaupp (Urban WASH Advisor, WaterAid UK), Jacinta Nekesa (Head Integrated WASH, WaterAid Uganda) and Anne Bousquet (GWOPA, UN-Habitat) in a meeting to discuss WaterAid/GWOPA collaboration for future partnership.
(L-R) Mbaye Mbéguéré, Rémi Kaupp, Jacinta Nekesa (Head Integrated WASH, WaterAid Uganda) and Anne Bousquet (GWOPA, UN-Habitat) discuss WaterAid/GWOPA collaboration for future partnership. WaterAid/Mbaye Mbéguéré.

L'assainissement pourrait-il enfin recevoir l'attention qu'il mérite ? Mbaye Mbéguéré, directeur principal de la section WASH à WaterAid Royaume-Uni, et Rémi Kaupp, conseiller en assainissement urbain à WaterAid Royaume-Uni, font un rapport du 19e congrès de l'Association africaine de l'eau sur le buzz autour de la cartographie intelligente et des boues de vidange.

Avec plusieurs collègues de WaterAid du Burkina Faso, du Mali, de l'Ouganda et de l'Éthiopie, nous avons récemment participé au 19e congrès de l'Association africaine de l'eau (AfWA) à Bamako, au Mali. L'AfWA est l'une des plus grandes conférences consacrées à l'eau et à l'assainissement en Afrique, et l'une des rares à ne pas être organisée par une université ou une association d'Europe, d'Australie ou d'Amérique du Nord. C'est donc un bon endroit pour discuter des questions WASH en Afrique et pour évaluer ce qui intéresse vraiment les participants et les orateurs, qui sont pour la plupart des gestionnaires de services d'eau, des entrepreneurs du secteur de l'eau et de l'assainissement, et des représentants des ministères concernés et des grandes municipalités.

Nos impressions

Par rapport au dernier Congrès, il y a seulement deux ans, un changement est très net : l'assainissement est maintenant au premier plan. Pour la première fois dans l'agenda de l'AfWA, une journée a été consacrée à l'assainissement. À juste titre, car il est toujours à la traîne par rapport aux progrès des autres secteurs.

Ce qui est encore plus passionnant pour nous, c'est le buzz autour de la gestion des boues de vidange. C'était auparavant un sujet de niche et négligé, pourquoi s'embêter avec la vidange des fosses quand on peut prévoir de beaux (et irréalisables) égouts ? Pourtant, il a été le sujet central d'innombrables présentations, jurys et séances plénières lors de ce Congrès, avec des expériences qui se multiplient à travers l'Afrique. C'est le genre d'approche nécessaire pour atteindre les citadins les plus pauvres. Nous avons vu de nombreuses approches innovantes pour fournir des services d'assainissement de cette manière.

L'assainissement est peut-être en tête, mais les services d'eau n'ont pas été oubliés, et il semble que le mot à la mode ici soit « intelligent », des compteurs intelligents, bien sûr, mais aussi des moyens intelligents pour cartographier et suivre les services. Reflétant les efforts déployés pour aider les plus pauvres à accéder à l'eau, plusieurs sessions ont été consacrées aux tarifs, en particulier les tarifs sociaux pour les plus pauvres, et à la manière dont ils s'inscrivent dans le besoin plus large de viabilité financière d'un service public.

Les contributions de WaterAid

Nous avons présenté plusieurs aspects des travaux les plus innovants de WaterAid, tels que :

Notre principal événement a porté sur les partenariats avec les services publics ou, en d'autres termes, sur la meilleure façon d'aider les employés des services publics d'eau et d'assainissement à servir la population urbaine défavorisée. Nous avons plusieurs méthodes à notre disposition, que nous avons partagées avec nos amis de BORDA, AfWA et GWOPA, tous impliqués dans des partenariats similaires. Nos collègues d'Ouganda et d'Éthiopie ont présenté :

  1. Un programme international de formation sur les services d'eau et d'assainissement urbains durables, ITP-SUWAS, que nous avons co-créé afin de former les responsables des services publics et les employés municipaux.
  2. Un programme de mentorat consacré à la création d'unités de soutien aux clients à faible revenu, c'est-à-dire des départements spécialisés au sein des services publics visant à atteindre les zones urbaines pauvres. Actuellement, la National Water and Sewerage Corporation of Uganda encadre deux services publics urbains en Zambie dans le cadre de ce programme.
  3. Une relation de « jumelage » entre Yorkshire Water au Royaume-Uni et les services publics d'eau et d'assainissement de 20 villes d'Éthiopie.

Les parties prenantes ont franchi une étape importante dans la nécessité de donner plus d'espace à l'assainissement, mais nous ne devons pas perdre de vue que de nombreuses personnes continueront d'être laissées de côté si nous ne ciblons pas spécifiquement les plus marginalisés. Il est donc utile de repenser les approches en accordant une attention explicite aux questions d'équité et d'inclusion, qui devraient être au cœur du débat lors des prochains congrès.