Villes de demain : améliorer les services d'assainissement et d'hygiène à Babati, en Tanzanie

5 min read
Miniature
WaterAid/ Eliza Deacon

2,3 milliards de personnes vivent actuellement sans toilettes décentes. L'urbanisation croissante signifie que l'inclusion des services d'assainissement et d'hygiène dans la planification urbaine est essentielle. Joseph Banzi et Priya Sippy, de WaterAid Tanzanie, discutent des résultats d'un projet de recherche de deux ans sur l'assainissement urbain.

70 % de la population tanzanienne vit actuellement dans des zones rurales, mais ce pourcentage évolue rapidement à mesure que les villes s'étendent et se rapprochent du statut de ville. Ce changement exerce une pression supplémentaire sur les services d'eau et d'assainissement déjà très sollicités en Tanzanie. Lorsque les systèmes d'eau, d'assainissement et d'hygiène (WASH) ne sont pas pris en compte dans l'aménagement urbain, cela peut obliger les communautés à s'appuyer sur des sources d'eau insalubres, des latrines inadéquates et des mécanismes de vidange des fosses peu sûrs, ce qui expose ensuite les citoyens à des environnements et des comportements peu hygiéniques.

Recherche et méthodologie

En 2016, WaterAid Tanzanie a lancé un projet de recherche de deux ans en collaboration avec le gouvernement régional de Manyara, le conseil municipal de Babati (BTC), l'autorité de l'eau et de l'assainissement de Babati (BAWASA) et l'Institut africain des sciences et technologies Nelson Mandela (NMU-AIST). La recherche avait pour but de connaître la situation actuelle de Babati en matière d'assainissement et d'hygiène, de déterminer les motivations des parties prenantes à investir dans ces services et d'analyser les différentes options d'assainissement et d'hygiène pour la ville.

Nos recherches ont inclus :

  • observation des principaux comportements d'hygiène dans 179 ménages
  • des groupes de discussion dans les écoles et les communautés
  • analyse d'économie politique comparant la situation de Babati aux villes de Moshi, Bomang'ombe, Temeke et Arusha
  • la réalisation d'un "diagramme de flux de merde" pour Babati, basé sur la cartographie de la couverture et des pratiques sanitaires des 20 000 foyers de Babati (à l'aide de la technologie mobile)

Le résultat souhaité de la recherche était de mettre au point un plan d'action pour des services d'assainissement et d'hygiène durables dans la ville de Babati, qui compte 90 000 habitants, ainsi que de contribuer à l'élaboration du plan directeur spatial de la ville de Babati.

Résultats de la recherche

Nos résultats montrent que 90 % des ménages de Babati disposent de toilettes, dont 63 % sont des latrines à fosse (certaines avec une dalle) et 33 % des latrines à chasse d'eau. Seulement 4,3 % des ménages disposent de latrines à fosse ventilée.

Sanitation in Babati, Tanzania

La gestion des eaux usées dans la ville de Babati dépend entièrement des systèmes d'assainissement sur place, composés principalement de fosses septiques et de latrines à fosse. Les recherches révèlent que 31 % des ménages gèrent les boues fécales de manière sûre, avec des risques potentiels pour la santé et l'environnement. La plupart des toilettes individuelles de Babati ne peuvent pas être vidées, ou restent longtemps sans être vidées.

Environ 94 % des ménages ne disposent pas d'installations de lavage des mains à l'eau et au savon à proximité des toilettes ou dans la cuisine. Bien que 97% déclarent se laver les mains après avoir utilisé les toilettes, nous avons observé que seulement 46% des participants pratiquent effectivement ce comportement. Environ 70 % des personnes interrogées ont déclaré comprendre et pratiquer l'élimination appropriée des fèces des enfants, mais seulement 50 % ont été observées en train d'éliminer les fèces des enfants de manière appropriée. En outre, 55 % des répondants ne traiteraient pas leur eau potable en la faisant bouillir ou en utilisant des comprimés purifiants, ce qui les exposerait à des risques de maladies liées à l'eau.

La recherche a également permis de déterminer trois motifs principaux qui sous-tendent le souhait d'une amélioration de l'assainissement :

  • l'application des règles et réglementations existantes
  • la peur des maladies
  • la nécessité d'un environnement sûr

Les principales motivations pour pratiquer des comportements d'hygiène, comme se laver les mains avec du savon et disposer de latrines améliorées, étaient :

  • le dégoût (c'est-à-dire d'avoir les mains sales)
  • nourrir (pratiquer des comportements pour l'avenir de leurs enfants)
  • l'attraction (comportements visant à donner l'impression d'être intelligent, propre ou "pur")
  • le goût des aliments (c'est-à-dire que si les aliments sont correctement cuits ou réchauffés, ils semblent plus savoureux) ;
  • les enfants mangent plus de nourriture
  • la situation financière de l'individu/ménage
  • des règlements pour renforcer les comportements d'hygiène, par exemple si vous n'avez pas de toilettes, vous aurez une amende.

Planification de scénarios

À la suite de cette recherche, les principales parties prenantes au niveau national, régional, du district et de la communauté se sont réunies pour discuter de différents scénarios d'assainissement et d'hygiène pour la ville.

Les parties prenantes ont discuté des avantages et des inconvénients de la gestion des boues de vidange (FSM), du réseau d'égouts et des options alternatives d'assainissement, et ont décidé que la FSM est l'option la plus appropriée pour l'assainissement des villes. Cela signifie que les boues produites dans les ménages doivent être fréquemment vidangées par des moyens mécaniques ou manuels, et transférées vers une station d'épuration où les sous-produits seront recyclés. Un exemple de FSM que nous avons déjà mis en œuvre à Dar es Salaam est la station de traitement des boues de vidange (FSTP), qui transforme les déchets liquides et solides en bio-gaz et en compost.

En termes de scénarios d'hygiène pour la ville de Babati, nous visons à améliorer les comportements suivants :

  • le lavage des mains au savon
  • le traitement et le stockage de l'eau des ménages
  • l'utilisation et la propreté des installations sanitaires
  • l'hygiène alimentaire
  • la gestion des déchets

Transformer la recherche en pratique

L'un des premiers résultats de la recherche est un accord des urbanistes pour inclure l'assainissement et l'hygiène dans la planification future de la ville de Babati. Dans le "plan directeur spatial" de la ville, le chapitre sur l'assainissement reflète désormais certaines des conclusions de la recherche, ce qui contribuera à garantir que les services d'assainissement appropriés sont pris en compte dans la planification de la ville en pleine croissance.

La prochaine étape pour la ville consiste à élaborer un plan d'action pour les services d'assainissement et d'hygiène sur la base des scénarios convenus, puis à mobiliser des ressources pour mettre en œuvre le plan. Nous continuerons à soutenir Babati dans la mise en œuvre de son plan d'action.

Si l'urbanisation peut offrir de nombreuses opportunités, elle pose également de nombreux défis. Cette recherche démontre l'importance d'intégrer des systèmes d'assainissement et d'hygiène dans la planification urbaine et sera, espérons-le, utilisée pour encourager et influencer d'autres villes en croissance en Tanzanie. Elle montre également qu'une planification efficace et une collaboration entre les parties prenantes peuvent contribuer à garantir aux villes tanzaniennes de demain un accès durable à l'assainissement et à l'hygiène.

Lire plus de blogs sur l'assainissement >